Un pilote français affirme avoir été attaché à une cible de tir lors d’un rituel de bizutage

Un pilote de l’armée de l’air française a déposé une plainte pénale alléguant que, dans le cadre d’un rituel de bizutage, il a été attaché à une cible sur un champ de tir pendant que des avions de chasse le survolaient et tiraient des munitions, a déclaré son avocat à Reuters samedi.

La plainte n’identifie aucune des personnes soupçonnées d’avoir procédé au bizutage et ne précise pas combien d’entre elles étaient impliquées. Reuters n’a pas été en mesure d’établir de manière indépendante l’identité des responsables de l’incident.

Le colonel Stéphane Spet, porte-parole de l’armée de l’air française, a déclaré qu’une enquête interne avait été ordonnée par le commandement de l’armée de l’air et que les responsables avaient été sanctionnés.

La punition la plus sévère a été la restriction à la caserne, a déclaré Spet. Il n’a pas précisé combien de personnes avaient reçu cette sanction, ni pour combien de jours.

Spet a déclaré que la sécurité du pilote n’a jamais été en danger.

Le pilote a déclaré dans la plainte, qui a été vue par Reuters, que le bizutage a eu lieu en mars 2019, peu après son arrivée dans une unité de chasseurs de combat sur la base aérienne de Solenzara, sur l’île méditerranéenne française de Corse.

Le pilote s’est vu mettre une capuche sur la tête, et a été forcé à monter à l’arrière d’une camionnette par plusieurs collègues qui l’ont conduit au champ de tir, selon la plainte.

Des photos, jointes à la plainte, montrent un homme en treillis militaire, les jambes et les mains liées, attaché à la cible du champ de tir par des sangles en nylon très résistantes.

Des séquences vidéo, citées dans la plainte et fournies à Reuters par l’avocat du pilote, Frederic Berna, montrent également des jets de combat effectuant plusieurs passages à basse altitude à proximité.

La plainte allègue que, pendant certains de ces passages, le pilote attaché à la cible pouvait entendre le bruit de munitions réelles tirées depuis l’avion.

M. Spet n’a pas contesté l’authenticité des images, mais il a déclaré qu’elles donnaient l’impression erronée que les avions dirigeaient leurs tirs vers le pilote attaché à la cible.

Il a ajouté que les tirs que le pilote a entendus provenaient d’un avion qui effectuait un exercice d’entraînement à un autre endroit, et que la distance la plus proche d’une munition était d’environ un kilomètre (0,6 miles).

Berna a déclaré que son client ne souhaitait pas que son nom soit divulgué publiquement pour des raisons de confidentialité. Reuters a vu le nom du pilote dans la plainte.

Berna a déclaré que les photos et les séquences vidéo citées dans la plainte ont été filmées par des membres du service qui étaient présents, et que les images ont ensuite été partagées dans un groupe de discussion WhatsApp. Les membres du groupe de discussion ont ensuite partagé les images avec le pilote qui a déposé la plainte, a déclaré l’avocat.

À la question de savoir pourquoi son client a attendu jusqu’à maintenant pour porter plainte, Me Berna a répondu que le pilote avait d’abord nié la gravité de ce qu’il avait vécu et qu’il ne voulait pas défier les autorités militaires.

Il a soulevé la question avec ses supérieurs à la fin de l’année 2020, a indiqué l’avocat, et a décidé de déposer une plainte pénale lorsqu’il a eu le sentiment que l’armée ne répondait pas de manière adéquate.

Spet a déclaré que le commandement de l’armée de l’air a été informé de l’incident en janvier de cette année, et a ordonné une enquête interne.

« Les pilotes responsables de cette mise en scène ont été sévèrement punis en avril 2021, avec des mesures allant jusqu’à la restriction dans les casernes », a déclaré M. Spet.

Berna a déclaré que ni lui ni son client n’avaient connaissance d’une quelconque sanction infligée au personnel de service pour cet incident.

Dans un communiqué distinct, l’armée de l’air a déclaré qu’elle condamnait toute action portant atteinte au bien-être physique ou mental de son personnel et qu’elle coopérerait à toute enquête criminelle.

Une porte-parole de la base de Solenzara a renvoyé Reuters à la déclaration de l’armée de l’air.

La plainte a été déposée auprès du parquet de Marseille le 5 mai, selon Me Berna. L’avocat a déclaré que son client est toujours dans l’armée de l’air et sert en tant que pilote, mais qu’il n’est plus pilote de combat.

Reuters, 09 mai 2021

Etiquettes : France, rituel de bizutage, plainte, armée française,