chef des opérations de maintien de la paix au Conseil de sécurité : une réponse plus forte est nécessaire pour mettre fin au terrorisme et à l’extrémisme violent au Sahel,

Alors que le Mali est confronté à des obstacles majeurs en matière de sécurité et de droits de l’homme, une réponse plus forte est nécessaire pour mettre fin au terrorisme et à l’extrémisme violent au Sahel, a déclaré le chef des opérations de maintien de la paix au Conseil de sécurité

Le Représentant permanent souligne les mesures prises par le gouvernement de transition pour accélérer la mise en œuvre de l’Accord de paix et organiser des élections libres et transparentes

Alors que le Mali continue d’être confronté à des obstacles politiques, sécuritaires, relatifs aux droits de l’homme et humanitaires majeurs, il est de la «plus haute importance» que la communauté internationale veille à ce que les parties prenantes nationales respectent leurs engagements, a déclaré aujourd’hui le chef des opérations de maintien de la paix des Nations Unies au Conseil de sécurité, comme il mis à jour sur les efforts déployés pour faire avancer la transition politique et mettre en œuvre l’Accord de paix et de réconciliation de 2015.

Jean-Pierre Lacroix, Secrétaire général adjoint aux opérations de paix, a appelé en particulier à une réponse renforcée sur la question du terrorisme et de l’extrémisme violent dans la région du Sahel. Une mise en œuvre rapide des recommandations des sommets de Pau de 2020 et de N’Djamena 2021 sera nécessaire, a-t-il déclaré.

Ses appels font suite à une attaque terroriste du 2 avril contre un camp de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations Unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA) à Aguelhok, dans le nord de Kidal, qui a blessé 26 soldats de la paix du Tchad et en a tué quatre autres. Leur défense héroïque a infligé un très sérieux revers aux assaillants, a déclaré M. Lacroix, illustrant la détermination à soutenir le peuple malien.

Se déclarant préoccupé par les milices opérant selon des critères ethniques dans le centre du Mali, il a appelé à une approche globale pour améliorer les conditions de sécurité, parallèlement aux efforts visant à protéger les civils et à restaurer l’autorité de l’État et les services sociaux de base. L’approche devrait également garantir que les milices et les groupes armés déposent les armes et se joignent au processus de dialogue.

Sur le plan politique, il a déclaré que sept mois après le début d’une transition politique prévue pour durer 18 mois, les principales institutions responsables de ce processus ont commencé à fonctionner. En février, le gouvernement a publié son ordre du jour pour la période à venir, que le parlement de transition a rapidement voté pour approuver lors de sa première session.

«Il est crucial que le rythme de ces réformes soit accéléré de toute urgence tout en garantissant que le plus grand nombre d’acteurs rejoignent le processus», a-t-il souligné. Le succès de la transition dépendra de l’engagement des parties prenantes maliennes à faire en sorte que le processus – et les réformes qui le sous-tendent – reste inclusif, transparent et crédible.

Parmi les priorités figurent l’achèvement des réformes politiques et institutionnelles, a-t-il déclaré, y compris le redécoupage territorial, les réformes électorales et la réforme de la Constitution. Il s’est félicité du décret présidentiel du 31 mars portant création du Comité d’orientation stratégique. Composé de 50 membres de toutes les principales parties prenantes – partis politiques, groupes de la société civile et chefs traditionnels parmi eux – il est chargé de définir la portée des améliorations à mettre en œuvre. Il a encouragé les Maliens à saisir cette opportunité pour trouver un terrain d’entente.

En ce qui concerne les préparatifs électoraux, il a déclaré que les discussions n’avaient pas encore abouti à un accord sur la question importante de la gestion des élections. En conséquence, aucun calendrier électoral officiel n’a été publié. Étant donné que les élections représentent un «test décisif» pour la transition, il a déclaré que le renforcement de leur crédibilité serait essentiel pour empêcher ce processus démocratique historique de déclencher une nouvelle instabilité politique.

Alors que les efforts pour mettre en œuvre l’Accord sur la paix et la réconciliation au Mali ont été lents, un nouveau sentiment de confiance entre les parties maliennes est apparu, a-t-il dit, parallèlement aux mesures prises pour améliorer l’appropriation par le Mali de l’Accord. Il a évoqué une réunion du 31 mars du Comité de suivi de l’Accord dans la région sud de Kayes moins d’un mois après qu’une réunion s’est tenue à Kidal, dans le nord, marquant la deuxième réunion de ce type à se tenir en dehors de Bamako depuis la signature de l’Accord. en 2015. Les deux rassemblements sont d’une importance symbolique majeure pour améliorer l’appropriation de l’Accord par les parties prenantes maliennes.

