La politique étrangère européenne à l’époque du Covid-19

Haut représentant Borrell: Merci pour cette invitation à parler au Groupe d’études géopolitiques. Je salue vos recherches sur les questions géopolitiques et je suis un lecteur actif du Grand Continent. Ce débat me donne l’occasion de parler des leçons à tirer après un an et demi de pandémie. Mon livre, La politique étrangère européenne à l’époque de Covid-19, est en fait une collection de mes écrits de l’année dernière, dont certains que j’ai publiés sur mon blog, dans des éditions d’opinion, dans la presse, les journaux et des interviews. J’écris tellement parce que j’aime ça mais surtout parce que je crois en l’importance des récits. Pour moi, un politicien doit être un conteur parce que les batailles politiques sont gagnées ou perdues en fonction de la façon dont les problèmes sont définis. En politique internationale, le même processus s’applique. J’essaie donc toujours d’écrire du point de vue d’un protagoniste, d’un acteur jouant un rôle actif. À mon avis, il y a aujourd’hui un manque de compréhension commune du monde parmi les Européens, ce qui est regrettable car pour opérer un changement, il faut comprendre le monde. Comme Marx l’a dit un jour: «Les philosophes n’ont interprété le monde que de diverses manières. Il s’agit cependant de le changer ».

Le livre couvre les développements importants et dramatiques de 2020 jusqu’au début de 2021 et analyse la manière dont l’UE y a répondu.

La première partie porte sur la façon dont la pandémie change le monde. Pour donner une illustration, mon article de blog le plus lu est celui où j’ai parlé de la militarisation des fournitures médicales au début de la pandémie. J’ai évoqué de nouveaux concepts tels que la « politique de générosité », la « politique des masques et des vaccins» ainsi que la «bataille des récits».Cela a été très critiqué au début, mais maintenant tout le monde est d’accord. Le livre couvre également la naissance de «Team Europe» – cette combinaison de ressources de l’Union européenne, de ses États membres et d’institutions financières (comme la Banque européenne d’investissement et la Banque européenne pour la reconstruction et le développement) pour soutenir les pays partenaires dans la lutte contre la pandémie de coronavirus et ses conséquences. Il est important de rappeler que nous ne sommes pas seulement la Commission et d’autres institutions de l’UE, mais ces institutions ainsi que les États membres tous ensemble.

Le deuxième bloc couvre les crises dans notre quartier. Notre quartier est en flammes. De la Libye à la Méditerranée orientale, en passant par l’Ukraine, la Biélorussie et le Sahel. Ce dernier peut sembler lointain mais c’est notre quartier. Ce qui est sous-jacent, c’est le retour de la « mentalité d’empire » entre la Turquie, la Russie et la Chine. Tous les trois ont été de grands et puissants empires. De plus, notre quartier est également de plus en plus contesté.

Le troisième bloc concerne la bataille mondiale entre les États-Unis et la Chine, qui aura des conséquences pour l’Europe parce que cette lutte de pouvoir est menée à travers des batailles sur le commerce, la technologie et les normes. Elle soulève des questions sur notre positionnement et le sens de l’autonomie stratégique . En fait, cette bataille mondiale sert à définir où et comment l’ Europe peut se positionner dans cette nouvelle polarité. Cependant, la concurrence américano-chinoise est aussi la toile de fond pour réfléchir à nos partenariats avec l’Afrique, l’Indo-Pacifique mais aussi l’Amérique latine. Ils veulent tous éviter les choix binaires et ils veulent tous plus de l’Europe. Ils ont besoin d’un troisième pôle et l’Europe devrait être ce troisième pôle.

Comme vous l’avez peut-être remarqué, il y a un débat considérable sur le «comment» construire la politique étrangère de l’UE et sur «qui» la définit. Le plus important est de savoir comment éviter la paralysie, car dans la plupart des cas, les États membres sont très divisés. Cela nous amène inévitablement au débat sur la manière de prendre des décisions. Les décisions doivent-elles être prises à l’unanimité ou selon la règle de la majorité qualifiée?

Les conséquences de ne pas avoir une culture stratégique partagée doivent également être prises en considération. Sans une compréhension commune du monde, il sera très difficile d’adopter une politique étrangère commune. En fin de compte, la politique étrangère européenne est la manière dont l’Europe se projette sur le reste du monde et donc la manière d’exercer son influence (par le biais de sanctions, de normes et de normes).

Je ne ferai pas le tour du monde pour dire ce que nous faisons ou devrions faire dans telle ou telle région, ou un conflit ou un problème. J’ai déjà eu beaucoup de débats comme ça. Réfléchissons plus profondément à la manière dont nous pouvons améliorer notre impact. Après dix-huit mois dans ce poste, il est clair pour moi que les tendances générales ne nous sont pas favorables. Le vent ne souffle pas en notre faveur. Il y a moins d’influence européenne qu’il ne devrait y en avoir. Oui, il y a un réveil géopolitique dans toute l’UE, mais traduire ce réveil en action reste un travail en cours. Si le temps est relatif en physique, c’est aussi le cas en politique. Mon ami Javier Solana a dit un jour: «Si vous changez à une vitesse plus lente que le monde qui vous entoure, vous reculez en termes relatifs.» L’important pour l’UE est de comparer notre vitesse à celle du reste du monde. De ce point de vue, on recule sur plusieurs sujets en termes relatifs. Le défi pour l’Europe est de faire en sorte que, alors que l’histoire du monde s’accélère, notre réponse le fasse également, en termes de vitesse et d’échelle. Mais ce n’est pas le cas.

