« L’homme qui a vendu sa peau » : nomination de la Tunisie aux Oscars noirs

C’est une fable politique troublante à l’esthétique sophistiquée et la toute première nomination aux Oscars en Tunisie: « L’homme qui a vendu sa peau ».

À la fois satire sombre et drame romantique, le film raconte l’histoire du réfugié syrien adoré Sam Ali (Yahya Mahayni) qui est capable de voyager en Europe grâce à un pacte faustien.

Lorsqu’un artiste contemporain tatoue un visa Schengen européen dans le dos, Ali se retrouve capable de traverser les frontières internationales en tant qu’œuvre d’art vivante.

La scénariste-réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania s’est aventurée hors de son pays natal pour se plonger dans deux mondes contrastés: celui des réfugiés et celui de l’art contemporain.

«Je ne supportais plus le discours de victimisation sur les réfugiés», a déclaré le directeur, Ben Hania.

«Mon intention depuis le début était de faire de lui un héros contemporain qui s’impose et fait tourner l’aventure à son avantage».

L’histoire est en partie inspirée de l’histoire réelle d’un Belge, Tim Steiner, qui a vendu le droit de se tatouer le dos, de l’exposer occasionnellement et de récupérer la peau après sa mort, à l’artiste Wim Delvoye, qui fait une apparition dans le film.

Le film, tourné en France, en Belgique et en Tunisie, alterne entre un ton grinçant et tendre en mettant en évidence la cruelle absurdité d’un système où les objets peuvent voyager plus librement que les personnes.

« L’homme qui a vendu sa peau » est présélectionné dans la catégorie Long métrage international pour les Oscars, qui se déroulent le 25 avril.

Monica Bellucci incarne une «fausse blonde» galeriste tandis que l’acteur syrien Yahya Mahayni incarne un doux rêveur épris de liberté qui oscille entre joie et colère dans une situation instable.

« Dépossession totale  »

Alors que le réfugié est « en dépossession totale de son corps » pendant une partie de l’histoire, « il finit par en reprendre possession », a déclaré Ben Hania.

Les personnages de l’histoire « me ressemblent, poussés à l’extrême », a-t-elle confié.

Comme la réfugiée syrienne, a-t-elle dit, elle a été confrontée à « des problèmes de papiers pour partir en France ».

Et comme l’artiste excentrique du film, elle a dit: « Je réfléchis à mon travail à l’extrême ».

Ses premiers films ont déjà remporté des prix, dont « La Belle et les Chiens » sur la quête de justice d’une jeune femme après avoir été violée, et « Zaineb déteste la neige », un documentaire sur une adolescente tunisienne qui émigre au Canada.

La nomination aux Oscars « est énorme », a admis Ben Hania, qui a ajouté qu’elle regrette le manque de soutien institutionnel au cinéma en Tunisie.

Le film a été coproduit avec 25 partenaires internationaux, notamment en Belgique, en France, en Allemagne, en Suède, en Tunisie et au Qatar, et tourné par le directeur de la photographie libanais Christopher Aoun («Capharnaüm»).

Augmenter le budget de 2,5 millions d’euros (2,9 millions de dollars) était « un défi », selon l’un des coproducteurs, Nedim Cheikhrouha, qui a déclaré que le projet s’était presque effondré il y a un an faute de fonds.

Aux Oscars, « L’homme qui a vendu sa peau » a moins de ressources promotionnelles que les autres prétendants, ont déclaré les producteurs.

Ben Hania – qui dit travailler actuellement sur un film « à la limite des genres » entre documentaire et fiction – espère que la nomination aux Oscars « facilitera au moins mes prochains films ».

« L’homme qui a vendu sa peau » est sorti cette semaine en Tunisie et sera projeté aux États-Unis à partir du 2 avril et en Suède le 23 avril.

France24, 1 avr 2021

Etiquettes : Tunisie, L’homme qui a vendu sa peau, oscars, cinéma, nomination,