Sur ce, il a exhorté les parties maliennes à accélérer le redéploiement des unités de l’armée reconstituées dans le nord, l’opérationnalisation de la zone de développement de la région nord et la mise en place de la police territoriale. Six mois après que les représentants des mouvements signataires ont rejoint le gouvernement – une première depuis la signature de l’Accord de paix de 2015 – il est maintenant temps de traduire les engagements pris en progrès sur le terrain.

Sur ce point, le représentant du Mali a exprimé la détermination des autorités de transition à accélérer la mise en œuvre de l’accord de paix. Le comité d’orientation stratégique, créé par le décret présidentiel du 31 mars, réunira 50 personnes de la classe politique, de la société civile, du secteur privé, des syndicats, du monde universitaire, ainsi que des dirigeants des communautés traditionnelles et religieuses. D’autres priorités porteront sur le désarmement, la démobilisation et la réintégration des combattants dans les régions du nord et du centre, la dissolution des milices et le redéploiement des forces de sécurité sur tout le territoire.

De plus, le gouvernement a lancé des réformes pour la tenue d’élections libres et transparentes, a-t-il dit, soulignant que le premier ministre est en dialogue avec les forces de tout le pays pour tenter de parvenir à un consensus sur un calendrier.

Il a décrit la réunion du comité de suivi de l’accord à Kidal comme un développement majeur et un signe de confiance. La deuxième session du Comité, le 29 mars, a démontré une plus grande appropriation nationale de l’accord de paix. Ces deux réunions avaient pour but d’accélérer les décisions en matière de défense et de sécurité, de déployer la troisième société opérationnelle conjointe à Kidal et de lancer de nouvelles phases de désarmement, démobilisation et réintégration.

En ce qui concerne la participation des femmes, il a déclaré que le gouvernement s’est engagé à augmenter le nombre de femmes au sein du Comité de suivi de l’Accord de 9 à 12 et à assurer leur participation à ses sous-comités. Bamako met également en œuvre le plan d’adaptation et favorise le dialogue entre les communautés, qui a notamment conduit à la levée d’un blocus à Farabougou, dans la région de Ségou.

Sur le front des droits de l’homme, il a assuré le Conseil de la détermination du gouvernement à enquêter sur tous les cas documentés et à prendre des mesures disciplinaires contre les auteurs. Les auditions de la Cour d’Assise et du tribunal militaire de Mopti ont abouti à des condamnations de personnes impliquées dans des violences intercommunautaires et de soldats maliens en relation avec des exactions commises lors d’opérations antiterroristes. «Nous ne gagnerons la guerre que si nous protégeons notre propre peuple», a-t-il déclaré, demandant au Conseil un mandat solide et adapté pour la MINUSMA, renforcé par un financement prévisible et à long terme.

Tout au long de la réunion, les délégués ont félicité le gouvernement de transition du Mali pour s’être efforcé de maintenir l’élan politique, pressant les autorités de fixer un calendrier pour la tenue d’élections libres et équitables et appelant toutes les parties à accélérer la mise en œuvre de l’Accord de paix de 2015.

Le représentant de la France a déclaré qu’il était essentiel que toutes les parties prenantes saisissent l’opportunité créée par la période préélectorale. La mise en œuvre de l’Accord de paix de 2015 est cruciale, mais les engagements doivent être concrétisés. Elle a souligné la nécessité d’accélérer le processus de désarmement, de démobilisation et de réintégration, de décentralisation et de développement dans le nord, et d’accroître la participation des femmes au processus de paix. Les réformes politiques doivent être achevées avant la tenue des élections. Se félicitant de la feuille de route convenue lors du sommet de Ndjamena des 15 et 16 février, elle a appelé à un soutien accru au Groupe des Cinq pour la Force conjointe du Sahel et a exhorté les Nations Unies et l’Union européenne à recourir davantage à des contractants – une disposition proposé par le Conseil il y a 10 mois, mais qui n’a pas encore été mis en œuvre. Les efforts de sécurité doivent s’accompagner d’un engagement politique ferme de la part des autorités maliennes pour accroître les services publics, en particulier dans le nord. Elle a ensuite salué les efforts des autorités maliennes pour mettre fin aux violations des droits de l’homme et du droit international humanitaire et les a exhortées à aller plus loin pour mettre fin à l’impunité.