La politique étrangère est une affaire extrêmement complexe, en particulier dans l’UE car ce n’est pas un État. Dans l’UE, il existe de nombreux acteurs et aussi de nombreux points de veto. C’est pourquoi le taux de réussite européen est souvent faible. Mais cela est également vrai pour la politique étrangère des superpuissances. Nous devons nous rappeler que la politique étrangère consiste à changer la politique intérieure d’autres pays. Qu’est-ce que la politique étrangère pour nous, c’est la politique intérieure pour les autres.

Il convient de distinguer trois types de problèmes différents: premièrement, les problèmes de politique dysfonctionnelle, deuxièmement les problèmes de politique de pouvoir et enfin les problèmes de l’action collective.

Dans de nombreux endroits du monde, le cœur de nombreux problèmes est la politique dysfonctionnelle: un désaccord sur la nature de l’État et de la société. Un manque de règlement politique et un manque de gouvernance. De l’Afghanistan à la Libye, au Sahel, au Liban ou au Venezuela, la liste est longue: l’État est faible et contesté . Nous appelons cela «  mauvaise gouvernance». L’idée clé ici est que le problème ne réside pas dans le manque de ressources comme le manque de ressources financières, naturelles ou militaires. Quand on regarde l’Afghanistan au cours des 20 dernières années, des centaines de milliers de soldats sont passés, des centaines de milliards de dollars ont été dépensés dans ce conflit, et pourtant, en Afghanistan comme ailleurs, ce qui s’est passé, c’est que les forces locales ne l’ont pas fait. est parvenu à un accord sur un règlement politique viable et légitime et nous, en tant qu’étrangers, ne pouvons le faire à leur place. Ils sont les seuls capables de le faire, même si nous savons que cet échec à produire une politique qui fonctionne aura inévitablement pour nous des dommages collatéraux, avec une insécurité accrue, des flux migratoires, etc. C’est là que commence notre sécurité. Pour progresser, il faut comprendre les forces locales en jeu, que ce soit le Venezuela ou le Tchad. Donc, une leçon que j’ai apprise est la nécessité d’investir pour vraiment comprendre les forces locales en jeu. Quelles sont les forces motrices du conflit? Comment les étrangers peuvent-ils travailler avec les protagonistes locaux pour construire une politique qui fonctionne?

La deuxième catégorie de problèmes concerne la politique de puissance. Chaque jour, nous assistons à Poutine, Erdogan, Xi Jinping et leurs comportements: prêts à utiliser la force, la coercition économique et reliant ouvertement tout à tout. C’est presque un cliché de dire maintenant que l’Europe doit se réveiller et regarder le monde tel qu’il est, et non pas comme nous le voulons. Nous devons nous débarrasser d’une certaine naïveté et reconnaître que nous vivons dans un monde où nous avons de nombreux partenaires, mais aussi des adversaires puissants – des gens qui veulent nuire à nous et à notre type de système politique et de société. L’Europe doit pouvoir prendre soin d’elle-même. Nous ne pouvons pas nous fier uniquement aux États-Unis, aussi heureux que soit l’Europe de retrouver l’Amérique avec Biden, ou à l’approche qui suppose que l’ouverture des marchés et les règles mondiales résoudront tout.

Les marchés ouverts et les règles mondiales ne résoudront pas tout, surtout après la pandémie. Sur la question des masques au début de la pandémie, et maintenant en ce qui concerne les vaccins par exemple, il est clair que l’accès dépend en partie de considérations politiques. Il en va de même pour les investissements stratégiques: 5G, IA, minéraux des terres rares, etc. Nous devons rester maîtres de notre propre avenir et ne pouvons pas externaliser la protection de nos intérêts. D’où ce concept d’autonomie stratégique , très débattu en 2020. En 2021, nous devons le mettre en œuvre. Cet éveil à un monde de politique de pouvoir exigera de nouvelles cartes mentales et un nouveau vocabulaire. Depuis plus de dix-huit mois maintenant, je me bats pour que les Européens apprennent «  la langue du pouvoir  ». Nous avons encore du travail à faire pour définir plus clairement nos priorités politiques, c’est-à-dire que pour établir des priorités, nous devons mieux prioriser les domaines dans lesquels nous pouvons faire la différence.

The truth is that Europeans have more power or levers of influence than they realise. When we put together our normative power (rules setting called the ‘Brussels effect’) — our financial assistance, our trade and investment policies, our CSDP operations, our delegations: it adds up to a lot. But where the US is able to make ‘grand strategy’, where China does issue linkage under the Belt and Road Initiative, we, Europeans are masters of silo thinking and disjointed efforts. Each policy tends to develop according to its own logic and rhythm. The way to go is to use these instruments as part of one political strategy.

In short, in Europe we have a problem of mentality (reluctance to think in terms of power, priorities, trade-offs) and of organisation (linking goals and means) remains. But step by step, Europe is becoming better at this even if it remains a work in progress. The framing of China as a partner, a competitor and a systemic rival is probably the most striking example. These concepts are now leading to concrete and comprehensive decisions on investment, foreign subsidies, procurement, due diligence, AI etc.

The third category of problems falls under the heading of public goods and collective action like health (access to vaccines for instance) or action on climate change and biodiversity, but also the fight against extreme poverty and rising inequalities. The big issue here is that the multilateral system that has been created to handle these problems is being challenged like never before, precisely by power politics. Therefore, the WHO and WTO are struggling, the G20 and UNSC are often paralysed, and there is a growing number of problems without multilateral ‘regimes’, like cyber, AI, and other emerging technologies. The EU should do much more to revitalise multilateralism and make it fit for purpose. Europe must be ready to invest in multilateralism, building consensus among great powers if possible, and be more creative with the ‘emerging types of multilateralism, beyond the state-to-state’s framework. Experiment more with multilateralism and work more with regional organisations like AU, ASEAN, etc.

While this might be a sobering analysis, the good news relies on the fact that making a change is mainly down to us, and to the collective choices of Europeans. Above all we must change our mentality. As Luuk van Middelaar wrote in Le Grand Continent: “Where Europe fights to minimise losses, others fight to win.” We ought to change this situation. And I, as the HR/VP, will do everything in my power to push this agenda.

