Myanmar, Libye et Syrie : de dangereux parallèles

par Brian Berletic

Lorsque les manifestants dans les rues du Myanmar ont commencé à brandir des pancartes en anglais réclamant la  » R2P  » ou la  » responsabilité de protéger « , la première réaction aurait dû être pour beaucoup un flash-back de la dernière fois que la R2P a été invoquée – en 2011 par l’Occident à propos de la Libye.

La violence en Libye en 2011 s’inscrivait dans le cadre plus large du printemps arabe orchestré par les États-Unis, avec des groupes d’opposition, des fronts se présentant comme des organisations non gouvernementales, et même des factions armées, tous soutenus par les États-Unis et préparés des années à l’avance pour mener une campagne de déstabilisation, de changement de régime, d’intervention militaire et d’occupation dans toute la région.

À l’époque, beaucoup – dont le sénateur américain John McCain – ont promis que le printemps arabe se propagerait délibérément et dans le cadre de la volonté de Washington d’encercler, de contenir et finalement de renverser les ordres politiques et économiques de l’Iran, de la Russie et de la Chine.

The Atlantic, dans un article de 2011 intitulé « Le printemps arabe : « Un virus qui attaquera Moscou et Pékin »,’ note même :

‘… McCain a lâché une sacrée pique à la foule.

Il a dit : « Il y a un an, Ben-Ali et Kadhafi n’étaient pas au pouvoir. Assad ne sera pas au pouvoir l’année prochaine à la même époque. Ce printemps arabe est un virus qui va attaquer Moscou et Pékin. » McCain a ensuite quitté la scène.

Malgré l’échec final du Printemps arabe manigancé par les États-Unis pour obtenir un changement de régime radical au-delà de la Libye, il a tout de même réussi à déstabiliser ou autrement détruire les régions d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient en créant un prétexte pour une présence militaire américaine permanente sur place, y compris une occupation durable de la région orientale de la Syrie, et la création d’un conflit en cours qui pourrait facilement être décrit comme une guerre par procuration contre l’Iran – l’une des nations que le Printemps arabe de 2011 visait finalement.

McCain a été un fervent partisan de l’intervention militaire américaine lors des premières phases du printemps arabe. Il a rencontré des terroristes armés et soutenus par les États-Unis en Libye et en Syrie jusqu’à sa mort en 2018.

Lorsqu’il a déclaré que le conflit provoqué par les États-Unis finirait par atteindre Moscou et Pékin, il était clair, même à l’époque, qu’il le ferait, par nécessité. Il fallait d’abord qu’il arrive et érode la stabilité des nations situées à la périphérie de la Russie et de la Chine.

Et ce processus s’est poursuivi depuis lors, avec la « révolution de couleur » soutenue par les États-Unis qui a attaqué l’Ukraine en 2013-2014, le Belarus plus récemment, et à l’intérieur de la Chine et le long de ses périphéries – séparatisme meurtrier dans la région chinoise du Xinjiang, violentes émeutes à Hong Kong, groupes d’opposition en Thaïlande ouvertement opposés aux relations étroites entre Bangkok et Pékin, et maintenant la crise au Myanmar.

Des parallèles dangereux

Les manifestations qui ont eu lieu au Myanmar en réponse à l’éviction du gouvernement d’Aung San Suu Kyi et de sa Ligue nationale pour la démocratie, soutenu par les États-Unis, au début de l’année, ont commencé dans la violence. Ce sont les mêmes groupes politiques qui, des années auparavant, avaient pris d’assaut les communautés rohingyas, tuant les habitants et brûlant les maisons et les commerces. Il est peu probable que depuis lors, ils aient adopté des méthodes « pacifiques ».

Pour faire croire à la nature violente des manifestations, les médias occidentaux se sont largement appuyés sur de faux groupes de défense des droits de l’homme, comme l’Association d’assistance aux prisonniers politiques, qui fournit un « décompte » sans fondement des morts et des détenus. Les médias occidentaux ne mentionnent jamais que l’AAPP est financée par le gouvernement américain via la National Endowment for Democracy et que le fondateur et co-secrétaire de l’AAPP, Ko Bo Kyi, est également un « fellow » de la NED.

Des façades similaires ont été utilisées par l’Occident en Libye et en Syrie, notamment la Ligue libyenne des droits de l’homme et l’Observatoire syrien des droits de l’homme, respectivement.

Des vidéos de manifestants armés de machettes, d’épées, d’arcs et de flèches, de cocktails Molotov et d’autres armes se battant avec la police et les soldats ont même été diffusées par les médias occidentaux, et il a été fait mention occasionnellement de policiers et de soldats morts dans ces violences. Mais dans l’ensemble, les médias occidentaux ont maintenu le récit d’un « massacre » unilatéral de « manifestants pacifiques » par les forces de sécurité du Myanmar.