Le représentant des États-Unis a dit que chaque fois que le Conseil se réunissait pour discuter de la situation au Mali, les forces de sécurité nationales ou internationales étaient sous le choc d’une attaque meurtrière. La sûreté et la sécurité des soldats de la paix est une priorité pour les États-Unis, qui continueront de fournir une assistance en matière de formation et d’équipement dans le cadre de son Initiative mondiale pour les opérations de paix. Elle a souligné que les autorités maliennes et les acteurs régionaux de la sécurité doivent mettre un terme aux violations des droits humains, y compris la violence sexiste. De tels abus, y compris ceux impliquant les forces de sécurité maliennes, doivent faire l’objet d’une enquête approfondie, car les meurtres et abus injustifiés ne feront qu’exacerber la situation. Elle a ajouté que des élections libres et régulières, administrées de manière transparente par les autorités compétentes, doivent avoir lieu à temps. La réouverture de l’accord de paix ne fera qu’entraver sa mise en œuvre. Elle a poursuivi en insistant sur la nécessité pour les femmes de participer à la prise de décision à chaque table de discussion et à tous les niveaux.

The representative of Niger, speaking also for Kenya, Tunisia and Saint Vincent and the Grenadines — informally known as the “A3+1” — recalled that Mali is one year away from its transition, and thus, at a crossroads for its long-awaited stabilization, combating impunity in the centre of the country. “All Malian stakeholders must listen to one another,” he said, and agree on constitutional, electoral and other reforms. The participation of women and young people should be encouraged in those efforts and he welcomed the launch of consultations on what citizens expect for the new constitution. MINUSMA must continue to provide political, logistical and financial support, he said, urging the Government to address intercommunal violence and reprimand those disrupting implementation of the peace accord.

Soulignant que «la paix se nourrit du développement», il a encouragé les partenaires du Mali à relancer l’assistance et a exhorté la Commission de consolidation de la paix à jouer un rôle plus important dans les efforts de stabilisation, notamment en encourageant le retour des forces armées nationales et de l’administration dans tout le pays. Le recours à des unités de l’armée reconstituées dans le nord et la mise en place d’une police territoriale sont essentiels au succès, a-t-il déclaré, se déclarant gravement préoccupé par la présence de combattants étrangers et de mercenaires en Libye, un sujet que sa délégation espère aborder plus tard ce mois-ci. La MINUSMA, quant à elle, a besoin de la capacité de s’acquitter de son mandat, conformément à la résolution 2531 (2020). Il doit donc être plus fort et plus robuste, compte tenu de l’incidence des attentats terroristes. Il a appelé à opérationnaliser le nouveau bataillon et à réajuster le mandat de la MINUSMA afin qu’il soutienne la transition politique et le retrait des tâches d’appui de la Force conjointe, ce qui permettrait à cette équipe de mieux se concentrer sur ses priorités stratégiques. Pour sa part, le Conseil doit demander au Secrétaire général de fournir des informations d’ici la fin du mois de mai sur les modalités de création d’un bureau d’appui à la Force conjointe – une entité qui serait plus appropriée qu’un arrangement technique tripartite. En juin, sa délégation présentera un projet de résolution portant création d’un tel bureau d’appui, a-t-il ajouté. le Conseil doit demander au Secrétaire général de fournir des informations d’ici la fin du mois de mai sur les modalités de création d’un bureau d’appui à la Force conjointe – une entité qui serait plus appropriée qu’un arrangement technique tripartite. En juin, sa délégation présentera un projet de résolution portant création d’un tel bureau d’appui, a-t-il ajouté. le Conseil doit demander au Secrétaire général de fournir des informations d’ici la fin du mois de mai sur les modalités de création d’un bureau d’appui à la Force conjointe – une entité qui serait plus appropriée qu’un arrangement technique tripartite. En juin, sa délégation présentera un projet de résolution portant création d’un tel bureau d’appui, a-t-il ajouté.

Le représentant de l’Estonie a mis en lumière les progrès de la transition politique au Mali tout en encourageant les autorités à honorer pleinement leurs engagements envers le peuple malien. Décrivant le programme de réforme pour la période de transition comme ambitieux, il a appelé les autorités à identifier et à mettre en œuvre ses priorités les plus urgentes. «Il est de la plus haute importance de prendre dès maintenant des mesures concrètes, transparentes et crédibles pour faire des élections de mars 2022 une réalité», a-t-il souligné, appelant à un calendrier électoral détaillé et opérationnel et soulignant la nécessité d’une pleine participation des femmes. Se félicitant du rôle positif et de l’engagement de l’Union africaine et de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) dans le soutien à la transition politique du Mali, il a néanmoins décrit la situation sécuritaire du pays comme extrêmement préoccupante. Les attaques odieuses telles que le ciblage la semaine dernière d’un camp de la MINUSMA à Kidal doivent être condamnées dans les termes les plus forts, a-t-il déclaré, s’engageant à continuer de contribuer à la lutte contre le terrorisme au Mali en participant à des opérations internationales et à des missions de formation. Notant qu’une approche militaire de ces défis ne suffira pas, il a ensuite exprimé sa préoccupation concernant les tendances négatives persistantes au Mali en matière humanitaire et de droits de l’homme et a exhorté les autorités maliennes à donner suite à toutes les enquêtes et procédures judiciaires pertinentes.