Monika Sie Dhian Ho: First of all, I would like to express my appreciation for a leader who writes and acknowledges the power of narratives in today’s world. Mr. Borrell wrote in the introduction of his book that political battles are won or lost depending on how we frame these issues. The way we describe and analyse our changing world will therefore impact Europeans collectively. Chinese dynasties on their hand have been mobilizing power of narratives for more than two thousand years. The Han dynasty and many subsequent dynasties appointed their own narrators to write the history of China and create a historiography. Under President Xi’s, this tradition is brought to a next level through the use of narratives in a geopolitical context. This is exactly what Mr. Borrell rightly called “a battle of narratives”.

Sven Biscop and I have been asked to focus our introductions on the emergence of Europe as a geopolitical entity. I would therefore like to do so by stating that speaking of a geopolitical Europe has more radical consequences for our perspective than is often acknowledged in policy texts. Hence, as Mr. Borrell rightly stated, Europe needs to learn the “language of power.” However, I must highlight that by adding ‘geo’ to ‘politics’, we must focus on two other important dimensions: geography and collective identity.

When speaking the language of geopolitics, we delineate a territory and focus on the feeling of belonging of the people who live within those borders. The element of the ‘geo’ part has been pushed for a long time in the background of European politics. As a matter of fact, the European construction has been focused on markets, rules, and getting rid of borders, on individual consumers and producers, and their economic interests — along with their universal and human rights — rather than their identities, and preferred societal projects. But as we have found out, other civilizations do think about territory and foster collective identity. With enlargement, the EU has bumped into the territorial delineations of Russia. And in the context of irregular migration, European populations themselves have asked for delineating and guarding the external European borders. In sum, Europe cannot neglect the ‘geo’ part of geopolitics.

The emergence of a geopolitical Europe has three dimensions: politics, territory, and collective identity. Nevertheless European leaders have not thought yet of these universal implications in a geopolitical perspective. What does it really imply, in concrete policy, when we acknowledge the existence of a systemic rival that will still be our partner?

In his book, Mr. Borrell writes as a subtitle “the difficulty of fighting identity politics,” but why should we fight identities as long as they are inclusive, and not based on religion or race?

Une étude d’opinion publique montre que huit personnes sur dix estiment qu’il existe un terrain d’entente pour construire une communauté européenne, mais en même temps, les gens estiment que leur culture nationale est spécifique et doit être préservée. En un mot, la majorité des citoyens européens ne ressentent pas d’ incompatibilité entre un sentiment d’appartenance européen et national.

J’ai également été frappé par la contradiction entre les identités collectives comme quelque chose de purement émotionnel et la rationalitépolitiques européennes telles qu’elles sont comprises par les universitaires, les ingénieurs ou les politiques. Je crois vraiment que penser en termes d’identités politisées parle au cœur et à l’esprit des gens. Le socialiste français Jean Jaurès a incarné cette idée en disant que «la seule possession du travailleur est l’État». Il s’agit d’une référence à la fois émotionnelle et rationnelle au fait que l’identité collective est inévitablement liée à l’État. Partant de là, l’identité politique européenne pourrait être un soutien supranational aux États européens afin de protéger le «mode de vie européen» et de soutenir les projets de société dans ces États, ce qui constitue notre identité collective. L’approche de «Team Europe» utilisée par M. Borrell, a ce même équilibre entre émotionnel et rationnelfaire appel. C’est un moyen de mobiliser à la fois les identités nationales et collectives européennes, qui entretient une relation étroite entre les États membres et les institutions européennes dans le contexte de la pandémie COVID-19.

Sven Biscop: Merci de me donner l’occasion de faire partie de ce panel avec ces collègues et la haute représentante. J’apprécie particulièrement l’idée que les politiciens soient des «conteurs», ce que je dis toujours à mes étudiants et à mon équipe. Il est extrêmement important avant de commencer un article de réfléchir à l’histoire que vous voulez raconter – et que si vous n’avez pas d’histoire, vous ne devriez peut-être pas l’écrire. En fait, nous parlons de culture stratégique au sein de la politique étrangère commune depuis le début des années 90 et avant la mise en œuvre de la PESC. À l’époque, nous étions tous optimistes et nous pensions que le monde entier se démocratiserait, respecterait les droits de l’homme et deviendrait une économie sociale de marché, tout comme l’Europe occidentale. Cela ne s’est pas produit mais je pense que la culture stratégique de l’Union européenne, dans la mesure où elle existe, est toujours façonné par cela. Il y a encore des gens à Bruxelles qui pensent d’une manière ou d’une autre que le but de la politique étrangère européenne est de démocratiser le monde et de faire respecter les droits de l’homme dans le monde entier. Je ne suis pas d’accord, le but de la politique étrangère est de défendre vos intérêts, de faire en sorte que les Européens puissent continuer à vivre de la manière qu’ils ont choisie. Le but de la politique étrangère n’est pas de changer le mode de vie des autres.

D’une certaine manière, l’UE élabore actuellement une boussole stratégique, mais la question clé est: qu’en est-il de la boussole morale de l’Union? Au lieu de dire que l’Europe n’accorde pas suffisamment d’attention aux droits de l’homme, l’Europe devrait avoir une idée claire de ce qui est vital ou non et de ses leviers.

