Algérie : Belhimer sur la fermeture des comptes Facebook nuisant à d’autres pays dont l’Algérie

BELHIMER SUR LA FERMETURE DES COMPTES FB NUISANT À D’AUTRES PAYS DONT L’ALGÉRIE : « Cela confirme les renseignements que nous détenons »

Dans un entretien accordé au site « Sabq Press », le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, Ammar Belhimer, est revenu sur la fermeture, par Facebook, de certains comptes qui s’attaquent à plusieurs pays, dont l’Algérie.

Pour le ministre Belhimer, la démarche de Facebook portant suspension de certains comptes attentatoires à plusieurs pays « confirme la véracité des renseignements que l’État détient et partage avec les citoyens en vue de les sensibiliser quant aux dangers qui guettent l’Algérie », ajoutant que ces dangers avérés « s’inscrivent dans la perspective d’un plan étranger ourdi à de hauts niveaux pour attenter à notre pays ». En charge de l’exécution de ce plan « des parties françaises, les renseignements de l’entité sioniste et du Makhzen », a affirmé, sans ambages M. Belhimer, d’où la nécessité pour l’État algérien, a-t-il encore poursuivi, « de redoubler de vigilance, consolider le front interne et de se dresser comme un seul homme en vue de préserver notre Patrie de tout mal, quel qu’en soit la nature, la source et l’étendue ».

Dans un autre registre, l’enfant de de la corporation des professionnels des médias a abordé les principaux chantiers ouverts par le secteur dont il a la charge, affirmant que la création du Conseil national de l’information « est prise en charge dans le projet qui modifiera et complétera la Loi sur l’information ». Abordant la question du Sahara occidental, le ministre Belhimer a rappelé la position constante de l’Algérie, indiquant, à ce propos : « tant que le Conseil de sécurité n’a pas encore nommé un représentant onusien au Sahara occidental, toutes les hypothèses sont envisageables ».
« Cette situation appelle à l’impératif d’accélérer l’application de la légalité internationale, une revendication claire de l’Algérie », a conclu M. Belhimer.

Le 13 novembre dernier, le Maroc a lancé une attaque militaire dans la zone tampon d’El-Guerguerat contre des civils sahraouis qui manifestaient pacifiquement pour exiger la fermeture définitive de cette brèche illégale, mettant fin au cessez-le-feu signé en 1991 entre le Maroc et le Front Polisario. Depuis, l’armée sahraouie qui se retrouve en état de légitime défense, mène des opérations militaires quotidiennes contre des positions militaires marocaines en plusieurs points de la ceinture de défense ennemie.

Un syndicat des éditeurs de presse est né

« La création, ces derniers jours, d’un syndicat des éditeurs algériens par un groupe d’éditeurs et de représentants d’établissements médiatiques de presse écrite et électronique, se veut une mesure qui permet, à son tour, de constituer le Conseil », a-t-il dit à ce sujet. Au sujet de la presse électronique, M. Belhimer a fait savoir que la direction des médias au ministère de la Communication a « entamé, début janvier, la délivrance des attestations d’enregistrement aux sites d’informations et poursuit sa mission jusqu’au parachèvement de l’étude de l’ensemble des dossiers déposés ». « La presse électronique bénéficiera de la publicité publique et des sites de domiciliation, pourvu qu’elle respecte le décret exécutif et fait preuve de professionnalisme pour enrichir le champ médiatique national », a souligné le ministre.

Brahim Oubellil

Le Courrier d’Algérie, 27 jan 2021

Tags : Algérie, Facebook, France,