Le représentant de l’Inde, se déclarant gravement préoccupé par la recrudescence de la violence de la part des groupes terroristes au Mali, a déclaré que la Force conjointe avait besoin d’un soutien plus solide de la part du Conseil et de la communauté internationale. «Il y a un besoin urgent d’une approche globale pour relever les déf is de sécurité découlant de ces attaques asymétriques croissantes», a-t-il déclaré, ajoutant que les autorités de transition au Mali doivent prendre des mesures urgentes pour redéployer et étendre les services administratifs, policiers et sociaux de l’État en le centre et le nord du pays. Prenant note des mesures en vue d’élections et d’un référendum constitutionnel, il a déclaré que le gouvernement de transition doit continuer à impliquer les partis politiques dans le processus de transition afin de garantir que le processus soit inclusif. À la fois,

Le représentant du Royaume-Uni a souligné la nécessité d’un processus politique inclusif fondé sur la consultation et le dialogue, afin de favoriser un sentiment d’appropriation entre toutes les parties à l’Accord de paix de 2015. Il espérait voir des progrès accélérés et des réalisations concrètes conformes à la feuille de route transitoire convenue en décembre. Se déclarant préoccupé par l’impunité pour les abus et violations des droits de l’homme, il a exhorté les autorités maliennes à garantir la transparence et la responsabilité de ces actes, car la justice est nécessaire pour parvenir à une paix durable et contribuer à instaurer la confiance entre l’État et sa population. Il a ajouté que les attaques contre les soldats de la paix ne devraient pas rester impunies et que leurs auteurs devraient être conscients que leurs actes constituaient des crimes de guerre.

Le représentant du Mexique a salué le plan d’action présenté par le Premier Ministre du Mali en février, qui, avec la feuille de route pour la mise en œuvre de l’Accord de paix de 2015, peut jeter les bases de progrès vers une transition démocratique. Le Conseil doit apporter le soutien nécessaire au gouvernement pour mettre en œuvre les engagements qu’il a pris. Les autorités maliennes, à leur tour, devraient ouvrir les espaces nécessaires aux forces politiques pour aider à mettre en œuvre le plan de paix. Il a approuvé la stratégie de sortie de la MINUSMA, soulignant que le succès de la transition dépend de la tenue d’élections libres, équitables et pacifiques en temps opportun. Il est essentiel que les autorités maliennes et le Conseil national de transition donnent la priorité à l’adoption du cadre juridique nécessaire, avec des mesures législatives prises pour assurer la pleine et égale participation des femmes. Il a réitéré l’appel à punir les attaques contre les civils, «quels qu’en soient les auteurs», et à garantir un accès sans restriction à l’assistance. Il a également appelé à la mise en œuvre du plan d’action national pour éliminer les armes légères et de petit calibre en coopération accrue avec les pays voisins, soulignant que l’appui des organisations régionales et sous-régionales est essentiel pour mettre ces efforts en phase avec la dynamique régionale.

Le représentant de la Chine a déclaré que la communauté internationale devrait continuer à apporter son soutien au Mali, soulignant l’importance de maintenir l’élan de la transition politique et de promouvoir le développement d’une manière qui profitera à tous les Maliens. Il a appelé à la consolidation des résultats, associée à des progrès sur le déploiement des forces armées, la zone de développement du nord et la mise en œuvre de l’Accord de paix de 2015. De plus, des politiques visant à améliorer la situation sécuritaire doivent être mises en œuvre, car les activités terroristes sont endémiques dans le nord. Dans l’intervalle, les efforts de lutte contre le terrorisme doivent être accompagnés de ceux visant à s’attaquer aux causes profondes de cette violence, a-t-il dit, exprimant son soutien aux mesures gouvernementales à cet égard. Soulignant que les opérations antiterroristes étrangères doivent respecter la souveraineté du Mali et respecter le droit international, il a également appelé à l’élaboration d’une réponse efficace au COVID-19, notamment en garantissant un accès rapide et complet à un vaccin. La sécurité des soldats de la paix doit également être maintenue, les attaques récentes faisant l’objet d’enquêtes et les auteurs traduits en justice.