Des États comme la Chine et la Russie sont des États autoritaires, ce qui signifie que l’Europe a des raisons infinies d’adopter des sanctions à leur encontre car il y aura des violations sans fin des droits de l’homme. Cependant, les sanctions changeront-elles quelque chose? Probablement pas, car pour ces États, la violation des droits de l’homme est l’un de leurs intérêts vitaux alors qu’elle n’est probablement pas vitale pour nous. Pour le dire franchement, l’intérêt vital de l’Europe n’est pas de savoir comment la Chine ou la Russie traitent leurs citoyens, mais comment ils nous traitent .. À cet égard, les sanctions pour violations des droits de l’homme ne font que marquer notre mécontentement, mais est-ce que ce signal est plus efficace par l’adoption de sanctions? Peut-être pouvons-nous faire passer le même signal en répétant constamment notre condamnation des violations des droits de l’homme. En fait, des sanctions devraient être utilisées lorsque la Chine et la Russie enfreignent nos véritables lignes rouges dans leur politique étrangère, et non dans leur politique intérieure. Il me semble que les décideurs politiques étrangers européens sont plus préoccupés par les violations des droits de l’homme en Chine et en Russie que par le comportement affirmatif – voire agressif – de la Russie et de la Chine en Europe ou des transgressions manifestes du droit international – par exemple l’ annexion de facto du Sud. Mer de Chine par la Chine.

Je reconnais que mon point de vue est impopulaire et je serais beaucoup plus heureux si je pouvais affirmer qu’il est en effet en notre pouvoir de démocratiser le monde et de faire respecter les droits de l’homme partout. Cependant, je pense que la réflexion stratégique signifie accepter les réalités et les limites de votre pouvoir. L’Europe doit donc se soucier des droits de l’homme et prendre position sur les droits de l’homme mais dans l’esprit de Guillaume le Silencieux : «il ne faut pas espérer pour entreprendre, ni réussir pour persévérer» car il n’y aura pas de court terme développement et alors que nous devons toujours défendre les droits de l’homme, l’Europe devrait prévoir des sanctions efficaces ou, si nécessaire, des sanctions fortes pour les actions subversives et coercitives de la Chine et de la Russie contre l’UE.

Nicoletta Pirozzi: Je commencerai par dire qu’il est tard pour l’UE de ne pas adopter une politique étrangère ambitieuse pour deux raisons. D’une part, comme l’a dit M. Borrell tout à l’heure, le voisinage de l’Europe est en flammes, ses partenaires ne veulent pas intervenir et les concurrents poursuivent leurs intérêts, qui diffèrent de ceux européens. D’autre part, l’UE a déjà discuté longuement son autonomie stratégique. Par conséquent, afin d’éviter que ces évolutions ne deviennent un «boomerang» pour l’UE, l’Europe doit tenir ses promesses.

M. Borrell insiste dans son livre sur la nécessité pour les Européens d’éviter la démission. Premièrement, en construisant une culture commune, et deuxièmement en évitant la dispersion. Je suis d’accord sur les deux points. Tout d’abord, la création d’une culture stratégique commune – comme l’UE l’a fait avec sa boussole stratégique – devrait rester la première priorité et produira probablement ses premiers résultats l’année prochaine. Cependant, l’UE devrait-elle prendre des mesures à court terme telles que le vote à la majorité qualifiée pour aller de l’avant? Le livre de M. Borrell souligne l’efficacité du vote à la majorité qualifiée afin de remédier au manque d’autonomie stratégique commune dans l’UE et si cela pourrait être un objectif spécifique de son mandat. En ce qui concerne la dispersion, je conviens que pour être crédible et efficace, l’UE doit donner la priorité et surtout choisir ses batailles. Et encore,

Mon dernier point concerne le multilatéralisme, qui est l’un des thèmes prééminents du livre de M. Borrell et un sujet important pour la projection internationale de l’UE. Étant donné que l’UE reste l’un des plus fervents partisans du multilatéralisme, il devrait être temps pour les Européens de façonner le multilatéralisme. D’un côté, cet objectif peut être réalisé conformément à ses valeurs fondamentales et, de l’autre, par le biais de secteurs dans lesquels l’UE peut apporter une valeur ajoutée significative. À cet égard, l’UE pourrait utiliser ses pouvoirs réglementaires dans des domaines tels que le climat, la fiscalité des grandes entreprises technologiques ou l’IA. L’UE a déjà montré sa capacité à agir à un niveau plus mondial et multilatéral.

Adam Tooze: J’ai été chargé de parler de la question de l’économie. Je le fais un peu à contrecœur parce que je suis d’accord avec M. Borrell selon lequel la formation narrative est essentielle ici. Le problème avec les récits, c’est qu’ils ont des limites, ils ont des limites et c’est de là qu’ils tirent leur unité, leur but et leur force. Apporter un thème qui a fait relativement défaut à la conversation jusqu’à présent risque de briser ce qui – je pense – a été une conversation cohérente autour du récit que le Haut Représentant Josep Borrel a cousu. Au risque de faire cela, laissez-moi essayer de trouver un point de connexion.

M. Borrell a déclaré que le monde recherchait des poteaux, des alternatives car il ne voulait pas choisir entre les États-Unis et la Chine. Il aimerait pouvoir jouer sur les deux tableaux et il existe une opportunité stratégique pour l’Europe de se positionner en tant que pôle. Si cela est vrai, alors il est fondamentalement basé sur l’importance de l’Europe en tant que marché, sur l’importance de l’Europe en tant qu’acteur économique. En fait, si vous prenez le taux de change du dollar au lieu de vous référer aux parités de pouvoir d’achat qui flattent les Chinois et les pays en développement, alors l’Europe est le deuxième acteur mondial. En effet, les États-Unis représentent 25% du PIB mondial, l’Europe est deuxième avec 20% et la Chine en détient 15%. Ainsi, l’Europe reste un bloc économique très critique. Je suggérerais en outre que l’économie joue pour l’Europe un rôle encore plus profond que cela. En ce sens, de nombreuses personnes ont tenté de formuler cette idée que l’Europe n’est pas une question de pouvoir mais d’État de droit. Je dirais que c’est vraiment aussi, dans un sens fondamental, une question d’économie.

