L’Union européenne est prête à discuter de la renonciation au brevet du vaccin COVID, selon Mme von der Leyen

L’Union européenne est prête à discuter d’une proposition, désormais soutenue par les Etats-Unis, visant à renoncer aux droits de propriété intellectuelle sur les vaccins COVID-19, a déclaré jeudi Ursula von der Leyen, présidente de la Commission européenne.

La chef de l’exécutif européen a déclaré que l’effort de vaccination du bloc s’accélérait, avec 30 Européens vaccinés par seconde, tout en exportant plus de 200 millions de doses de vaccin vers le reste du monde.

« L’UE est également prête à discuter de toute proposition qui aborde la crise de manière efficace et pragmatique », a déclaré Mme von der Leyen dans un discours prononcé devant l’Institut universitaire européen de Florence.

« C’est pourquoi nous sommes prêts à discuter de la manière dont la proposition américaine de dérogation aux protections de la propriété intellectuelle pour les vaccins COVID-19 pourrait contribuer à atteindre cet objectif. »

L’Afrique du Sud et l’Inde ont présenté la proposition initiale de dérogation pour les vaccins à l’Organisation mondiale du commerce en octobre, recueillant le soutien d’un grand nombre de pays en développement qui estiment qu’il s’agit d’une étape essentielle pour rendre les vaccins plus largement disponibles.

L’Organisation mondiale de la santé a déclaré en avril que sur les 700 millions de vaccins administrés dans le monde, seuls 0,2 % l’avaient été dans des pays à faible revenu.

Jusqu’à présent, l’Union européenne s’est rangée aux côtés d’un groupe de pays, dont beaucoup abritent de grandes entreprises pharmaceutiques, notamment la Grande-Bretagne et la Suisse, qui se sont opposés à cette dérogation.

Ils affirment que cela nuirait aux incitations des entreprises qui ont produit des vaccins en un temps record à faire de même lors d’une future pandémie. Ils affirment également que la renonciation aux brevets ne résoudrait pas instantanément le problème, à savoir le manque de capacités de fabrication suffisantes.

La fabrication de vaccins est également compliquée, comme en témoignent les problèmes de production d’AstraZeneca (AZN.L), et nécessiterait en outre un transfert de technologie, de savoir-faire et de personnel.

Les États-Unis ont déclaré mercredi qu’ils soutenaient la dérogation, bien que la responsable du commerce, Katherine Tai, ait averti que les négociations prendraient du temps.

Mme Von der Leyen a déclaré qu’à court terme, l’Union européenne appelait tous les pays producteurs de vaccins à autoriser les exportations et à éviter les mesures qui perturbent les chaînes d’approvisionnement.

Etiquettes : Union Européenne, UE, vaccin, coronavirus, covid 19, propriété intellectuelle sur les vaccins COVID-19,