Gonzalo Escribano : « La transition énergétique peut générer des problèmes politiques pour l’Espagne dans son voisinage ».

Le directeur du programme Énergie et Climat de l’Institut royal Elcano prévient que les changements ne doivent pas se limiter aux pays riches et constate un changement d’habitudes : « Est-il nécessaire de se rendre à l’autre bout du monde pour passer cinq jours dans une station balnéaire ? »

Gonzalo Escribano dirige le programme Énergie et climat de l’Institut royal Elcano et est professeur de politique économique à l’Université nationale d’enseignement à distance (UNED). Titulaire d’un doctorat en économie et en administration des affaires de l’université Complutense de Madrid, son programme de recherche est axé sur les questions énergétiques internationales telles que la dimension extérieure de la politique énergétique espagnole et européenne, la géopolitique et la géoéconomie de l’énergie, entre autres.

Quels changements en matière énergétique la transition écologique entraînera-t-elle ?

Il est très difficile de donner une réponse car cela touche de nombreux termes, mais en simplifiant, il y a quelques tendances qui sont claires. La durabilité est une question fondamentale et elle imprègne le grand public. La pandémie a accéléré cette tendance et nous a envoyé un message du futur. Les déplacements ont été réduits, le télétravail a été encouragé ? Ce sont des tendances qui vont se consolider afin de construire un monde meilleur. Les universitaires, par exemple, je ne pense pas que nous irons à Bruxelles à cinq heures du matin pour en revenir à sept heures du soir. Nous allons avoir une vie plus axée sur la suffisance. Avons-nous besoin que la maison soit à 18 degrés en été et à 26 en hiver ? Avons-nous besoin d’aller à l’autre bout du monde pour passer cinq jours dans une station balnéaire ? Ces changements doivent être encouragés par une politique d’incitation appropriée.

Combien de temps faudra-t-il à l’Espagne pour éliminer l’énorme dépendance énergétique étrangère qui pèse sur sa balance commerciale ?

L’Espagne devrait être l’un des pays qui bénéficieront le plus de la transition énergétique et des énergies renouvelables. Mais cela ne doit pas nous réjouir car, d’un autre point de vue, nous serons l’un des plus touchés par le changement climatique et ses effets. Le coût de l’inaction est très élevé et nous devons atténuer le changement climatique. Le pays aurait la capacité d’être autosuffisant grâce à la combinaison de l’énergie solaire, de l’énergie éolienne, de l’énergie pompée, de l’hydrogène et des batteries….. Et nous pourrions même avoir un excédent énergétique qui pourrait être exporté vers l’Union européenne. Ce potentiel d’exportation ne signifie pas que nous cesserons d’importer toute l’énergie. Il est possible, par exemple, qu’en 2050 nous arrêtions d’importer du gaz d’Algérie, mais que nous importions de l’électricité du Maroc. En ce sens, nous devons examiner le coût géopolitique de la transition. Le Maroc y gagnera, mais l’Algérie exportera beaucoup moins. Si vous n’êtes pas en mesure d’assurer la transition de ce pays vers une économie renouvelable, un problème non pas économique, mais politique, se posera dans votre voisinage.

Comment atténuer ces effets géopolitiques ?

Il est très difficile de donner une solution à des pays qui vivent depuis 40 ans du pétrole et du gaz, en dilapidant les ressources sans construire une économie diversifiée. Quatre-vingt-dix-sept pour cent des exportations de l’Algérie sont des hydrocarbures. Ils doivent maintenant le faire très rapidement, et il n’est pas facile d’attirer des investissements étrangers pour investir dans les énergies renouvelables car les risques réglementaires sont nombreux. Que peut-on faire ? Donnons-leur un horizon. Il ne s’agit pas de leur vendre toute la technologie et de les laisser mettre le soleil, mais de les aider à faire partie de la solution. Il sera possible d’importer de l’énergie solaire et de l’hydrogène de l’étranger, car il peut être plus efficace d’avoir un grand parc solaire dans le désert du Sahara ou un parc éolien sur la côte mauritanienne que sur la Costa del Sol, en raison des coûts, de l’acceptation par les touristes ? Les énergies renouvelables ne peuvent devenir un nouveau mercantilisme énergétique sans connexion entre les pays. Le développement de l’ensemble de la chaîne de valeur doit bénéficier à tous les pays et doit être un vecteur de développement. La transition énergétique ne peut être réservée aux riches. Il est important d’améliorer l’indépendance, de réduire la facture… mais tout n’est pas cela et peut-être avons-nous intérêt à avoir de bonnes relations avec le Maroc et l’Algérie.

