De Berlin à Madrid : Le chantage du Maroc, plonge Rabat dans l’isolement international

En quelques jours, le régime marocain du Makhzen, a bien tenté d’influencer le cours des évènements en sa faveur, au sujet de la question de la décolonisation du Sahara Occidental, en procédant à une tension avec l’Allemagne, premier pays de l’Union Européenne, favorable à l’application du droit international et des résolutions du Conseil de Sécurité de l’ONU, pour ce qui est des conflits au Sahara Occidental et en Libye.
Après avoir plié au diktat du tweet de Donald Trump, en normalisant avec l’entité sioniste, en prévision d’ » une reconnaissance de la marocanité » du Sahara Occidental, le régime du Makhzen heurtera à la souveraineté incontestable de Berlin, accrochée au respect du droit international, refusant tout chantage, comme il l’a bien exprimé, le ministère allemand des Affaires étrangères  qui qualifiera la décision marocaine de « malheureuse » et non « appropriée ». Berlin a clarifié à plusieurs reprises sa position sur le conflit du Sahara.

Le ministère allemand des Affaires étrangères a qualifié de «regrettable» et «anormale» la décision du Royaume du Maroc de convoquer son ambassadeur à Berlin pour des consultations, ce qui, du point de vue du ministère allemand des Affaires étrangères, reste une «mesure inappropriée pour régler une crise diplomatique», selon une porte-parole du ministère des Affaires étrangères à Berlin.

La porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères a poursuivi dans une déclaration aux médias vendredi dernier 7 mai 2021, que le gouvernement fédéral allemand avait demandé   à la partie marocaine des éclaircissements sur les raisons de cette mesure. Il a également déclaré que « les accusations et la nature des mots » dans la déclaration du ministère marocain des Affaires étrangères « ne reposent sur aucun fondement ».

Même son de cloche exprimé par Madrid par la voix de sa ministre des affaires étrangères ,Arancha Gonzalez Laya qui indiquera  que «  l’Espagne n’avait rien à ajouter à ce qu’elle a dit jusqu’à présent », en réaction au communiqué du département de Nasser Bourita, publié le 7 mai et qualifiant l’accueil et l’hospitalisation de Brahim Ghali comme étant « un acte prémédité » par le voisin ibérique.

Rabat réfute les raisons humanitaires invoquées par Madrid pour l’accueil du président sahraoui Brahim Ghali, hospitalisé en terre ibérique.

Algérie54, 09 mai 2021

Etiquettes : Maroc, Espagne, Allemagne, Sahara Occidental, Front Polisario,