Le représentant de la Norvège a dit que la MINUSMA était toujours nécessaire et qu’il était sage de garder pour l’instant la Feuille de route transitoire axée sur la transition. Il vaut mieux laisser les décisions sur une sortie pour plus tard. «La force militaire seule ne peut jamais résoudre les problèmes à long terme», a-t-elle déclaré, ajoutant qu’une sécurité durable dépend d’un développement inclusif et durable, d’une bonne gouvernance et du respect des droits de tous les Maliens, qui méritent de voir l’Accord d’Alger devenir un réalité. Elle a souligné que la lutte contre l’impunité doit être intensifiée et a appelé à un suivi des recommandations de la Commission internationale d’enquête pour le Mali. Elle a ajouté que la MINUSMA, aux côtés de divers acteurs sur le terrain, a un rôle à jouer pour promouvoir la médiation et le dialogue au niveau local. À cet égard,

The representative of the Russian Federation, recalling that extremists continue to terrorize local populations, Malian military units, peacekeepers and international forces alike, also expressed concern over the situation in the tri-border area and pressed Mali’s authorities to act “even more decisively” to eliminate such a scourge from their lands. Nonetheless, the National Transition Council has started working, and both the action plan and road map for elections have been approved. She expressed hope that all would be implemented within 18 months of the transition period.

Se félicitant des résultats des réunions du Comité de suivi de l’Accord en février et mars, elle espère que les efforts de désarmement, de démobilisation et de réintégration seront accélérés et que des unités seront déployées dans le nord. Elle s’est également déclarée préoccupée par la situation humanitaire, citant une augmentation de 50% du nombre de personnes déplacées à l’intérieur du pays comme preuve que la stabilité au Mali est essentielle pour la paix dans la région. Elle a appelé à la poursuite des forces maliennes dans les opérations de la Force conjointe du G5 Sahel, exprimant l’espoir que les décisions prises par les pays d’Afrique de l’Ouest en 2020 et 2021 sur la lutte contre le terrorisme seront mises en œuvre. L’idée de déployer des forces africaines en attente dans la région doit également être soigneusement examinée, a-t-elle déclaré,

The representative of Ireland, acknowledging that transitional authorities demonstrated great ambition in adopting the action plan in February, said the main priority now is to return to constitutional order and ensure that a democratic Government is in charge. Malian authorities must ensure that the political and institutional reform process is transparent and inclusive, with the transitional Government setting a timetable for elections and establishing an independent electoral authority that includes women. There is also a need to encourage women to vote and support them as candidates, she added, echoing the call to address education as a pre-requisite for lasting peace. Other priorities include the disarmament, demobilization and reintegration process, deployment of reconstituted army units and implementation of projects in the northern development zone. Impunity for human rights violations must end and perpetrators must be brought to justice without delay. Underscoring MINUSMA’s essential role in fostering respect for human rights, she said such work is critical to broader efforts to promote accountability. She called for continued focus on the protection of civilians in the Mission’s mandate, as attacks against humanitarian personnel and peacekeepers continue to be a grave concern. MINUSMA also must have the resources needed to fulfil its mandate, she emphasized.

Le représentant du Viet Nam, Président du Conseil pour le mois d’avril, a pr is la parole à titre national, qualifiant les progrès politiques au Mali de modestes et appelant à davantage d’efforts pour mettre en œuvre l’Accord de paix de 2015. Soulignant la nécessité pour le Gouvernement de transition et les parties concernées d’instaurer la confiance, de résoudre les différends et de travailler ensemble dans un esprit de réconciliation, il a ajouté que la communauté internationale devait continuer d’apporter son soutien. «Au cours des six derniers mois, la région et le Mali lui-même n’ont connu aucune amélioration significative de la sécurité», a-t-il déclaré, mettant en lumière les graves risques posés par le terrorisme, l’extrémisme, la violence et les conflits intercommunautaires. Condamnant les récentes attaques contre des civils, des forces de sécurité et des soldats de la paix, il a appelé les autorités à ne ménager aucun effort pour identifier les auteurs et a appelé à la cessation des hostilités pour aider le Mali à surmonter ses défis actuels. Il a également salué les efforts inlassables de la MINUSMA pour promouvoir la paix et la réconciliation et a demandé au Conseil de veiller à ce que la Mission dispose du matériel et des ressources adéquats pour s’acquitter de son mandat tout en se défendant.

Reliefweb, 6 avr 2021

Etiquettes : Mali, Sahel, ONU,




Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image