Allemagne : Les défenseurs des droits des animaux critiquent vivement le transport de bétail vers le Maroc

Les défenseurs des droits des animaux critiquent vivement le transport de bétail vers le Maroc

Après que le tribunal administratif d’Oldenburg a levé l’interdiction du ministère de l’agriculture concernant le transport prévu de 270 bovins vers le Maroc, l’association de protection des animaux a émis des critiques.

« Il faut une interdiction générale des transports d’animaux vers certains pays tiers – c’est une question à laquelle la ministre fédérale Julia Klöckner doit s’attaquer maintenant », a déclaré mercredi Thomas Schröder, président de la Fédération allemande de protection des animaux. Il a appelé l’homme politique de la CDU à agir. En outre, le ministre doit interpeller encore plus fermement la Commission européenne pour qu’elle mette enfin en œuvre une interdiction à l’échelle européenne.

Transport sur plus de 3 000 kilomètres et la Méditerranée
Les bovins sont confrontés à un transport d’environ 90 heures sur 3 000 kilomètres, au cours duquel il faut même traverser la mer Méditerranée, a expliqué M. Schröder. Les associations d’éleveurs et les sociétés de transport sont « sans scrupules et avides de profits » et exploitent délibérément les lacunes de la loi ainsi que la gestion défectueuse des transports d’animaux. Il faut enfin mettre un terme à cette pratique.

Otte-Kinast : « regrette cette décision ».
Le tribunal administratif a décidé, sur plainte d’une entreprise, que le district d’Aurich devait autoriser le transport vers le pays africain, comme l’a communiqué mardi le ministère de l’Agriculture. La ministre de l’agriculture de Basse-Saxe, Barbara Otte-Kinast (CDU), a également exprimé sa déception : « Je regrette cette décision », a-t-elle déclaré. Le ministère de l’agriculture de Basse-Saxe avait interdit le transport demandé par l’entreprise vendredi dernier et envoyé le décret correspondant au district d’Aurich en tant qu’autorité responsable. L’interdiction était justifiée par des raisons de bien-être animal.

Ministère : le recours n’a pas d’effet suspensif
Toutefois, le tribunal a justifié sa décision en déclarant qu’il n’y avait pas de « danger concret de violation du bien-être animal ». Selon le ministère, un recours immédiat auprès du tribunal administratif supérieur (OVG) n’aurait pas eu d’effet suspensif.

Les Verts exigent un passage à l’OVG
Miriam Staudte, porte-parole de la politique de protection des animaux pour les Verts au parlement du Land, a déclaré qu’Otte-Kinast ne devrait pas céder à nouveau sur l’interdiction des transports cruels d’animaux sur de longues distances vers le Maroc. Elle doit passer à l’instance judiciaire suivante et faire appel au tribunal administratif supérieur. Il s’agit d’une décision fondamentale pour savoir si les animaux peuvent continuer à être exportés vers des pays où l’abattage dans le respect des normes de bien-être animal n’est pas garanti », a ajouté M. Staudte. Il ne s’agit pas seulement du transport actuel. À cet égard, il ne devrait pas importer qu’une action en justice puisse ne pas avoir d’effet suspensif sur ce seul transport. Au début, il n’était pas clair si l’OVG serait effectivement sollicité.

Otte-Kinast considère que le gouvernement fédéral a un devoir à remplir
Le ministère ne veut pas faire d’évaluation juridique de la décision avant d’avoir reçu le raisonnement du tribunal. Une décision sur le fond de l’affaire sera demandée afin de garantir la protection des animaux et d’obtenir une clarification juridique définitive. Sur le plan politique, Mme Otte-Kinast considère que le gouvernement fédéral a un devoir. « Nous avons besoin d’une interdiction à l’échelle nationale du transport d’animaux vers des pays tiers où le respect du bien-être animal n’est pas garanti », a-t-elle déclaré : « Le plus vite sera le mieux. »

Animaux en gestation en Bavière

Le débat sur le transport a commencé lorsqu’on a appris qu’à l’origine, 32 bovins gravides de Bavière devaient également être transportés au Maroc via Aurich en raison de la pratique d’autorisation plus laxiste en Basse-Saxe. Otte-Kinast avait exprimé son indignation à ce sujet au parlement de l’État. Le bétail bavarois doit maintenant être transporté en Belgique.

NDR.DE, 12 mai 2021

Etiquettes : Maroc, transport d’animaux, maltraitance, droits d’animaux,