M. Borrell a prononcé un discours dans lequel il a déclaré: «Les souverainistes considèrent la société internationale comme un ensemble de boules de billard qui se heurtent, tandis que nous, Européens, voyons le monde comme une interaction dynamique de fluides interdépendants régis par des normes. «Cette vision du monde en tant qu’interaction dynamique de fluides interdépendants régulés par des normes est essentiellement une vision de l’économie. En fait, c’est une vision des flux monétaires, des flux de marchandises, d’informations et de personnes. On pourrait dire qu’il s’agit spécifiquement d’une conception ordo-libérale ou social-marchande de l’économie. En effet, il a une sensation typiquement allemande.

Comment pouvons-nous envisager la relation entre l’économie dans le cadre plus large de la puissance européenne et de la politique étrangère, si notre compréhension de l’économie évolue également? C’est quelque chose qui a été décrit de diverses manières et qui est maintenant régulièrement qualifié de nouveau consensus de Washington. Qu’advient-il du rôle de l’économie en tant que point d’ancrage de la puissance européenne dans un monde où nous ne pensons plus à la politique économique comme fondamentalement l’élaboration de bonnes normes pour réguler les flux interdépendants de fluides, mais comme quelque chose de plus actif? Et quels défis cela pose-t-il pour l’Europe?

Avec cela, nous pensons immédiatement au capitalisme d’État et nous avons Kishore Mahbubani sur le panneau comme l’un des grands représentants du modèle singapourien et de son importance pour le monde et notre réflexion sur l’économie, mais j’aurais pensé que le défi le plus fondamental pour L’Europe est posée par les développements aux États-Unis eux-mêmes. Là où nous avons vu depuis la crise de 2008 les développements d’une banque centrale massivement plus interventionniste et maintenant un mouvement vers une vision plutôt agressive de la politique industrielle exploitée à l’auto-positionnement de l’Amérique contre la Chine.

Je serais ravi de vous entendre parler davantage de la manière dont, si le monde s’éloigne de cette vision relativement ordonnée de l’économie, il oblige l’Europe à reconfigurer sa puissance dans d’autres dimensions pour ne pas être si lourdement, si ontologiquement dépendant d’une conception particulière de l’économie? Ou est-ce du côté de la politique économique que vous, en tant que Haut Représentant dans le domaine de la politique étrangère, souhaiteriez voir l’Europe se moderniser? On pourrait faire valoir que la BCE est désormais devenue une banque centrale mondiale compétente, tout comme un partenaire de la FED. Mais ne voyons-nous donc pas, du point de vue de la politique étrangère, l’impératif de progresser également vers une compétence accrue en matière de politique budgétaire par exemple; le développement d’un actif sûr pour l’Europe?

Kishore Mahbubani: C’est un grand honneur et un plaisir de faire partie de ce panel très distingué. Et M. Borrell félicitations pour avoir terminé votre livre. Pour en avoir également publié un, « La Chine a-t-elle gagné? », Je connais les difficultés de publier un livre. Le thème de mes remarques est très simple. Le mot chinois pour crise est une combinaison de deux caractéristiques: danger et opportunité. Et concernant le plus grand concours géopolitique entre les États-Unis et la Chine, l’Union européenne est confrontée à la fois à un danger et à une opportunité. L’opportunité pour l’UE est que le monde recherche un troisième pôle, et si l’Europe peut fournir ce troisième pôle: il serait bien accueilli par les 6 milliards de personnes qui vivent en dehors des États-Unis et de la Chine. Mais pour ce faire, l’UE doit comprendre aussi clairement que possible en quoi consiste la lutte entre les États-Unis et la Chine?