Sommes-nous confrontés à la fin du pétrole ?

L’huile a encore une longue vie devant elle. Il sera plus cher parce qu’il sera pénalisé et sa consommation diminuera progressivement en Europe, mais il y aura encore une demande résiduelle jusqu’en 2050 et il sera alors nécessaire pour l’industrie pétrochimique. Ce n’est pas la fin du pétrole, jusqu’en 2040 ou 2050 il sera présent, avec le gaz, dans le mix.

Reverrons-nous un jour un baril de pétrole au-dessus de 100 dollars ?

Quiconque vous dit ce qui va arriver au prix du pétrole vous ment. Il y a beaucoup d’incertitude. La demande de pétrole dans les pays avancés est en baisse depuis plusieurs décennies et continuera de baisser. En Chine, la croissance est encore possible, mais elle ne sera pas aussi forte que par le passé. La demande a tendance à rester stable et cela soulage la pression. En outre, il existe des alternatives qui réduisent son inélasticité, comme la voiture électrique. Du côté de l’offre, il est très difficile de la contrôler. Le prix a été enfoncé et grâce à un accord entre les principaux pays producteurs, il est passé en un an de 0 à 70 dollars. Pour tenter de répondre à la question, je ne vois pas le prix du baril dépasser les 100 dollars à court terme. Pas tant pour des questions d’offre et de demande, mais pour des raisons de viabilité. Un prix aussi élevé détruirait une grande partie de la demande, tandis qu’un prix inférieur à 40 détruirait les entreprises productrices. Entre 50 et 70, tout le monde est content, les entreprises survivent et les États producteurs de pétrole tirent leur épingle du jeu.

Face à la crise, les pays producteurs ont intensifié leur cartellisation, ajoutant la Russie à l’alliance de l’OPEP.
La situation actuelle a engendré une grande discipline au sein de l’OPEP et a amené la Russie à se joindre à elle. Il s’agit d’une alliance qui n’a jamais eu lieu auparavant, ce qui est improbable, mais qui a fini par se produire et qui fonctionne pour eux. L’OPEP réfléchit à la manière de sortir du pacte de production actuel. C’est une cartellisation unique de l’Arabie Saoudite et de la Russie contre les frackers américains. C’est une défense à court terme, mais à moyen et long terme, ils ne peuvent pas se permettre de perdre des parts de marché.

Le prix du CO2 est monté en flèche. Cela va-t-il accélérer la désindustrialisation de l’Espagne en raison d’une perte de compétitivité ?

Le coût du carbone fait l’objet d’un débat très vif en Europe. Cela pose des problèmes de fuite de carbone et de perte de compétitivité de l’industrie par une concurrence déloyale avec d’autres régions qui ne paient pas. En Espagne, par exemple, nous importons de l’électricité produite avec du charbon marocain alors qu’ici nous fermons les mines. Le prix du carbone doit augmenter pour refléter l’externalité de la pollution. C’est le plus grand échec du marché de l’histoire et il doit être corrigé. L’externalité est toujours supérieure à ces 40 dollars, c’est-à-dire qu’elle continuera à augmenter pour refléter son coût réel.

El Mundo, 7 mai 2021

Etiquettes : Espagne, énergies renouvelables, transition énergétique, Maroc, Algérie, électricité,