On se souvient des récits similaires racontés lors des premières phases des conflits en Libye et en Syrie en 2011.

Les médias occidentaux comme la BBC et Reuters ont tenté de présenter l’opposition en Libye et en Syrie comme « pacifique » jusqu’à ce que des images de groupes d’opposition équipés d’armes de guerre – y compris des chars – commencent à apparaître. Une fois qu’il a été de notoriété publique que l’opposition était lourdement armée et organisée – et que le moment était venu pour les États-Unis et leurs alliés de l’armer et de la soutenir ouvertement – les médias occidentaux ont commencé à « expliquer » pourquoi les « manifestants pacifiques » n’avaient « pas d’autre choix » que de prendre les armes.

La même histoire se déroule actuellement au Myanmar.

Myanmar Now – financé par le gouvernement américain via la NED, comme le révèle un article de la Columbia Journalism Review – dans un article récent intitulé « Alors que le massacre des civils se poursuit, certains décident qu’il est temps de prendre les armes », tente de vendre un récit similaire aujourd’hui. L’article affirme :

Armés uniquement de lance-pierres, de boucliers de fortune et de cocktails Molotov, Ko Saung et ses camarades ont pu constater qu’ils ne faisaient pas le poids face à des forces armées équipées d’armes mortelles et autorisées à tuer sans pitié.

C’est pourquoi ils ont décidé qu’il était temps pour eux de se procurer de vraies armes et d’apprendre à s’en servir. Et pour ce faire, ils savaient qu’ils devraient se rendre dans les zones frontalières, où les groupes armés ethniques combattent le Tatmadaw depuis des décennies ».

L’article explique ensuite comment, deux mois seulement après le début de la crise, un gouvernement parallèle a déjà été formé et une « armée fédérale » est déjà prête à combattre les militaires du Myanmar pour le contrôle du pays.

L’article explique :

Le Comité représentant le Pyidaungsu Hluttaw, formé par des députés du gouvernement civil évincé du Myanmar, a proposé une alternative : une armée fédérale regroupant toutes les forces opposées au régime.

Selon le CRPH, l’idée est de mettre en place des plans de défense depuis le niveau du quartier/village jusqu’au niveau du canton. Après la publication d’une déclaration exposant la proposition, un certain nombre de comités de sécurité ont été créés dans différentes parties du pays ».

Ces « forces opposées au régime » comprennent des groupes ethniques armés qui, depuis des décennies, reçoivent des fonds, des équipements et des armes des États-Unis par l’intermédiaire de façades se présentant comme des ONG. Nombre d’entre eux sont répertoriés sur le site Web de la National Endowment for Democracy du gouvernement américain.

Tout comme en Libye et en Syrie, les médias occidentaux et les organes de propagande financés par les États-Unis, tels que Myanmar Now, tentent de vendre l’idée d’une force « pro-démocratie » de « combattants de la liberté » qui, e n réalité, est clairement composée d’extrémistes armés motivés par l’identité ethnique, utilisés par les États-Unis depuis des décennies pour diviser le Myanmar et destinés à réduire la nation en cendres dans un conflit mortel et prolongé au cours de leur lutte contre le gouvernement du Myanmar – et s’ils réussissent – entre eux par la suite.

Dans les jours et les semaines à venir, le CRPH sera sans aucun doute reconnu par les États-Unis et leurs alliés comme le gouvernement « légitime » du Myanmar, ce qui permettra aux États-Unis et à d’autres pays d’armer, de financer et d’aider le CRPH dans sa tentative de prendre le pouvoir total sur le pays.

Les États-Unis auront probablement aussi l’occasion de proposer une intervention militaire limitée, citant l’utilisation de l’aviation du Myanmar contre des groupes d’opposition armés d’armes de guerre – tout comme les États-Unis l’ont fait en Libye et ont tenté (et partiellement réussi) en Syrie.

Le régime mandataire sera en mesure d' »inviter » l’armée américaine sur le territoire du Myanmar – un scénario de rêve pour des États-Unis qui cherchent désespérément à encercler la Chine avec leur armée, notamment en plaçant leurs troupes dans une nation directement frontalière de la Chine, comme le fait le Myanmar.

Les États-Unis ont promis que leur printemps arabe se propagerait comme un virus jusqu’aux portes de Moscou et de Pékin. Pour la Chine – avec le Myanmar clairement infecté et mourant lentement à sa frontière – ce jour est maintenant arrivé.

New Age, 3 avr 2021

Etiquettes : Libye, Myanmar, Syrie, Arab Spring, OTAN, Moamar Kadhafi,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image