Étonnamment, même si nous savons tous qu’un grand concours géopolitique a éclaté, il est difficile à comprendre parce que, si vous regardez, par exemple, l’attitude des États-Unis à l’égard de ce concours, il existe un consensus solide sur le fait que c’est le plus grand défi des États-Unis. Que les États-Unis doivent tenir tête à la Chine. Et vous remarquez qu’à cet égard, rien n’a réellement changé de Trump à Biden. Pourquoi est-ce si? Le problème auquel de nombreuses personnes dans le reste du monde sont confrontées est d’essayer de comprendre ce que les États-Unis essaient d’accomplir exactement avec la Chine. Si vous voulez une stratégie pour traiter avec la Chine, vous devez spécifier quel devrait être l’objectif. L’objectif des États-Unis est-il de faire en sorte que l’économie chinoise ne devienne pas numéro un? Cela échouera car si l’économie chinoise continue de fonctionner, elle deviendra sans aucun doute numéro un. L’objectif des États-Unis est-il d’organiser l’effondrement du parti communiste en Chine? Le parti communiste chinois, même selon une étude de la Harvard Kennedy School, bénéficie désormais d’un soutien bien plus grand parmi les Chinois parce qu’ils ont eu les quarante meilleures années sur quatre mille. Leur objectif est-il de contenir la Chine comme ils ont réussi à contenir l’Union soviétique? Cela aussi échouera parce que la Chine fait plus de commerce avec le reste du monde que les États-Unis. Vous ne pouvez pas contenir la Chine, ce n’est pas possible. Par conséquent, qu’est-ce que les États-Unis essaient d’accomplir exactement avec la Chine? Il n’y a pas d’énoncé clair des objectifs ou, comme je l’ai expliqué dans mon livre, il n’y a pas d’énoncé clair de stratégie. L’homme qui m’a dit que les États-Unis manquaient de stratégie vis-à-vis de la Chine était Henry Kissinger. même selon une étude de la Harvard Kennedy School, elle bénéficie désormais d’un bien plus grand soutien parmi les Chinois, car ils ont eu les quarante meilleures années sur quatre mille. Leur objectif est-il de contenir la Chine comme ils ont réussi à contenir l’Union soviétique? Cela aussi échouera parce que la Chine fait plus de commerce avec le reste du monde que les États-Unis. Vous ne pouvez pas contenir la Chine, ce n’est pas possible. Par conséquent, qu’est-ce que les États-Unis essaient d’accomplir exactement avec la Chine? Il n’y a pas d’énoncé clair des objectifs ou, comme je l’ai expliqué dans mon livre, il n’y a pas d’énoncé clair de stratégie. L’homme qui m’a dit que les États-Unis manquaient de stratégie vis-à-vis de la Chine était Henry Kissinger. même selon une étude de la Harvard Kennedy School, elle bénéficie désormais d’un bien plus grand soutien parmi les Chinois, car ils ont eu les quarante meilleures années sur quatre mille. Leur objectif est-il de contenir la Chine comme ils ont réussi à contenir l’Union soviétique? Cela aussi échouera parce que la Chine fait plus de commerce avec le reste du monde que les États-Unis. Vous ne pouvez pas contenir la Chine, ce n’est pas possible. Par conséquent, qu’est-ce que les États-Unis essaient d’accomplir exactement avec la Chine? Il n’y a pas d’énoncé clair des objectifs ou, comme je l’ai expliqué dans mon livre, il n’y a pas d’énoncé clair de stratégie. L’homme qui m’a dit que les États-Unis manquaient de stratégie vis-à-vis de la Chine était Henry Kissinger. Leur objectif est-il de contenir la Chine comme ils ont réussi à contenir l’Union soviétique? Cela aussi échouera parce que la Chine fait plus de commerce avec le reste du monde que les États-Unis. Vous ne pouvez pas contenir la Chine, ce n’est pas possible. Par conséquent, qu’est-ce que les États-Unis essaient d’accomplir exactement avec la Chine? Il n’y a pas d’énoncé clair des objectifs ou, comme je l’ai expliqué dans mon livre, il n’y a pas d’énoncé clair de stratégie. L’homme qui m’a dit que les États-Unis manquaient de stratégie vis-à-vis de la Chine était Henry Kissinger. Leur objectif est-il de contenir la Chine comme ils ont réussi à contenir l’Union soviétique? Cela aussi échouera parce que la Chine fait plus de commerce avec le reste du monde que les États-Unis. Vous ne pouvez pas contenir la Chine, ce n’est pas possible. Par conséquent, qu’est-ce que les États-Unis essaient d’accomplir exactement avec la Chine? Il n’y a pas d’énoncé clair des objectifs ou, comme je l’ai expliqué dans mon livre, il n’y a pas d’énoncé clair de stratégie. L’homme qui m’a dit que les États-Unis manquaient de stratégie vis-à-vis de la Chine était Henry Kissinger.

Ce qui est clair néanmoins, c’est que l’émergence de la Chine remet en cause la primauté des États-Unis sur le monde. C’est très clair. Il sera douloureux de passer d’un monde où il est peut-être numéro un à éventuellement numéro deux. Ironiquement, les États-Unis ne comprennent pas que la nature de la lutte avec la Chine ne relève en fait pas de la sphère militaire. Par conséquent, lorsque les États-Unis dépensent 750 milliards de dollars en dépenses de défense, c’est un cadeau géopolitique à la Chine. Cet argent est gaspillé. Il n’y aura pas de guerre entre les États-Unis et la Chine. Le vrai concours, paradoxalement, est le concours économique. Et franchement, ce que fait Joe Biden en termes d’investissement dans l’économie est la bonne approche. C’est ce que l’UE peut encourager les États-Unis à faire.

Cela m’amène à parler du troisième pôle et de la manière dont l’UE peut jouer un rôle précieux. Ce concours prendra de l’ampleur et, à un moment donné, Washington devra savoir de quel côté Bruxelles et les autres capitales européennes se trouvent. Je pense que ce moment de décision viendra et que l’UE devra faire un choix. Il sera déchiré entre sa tête et son cœur. Son cœur est clairement avec les États-Unis. Ils partagent la même culture, la même civilisation et en quelque sorte la même histoire. Mais si l’on se fie aux calculs rationnels, la Chine peut aussi être un partenaire précieux de l’Europe car, dans le cas de l’Europe, le défi numéro un n’est plus la menace de l’arrivée de chars russes en Europe. Le plus grand défi sera l’explosion démographique en Afrique. Alors que l’Afrique comptait la moitié de la population de l’Europe en 1915, elle compte désormais le double de la population européenne, et d’ici 2100, l’Afrique comptera dix fois la population de l’Europe. M. Borrell a parlé du Sahel, pouvez-vous imaginer un Sahel multiplié par cinq? Quel monde cela créerait-il pour l’Europe? Il est clair que la priorité numéro un de l’Europe est de prendre soin de son voisinage immédiat et de promouvoir le développement en Afrique. Et le nouvel investisseur numéro un en Afrique est la Chine. C’est là que le défi se démarque clairement. L’Europe essaiera-t-elle de bloquer les investissements chinois en Afrique parce que les États-Unis disent que c’est mauvais pour le monde? Ou l’Europe l’encouragera-t-elle parce qu’elle crée une digue contre plus d’Africains venant en Europe? C’est le genre de choix difficiles que l’Europe doit faire, et je pense qu’un point clé sur lequel vous avez insisté est que souvent dans le dialogue européen, il y a une réticence à affronter carrément des vérités géopolitiques dures. Le point clé de la géopolitique est que nous devons toujours nous rappeler qu’il s’agit d’une combinaison de deux mots: politique et géographie. La géographie est importante. La géographie des États-Unis est différente de la géographie de l’Europe. L’Europe doit répondre à sa géographie, et si elle veut répondre à sa géographie, elle peut effectivement travailler avec la Chine de cette manière. C’est le défi que je vois pour l’Europe à venir.

