Les rebelles tchadiens affirment avoir abattu un hélicoptère militaire

N’DJAMENA, Tchad (AP) – Les rebelles qui cherchent à renverser le nouveau gouvernement de transition tchadien ont affirmé jeudi avoir abattu un hélicoptère militaire, tandis que la junte au pouvoir a averti les opposants politiques de ne pas renouveler les protestations après les violentes manifestations du début de la semaine qui ont fait au moins six morts.

Le gouvernement tchadien a déclaré que les rebelles accusés d’avoir tué le président Idriss Deby Itno la semaine dernière se sont retirés au-delà de la frontière, au Niger voisin. Cependant, dans une déclaration publiée jeudi, le groupe rebelle a affirmé qu’il contrôlait la ville tchadienne de Nokou, située à plus de 300 kilomètres (186 miles) au nord de la capitale.

Il n’a pas été possible dans l’immédiat de vérifier de manière indépendante les affirmations du groupe armé connu sous le nom de Front national pour le changement et la concorde au Tchad. Ses combattants ont menacé d’attaquer la capitale, N’Djamena, dans le but de renverser le nouveau gouvernement dirigé par Mahamat Idriss Deby, fils du président abattu.

L’opposition politique tchadienne a également critiqué la formation d’un gouvernement militaire de transition dirigé par M. Deby, âgé de 37 ans, estimant qu’un gouvernement civil intérimaire aurait dû être dirigé par le président de l’Assemblée nationale.

Les manifestants sont descendus dans les rues de plusieurs quartiers de la capitale mardi, une semaine après l’annonce de l’assassinat choquant du président. Les manifestants ont bloqué des routes et mis le feu à des pneus, ce qui a entraîné une répression rapide de la part des forces de sécurité. Le gouvernement a déclaré mercredi que six personnes avaient été tuées dans les troubles, dont un officier de police à la retraite, tandis que les militants de l’opposition ont fait état de neuf morts.

Malgré les menaces proférées par les rebelles de prendre N’Djamena, les militants semblaient encore loin de la capitale jeudi. Le communiqué publié par le porte-parole des rebelles, Kingabe Ogouzeimi de Tapol, a critiqué l’armée tchadienne pour avoir lancé une série de bombardements aériens, affirmant qu’elle « n’a pas le courage de se battre au sol. »

« Tout avion survolant nos positions sera traité comme hostile au peuple tchadien et sera abattu sans avertissement », indique le communiqué des rebelles dans lequel ils affirment avoir abattu l’hélicoptère. La déclaration accuse également l’armée d’employer des mercenaires soudanais.

Il n’y a pas eu de réaction immédiate de l’armée, qui a déployé ces derniers jours des soldats enturbannés et lourdement armés dans les rues de la capitale, dans une démonstration de force aux côtés de la police.

Le porte-parole de l’armée, le général Azem Bermandoa Agouna, a déclaré que le chef des rebelles était recherché pour crimes de guerre dans la Libye voisine, et il a accusé les rebelles de conclure des alliances dangereuses avec des groupes armés extrémistes islamiques actifs dans l’est du Niger.

Tard mercredi, le général a appelé les dirigeants de l’opposition politique à réorienter leurs partisans à la suite des violents affrontements de mardi.

« Cette manifestation dite pacifique s’est paradoxalement soldée par la destruction délibérée de 15 véhicules de la police nationale et de deux stations (d’essence) appartenant à la société Total », indique le communiqué. « En outre, des agressions intentionnelles ont été commises à l’encontre des forces de l’ordre dans l’exercice de leurs fonctions ».

Le calme a prévalu jeudi dans cette ville d’un million d’habitants, où des panneaux publicitaires à l’effigie du président assassiné bordent encore de nombreux boulevards. Cependant, une coalition d’opposition connue sous le nom de FONAC a déclaré qu’elle maintiendrait sa résistance au nouveau gouvernement dirigé par le fils de Deby.

« Le FONAC appelle tous les Tchadiens du pays à se mobiliser pour dire non au coup d’État, à l’injustice et à la monarchie tchadienne », a-t-il déclaré.

Associated Press, 29 avr 2021

Etiquettes : Tchad, FACT, combats,