Point de presse quotidien du Bureau du Porte-parole du Secrétaire général de l’ONU: 7 mai 2021

Ci-dessous les principaux points évoqués par M. Stéphane Dujarric, Porte-parole de M. António Guterres, Secrétaire général de l’ONU:

Saint-Vincent-et-les Grenadines

Le Porte-parole a fait le point sur la situation à Saint-Vincent-et-les Grenadines, suite à l’éruption du volcan La Soufrière, et où se trouve une trentaine de membres du personnel de sept agences onusiennes différentes.

Ces derniers appuient les efforts de secours et de relèvement sur le terrain en étroite collaboration avec le Gouvernement, l’Agence caraïbe pour les secours d’urgence en cas de catastrophe naturelle (CDEMA)et d’autres partenaires.

En plus d’un soutien antérieur pour l’assistance alimentaire, l’eau et l’assainissement, la santé et la protection -notamment contre la violence à l’encontre des femmes et des enfants- l’équipe de l’ONU et ses partenaires apportent un appui en matière de santé reproductive, d’abris, d’éducation et de protection des moyens de subsistance, y compris le bétail.

L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS), pour sa part, fournit des équipements de protection individuelle et des équipements médicaux pour empêcher la propagation du virus de la COVID-19.  Elle a également octroyé 250 000 dollars pour l’approvisionnement en eau et en assainissement.

Le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) déploie une réponse à la crise et un effort de relèvement de 300 000 dollars pour nettoyer rapidement les cendres volcaniques, avec des emplois d’urgence pour plus de 2 000 ménages.

Avec 20 000 personnes exposées au risque d’insécurité alimentaire, le Programme alimentaire mondial (PAM) et ses partenaires continuent de fournir une assistance immédiate.  Trois unités d’entreposage mobiles et deux bureaux préfabriqués augmentent la capacité de stockage du PAM.  Environ 90% de la capacité d’écoulement de l’eau a été rétablie dans l’ensemble de l’île, dans le cadre d’un effort mené par les autorités avec l’appui de l’ONU.

Myanmar

L’équipe de l’ONU au Myanmar a indiqué, aujourd’hui, qu’elle reste profondément préoccupée par les informations continues faisant état du recours à la violence par les forces de sécurité contre des manifestants.  Des informations font quotidiennement état de morts et de blessés parmi les manifestants et les passants.

Selon l’équipe de l’ONU, les meilleures données disponibles indiquent qu’au moins 774 femmes, enfants et hommes ont été tués à travers le Myanmar entre le 1er février et le 6 mai.  La grande majorité d’entre eux sont morts suite à des coups de feu.  L’équipe de l’ONU est également préoccupée par la situation de 3 740 personnes qui ont été arbitrairement arrêtées et qui sont toujours en détention.

Le personnel de l’ONU au Myanmar s’est également déclaré préoccupé par l’augmentation des informations faisant état d’explosions et d’incendies criminels dans différentes régions du pays.

Madagascar

À Madagascar, la situation humanitaire désespérée persiste dans le Grand Sud du pays, en proie à sa pire sécheresse en 40 ans.  La situation se détériore malheureusement rapidement.  Plus de 1,1 million de personnes -environ deux personnes sur cinq- souffrent d’insécurité alimentaire grave.

La situation devrait se détériorer dans les mois à venir.

Fait alarmant, dans le district d’Amboasary Atsimo, environ 75% de la population souffre d’une faim sévère, avec près de 14 000 personnes en situation d’insécurité alimentaire catastrophique et vivant dans des conditions proches de la famine.

Le nombre d’enfants admis au premier trimestre de 2021 pour le traitement de la malnutrition aiguë sévère potentiellement mortelle était quatre fois plus élevé que la moyenne quinquennale.

L’ONU, en collaboration avec ses partenaires humanitaires, intensifie la réponse, mais davantage de ressources sont nécessaires de toute urgence pour sauver des vies.

L’appel éclair pour Madagascar, lancé en janvier, cherche à lever 76 millions de dollars pour soutenir un million de personnes, mais n’a reçu que 22% de son financement.  L’ONU demande d’urgence à la communauté internationale de fournir un financement supplémentaire.

COVID-19/vaccins

Le Directeur général de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), M. Tedros Adhanom Ghebreyesus, vient d’annoncer que l’OMS a accordé l’autorisation d’utilisation d’urgence du vaccin de Sinopharm Beijing contre la COVID-19.  Cela porte à six le nombre de vaccins ayant reçu la validation de l’OMS pour la sûreté, l’efficacité et la qualité.

Le Ghana a reçu aujourd’hui son deuxième lot de vaccin provenant du Mécanisme COVAX.

L’UNICEF a aidé à faire en sorte que 350 000 doses arrivent en toute sécurité en République démocratique du Congo (RDC).

Plus de 850 000 doses ont été administrées depuis mars au Ghana.  L’équipe de l’ONU aidera à former les agents de santé à administrer les doses de vaccin nouvellement arrivées.  L’ONU a également appuyé la vaccination sur de nombreux autres fronts, y compris la logistique, les opérations et les communications.

Le Gouvernement du Honduras a reçu hier près de 190 000 doses via le Mécanisme COVAX.  Ces doses permettront à tous les agents de santé publics et non publics de se faire vacciner.

COVID-19/Papouasie-Nouvelle-Guinée

L’équipe de l’ONU en Papouasie-Nouvelle-Guinée, dirigée par le Coordonnateur résident, M. Gianluca Rampolla, continue de renforcer son soutien aux autorités pour répondre à la pandémie.  À compter d’hier, plus de 4 000 personnes ont reçu leur première dose du vaccin.  Cet effort comprend l’utilisation de 132 000 doses provenant du Mécanisme COVAX qui sont arrivées dans le pays le mois dernier.

Cette semaine, l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), l’UNICEF et le Bureau du Coordonnateur résident ont soutenu le lancement d’une campagne de communication nationale pour stimuler l’utilisation des vaccins dans tout le pays.  L’OMS et l’UNICEF continuent également de soutenir la logistique, la formation et la gestion des cas, notamment avec l’arrivée prochaine de nouveaux équipements fournis par l’ONU.

En outre, l’UNICEF et Gavi, l’Alliance du vaccin ont remis cette semaine, aux autorités, plus de 220 réfrigérateurs à vaccins à énergie solaire pour aider à renforcer la capacité de la chaîne du froid du pays afin d’assurer le stockage sûr des vaccins et augmenter la couverture.

Etiquettes : SAINT-VINCENT-ET-LES GRENADINES, MYANMAR, MADAGASCAR, PAPOUASIE-NOUVELLE-GUINÉE,