Josep Borrell: Merci pour ces remarques perspicaces et ces échanges de vues. Avant de devenir géopolitique, l’Europe doit devenir politique. Comme l’a mentionné Kishore Mahbubani: la géopolitique est la géographie plus la politique. Si vous voulez être un acteur géopolitique, vous devez d’abord être un acteur politique. Et cela signifie avoir une certaine sorte d’unité politique. Pour l’instant, le problème est que l’Union européenne n’est pas assez politique. L’Europe n’est pas une union politique et, en fait, il semble que certains États membres ne souhaitent pas faire partie d’une union politique. Les Britanniques, par exemple, sont partis à cause de cela, mais il se peut qu’il y ait des membres au sein de l’UE qui partagent certaines des mêmes perspectives. Lorsque la présidente de la Commission a déclaré qu’elle souhaitait que la Commission soit une commission géopolitiquenous devons tenir compte du fait que la Commission seule ne peut pas être géopolitique. Il devrait s’agir de l’UE dans son ensemble, car la Commission ne dispose que d’une partie des compétences nécessaires dont vous avez besoin en matière de politique étrangère et de défense. Il est extrêmement complexe d’être géopolitique quand on manque de ces deux jambes. L’UE dans son ensemble doit être géopolitique, mais d’abord, elle doit être politique.

Nous disons que nous voulons parler d’une seule voix. Mais nous n’avons pas besoin d’une seule voix, nous avons besoin d’un seul message. Cela ne me dérange pas si nous avons plusieurs voix qui répètent le même message. Le problème, ce sont des voix différentes avec des positions différentes. Par exemple, l’accord stratégique sur l’investissement avec la Chine, qui est allé rapidement au cours des dernières semaines de l’année dernière avant la fin de la présidence allemande, répond clairement à certaines priorités qui touchent plus certains pays que d’autres. Pour certains pays, c’est essentiel, pour d’autres, c’est moins pertinent. Nous devons comprendre que nous n’avons pas atteint le niveau d’intégration politique qui peut nous permettre d’être géopolitiques comme le sont les États-Unis ou la Chine.

C’est la raison pour laquelle le concept d’autonomie stratégique fait l’objet d’un débat si intense. Ce sera le premier pas vers un troisième pôle. J’ai passé toute l’année à en discuter et j’ai le sentiment que l’Europe joue à des jeux de mots. Ce débat s’est intensifié et encore une fois, on se rend compte que certains États membres ne partagent pas la même vision de l’autonomie. D’un point de vue militaire, ils aiment être dépendants de l’aide fournie par les États-Unis car ils ne croient pas à l’idée que si les choses tournent mal, l’Europe aurait une capacité suffisante pour participer à des situations difficiles. C’est très clair à la frontière orientale car ils ont la mémoire et l’histoire de ce qui s’est passé en 39 et de ce qui peut arriver à l’avenir. Je suis d’accord avec Kishore Mahbubani sur le fait que nous n’allons pas voir des chars russes affluer dans les plaines d’Europe centrale. Poutine, quoi qu’on en pense, n’est pas Staline. Cependant, lorsque vous parlez aux Ukrainiens et que vous leur dites de ne pas s’inquiéter d’une invasion, ils vous répondront que la Russie a déjà la Crimée. Tout dépend de la perspective.

Les menaces et les défis auxquels nous sommes confrontés ne sont pas perçus de la même manière de Riga à Madrid. De Riga, le Sahel n’est pas un problème, et à Madrid, la Russie semble très loin. C’est pourquoi nous devons travailler sur un processus culturel afin de partager une compréhension du monde. Je suis assez vieux pour savoir que cette compréhension du monde dépend de l’histoire et de la culture. Quelqu’un de Pologne et quelqu’un d’Espagne ne peuvent pas partager la même approche à l’égard des États-Unis, car les Espagnols ont combattu les États-Unis et ont eu l’une des guerres les plus terribles contre eux, alors que la Pologne doit sa liberté aux États-Unis. Il faut donc bâtir une culture commune, ce qui va prendre beaucoup de temps.

Il y a aussi la question de l’identité. Nous avons très bien réussi à surmonter la lutte entre les identités à l’intérieur de l’Europe. Les Allemands et les Français ne se disputent plus les identités comme ils le faisaient autrefois. Ils ont surmonté l’antagonisme des identités, ce qui est un succès extraordinaire, mais nous n’avons pas encore construit une identité commune. Oui, nous sommes Européens et nous partageons beaucoup de points communs, mais le sentiment d’appartenance et d’appartenance à une union politique reste fragile. On se rend compte de la faiblesse de ce sentiment d’appartenance lorsque l’on discute du cadre financier, qui est le niveau de solidarité des citoyens européens dans le cadre européen. Bien qu’il ne représente que 1% du PIB, c’est sur cette infime partie que les batailles les plus féroces se produisent alors que les dirigeants veulent exprimer leurs opinions nationales. Surtout, les dirigeants veulent plus que ce qu’ils donnent, ce qui n’est pas un signe clair d’une identité partagée. C’est quelque chose qui demandera du temps et de la volonté.

