Algérie : Missionnés, les pyromanes s’agitent

À L’APPROCHE DE LA DATE ANNIVERSAIRE DU HIRAK : Missionnés, les pyromanes s’agitent

À l’approche du 22 février, date du 2ème anniversaire du Hirak, certaines officines ont repris leur travail de propagande dans l’espoir de créer les conditions pour semer le chaos en Algérie. Et dans cette œuvre de manipulation tous azimuts, la conjoncture sociale du pays, fortement impactée par la pandémie, tout comme plusieurs pays dans le monde, même les plus développés, est utilisée par ces pyromanes comme l’argument-massue qui poussera les Algériens à investir la rue et à sombrer dans l’inconnu.

L’exemple de la Tunisie, qui vit ces derniers jours des troubles qui ont nécessité l’intervention de l’armée fait peur car les ennemis aussi bien de l’intérieur que ceux tapis dans des salons cossus de capitales occidentales, sont décidés à aller vers le pire pour cette fois. Zitout est ses comparses de Rachad, certains déserteurs des services de sécurité, BHL et bien d’autres encore missionnés, aussi bien de l’intérieur que de l’extérieur, sont passés à l’action pour créer les conditions d’un dérapage qui pourrait avoir des conséquences graves pour la stabilité du pays.

Profitant des prochaines échéances électorales annoncées prochainement, ils veulent rééditer les coups tordus qu’ils avaient réalisés à l’occasion de la présidentielle ou encore le référendum sur la Constitution du 1er novembre dernier. Zitout et ses ouailles savent bien que leur discours taillé dans la pure mégalomanie ne passe pas même s’ils recouraient à tous les artifices.

Le peuple algérien est conscient que les opposants qui ont choisi de se mettre au service d’agendas étrangers ne lui veulent aucun bien. Bien au contraire, ils veulent faire de lui un autre exemple d’une nation victime des jeux malsains des intérêts des grandes puissances, à l’instar du peuple frère de Libye, de la Syrie ou de l’Irak. Les Néron des temps modernes et des salons feutrés se sont donné le mot pour tenter de plonger le pays dans le chaos. Et pour réussir leur sale besogne tous les moyens sont bons. Les réseaux sociaux sont devenus leurs lieux de rendez-vous et la désinformation leur principale arme.

Poussé à bout et constatant que sa campagne de dénigrement du pays et de ses institutions n’avait donné aucun résultat, Zitout et certains missionnés n’avaient pas hésité, il y a quelques mois, à appeler les Algériens à prendre les armes. Curieusement, au moment où le Hirak insistait sur le caractère pacifique des marches, ils n’avaient pas hésité à appeler le peuple à prendre les armes. Les Algériens unis par le sang versé pour le recouvrement de leur indépendance et pour la défense des fondements de la République lors de la décennie noire, n’ont pas cédé à ces appels criminels. Et l’approche du 22 février, date anniversaire du Hirak béni, a fait sortir la meute des félons de leur tanière. Le peuple algérien n’est pas dupe. Il est conscient qu’il vit des moments difficiles, que son pouvoir d’achat est fortement impacté par la pandémie, que l’avenir est incertain, mais il n’osera jamais mettre en péril la stabilité de son pays qui est sur une poudrière et qui se retrouve cerné par des zones de conflit que certains seraient tentés d’étendre vers l’Algérie. Leurs funestes plans avaient échoué par le passé et ils échoueront cette fois aussi.
S. Ben

Le Courrier d’Algérie, 3 fév 2021

Tags : Algérie, Hirak, 22 février, anniversaire,