Concernant les sanctions, je passe mon temps à essayer de comprendre le monde et de voyager, car les sanctions ne sont pas une politique en soi. En fait, les sanctions que l’Europe peut mettre en œuvre ne sont pas seulement des sanctions économiques – comme les sanctions américaines – mais des sanctions personnelles contre des individus et des entités. Je suis tout à fait conscient que le recours uniquement aux sanctions affecte notre capacité à construire et à mettre en œuvre notre politique étrangère. Les traités nous obligent à fonder notre politique étrangère sur nos intérêts et nos valeurs, mais aussi à les défendre. Où est l’équilibre entre les intérêts et les valeurs? Pouvons-nous sanctionner tout le monde partout au nom des valeurs? Non. En fait, les sanctions dépendent du «qui» et du «où» et sont intrinsèquement asymétriques. Il est clair que nous ne sanctionnons pas les mêmes choses partout, il faut donc chercher un meilleur équilibre. Cependant, nous ne pouvons pas renoncer aux violations des droits de l’homme qui se produisent à l’intérieur des frontières de la Russie et de la Chine. Cela signifierait que les deux pays pourraient faire ce qu’ils veulent à l’intérieur de leurs frontières? Notre opinion publique n’acceptera pas cela. Dans l’intervalle, les États membres de l’UE demandent toujours plus de sanctions, même si leurs effets sont peut-être limités et les conséquences de plus en plus coûteuses. L’Union européenne doit y réfléchir et mieux se coordonner avec les États-Unis, mais les États-Unis utilisent également des sanctions que l’UE n’utilise pas en raison des conséquences inacceptables d’un point de vue moral. Il n’est donc pas facile de trouver le juste équilibre entre la défense des valeurs et la défense des intérêts. L’Union européenne doit y réfléchir et mieux se coordonner avec les États-Unis, mais les États-Unis utilisent également des sanctions que l’UE n’utilise pas en raison des conséquences inacceptables d’un point de vue moral. Il n’est donc pas facile de trouver le juste équilibre entre la défense des valeurs et la défense des intérêts. L’Union européenne doit y réfléchir et mieux se coordonner avec les États-Unis, mais les États-Unis utilisent également des sanctions que l’UE n’utilise pas en raison des conséquences inacceptables d’un point de vue moral. Il n’est donc pas facile de trouver le juste équilibre entre la défense des valeurs et la défense des intérêts.

Une compréhension commune de la culture signifie une compréhension commune des menaces. Je suis sûr qu’aux États-Unis, les habitants de l’Alaska et ceux de Miami comprennent tous que la Chine est une menace car ils partagent la même culture politique. Pour nous, c’est une situation complètement différente. L’UE doit construire cette culture en sachant que nous ne jouerons pas le rôle d’une puissance militaire de premier plan dans le monde. L’UE doit examiner ses atouts économiques: sur les investissements, les subventions étrangères, la coercition économique, le rôle international de l’euro et notre politique industrielle. Sur nombre de ces politiques, nous avons été extrêmement naïfs. Lorsque la Chine a rejoint l’OMC, l’UE espérait que le « doux commerce»Créerait une classe moyenne chinoise aspirant aux libertés politiques et à un système multipartite. Et à l’époque, l’UE pensait que l’accueil de la Chine à l’OMC pourrait contribuer à atteindre ces objectifs. Maintenant, nous savons que ce n’est pas le cas, bien au contraire. Comme vous l’avez dit, le Parti communiste chinois bénéficie d’un solide soutien depuis les quarante dernières années qui ont été – de loin – les meilleures années de la Chine depuis la découverte de la machine à vapeur. Le système politique a continué de progresser et tant que ce sera le cas, ils ne changeront pas leur système politique, et nous ne le ferons pas non plus. Une fois de plus, il montre les équilibres compliqués qui sont cruciaux pour définir une politique étrangère européenne.

Sur le plan économique, je suis entièrement d’accord avec Adam Tooze. J’ai été très critique vis-à-vis de notre réponse à la crise de l’euro pendant mon séjour en tant que chercheur à l’Institut universitaire européen où j’ai eu le temps de réfléchir, d’écouter et d’écrire. En effet, la réponse européenne à la crise de l’euro était une erreur. C’est ce genre d’échec qu’il faut éviter. Quand j’entends les gens dire que nous devons agir rapidement pour réduire la dette et les déficits, je pense: «Mon Dieu, ne refaisons pas la même erreur. Regardez ce qui se passe aujourd’hui dans le monde: il y a de nouvelles questions et préoccupations. Il est clair que les États-Unis font le contraire de ce que l’UE prêche en matière de politique économique depuis des années. La poussée fiscale aux États-Unis est bien plus importante que la nôtre. Certes, nous avons commencé à parler d’un plan de reprise au printemps dernier, mais un outil économique dont la conception et la mise en œuvre prend un an et demi n’est pas exactement la bonne réponse à une crise économique qui nous oblige à agir rapidement. Un an et demi, c’est trop long à livrer. L’Europe a décidé de partager une monnaie, mais nous avons toujours des politiques économiques différentes, alors quand nous avons décidé de travailler ensemble, nous avons passé un an à discuter et une autre à mettre en œuvre. Mais grâce à la BCE – comme ce fut également le cas lors de la crise de l’euro – on survit plus ou moins. Pour finir je trouve que cette idée de trois pôles est intéressante et illustre la quête de nous avons passé un an à discuter et une autre à mettre en œuvre. Mais grâce à la BCE – comme ce fut également le cas lors de la crise de l’euro – on survit plus ou moins. Pour finir je pense que cette idée de trois pôles est intéressante et illustre la quête nous avons passé un an à discuter et une autre à mettre en œuvre. Mais grâce à la BCE – comme ce fut également le cas lors de la crise de l’euro – on survit plus ou moins. Pour finir je trouve que cette idée de trois pôles est intéressante et illustre la quête del’hégémonie . En fait, pourquoi les États-Unis s’inquiètent-ils pour la Chine? Est-ce parce qu’ils craignent que les Chinois débarquent en Californie? Non. Il s’agit de savoir qui commande le monde. C’est aussi pourquoi les Européens doivent se considérer comme plus que l’ épigon et avoir leur propre capacité à agir dans le monde.

Groupe d’études géopolitiques, 05 mai 2021

Etiquettes : Union Européenne, Josep borrell, politique étrangère européenne, covid 19, coronavirus, pandémie, UE, diplomatie,