Tunisie : Le printemps arabe dix ans après: une révolution qui n’a pas réussi à s’épanouir

Publicités

Il y a dix ans, le monde arabe a été secoué par des manifestations de masse et des soulèvements populaires qui ont évincé des dictateurs longtemps vilipendés. Pour la plupart, le résultat final et l’héritage ont été, malheureusement, un désastre. Rapports de Simon Wilson
par: Simon Wilson
23 JANV.2021

Qu’est-ce que le printemps arabe?

Publicités

C’était le nom optimiste inventé par les commentateurs occidentaux pour décrire la série de manifestations de masse et de soulèvements populaires en 2011-2012 dans de nombreux pays arabes, qui a commencé avec l’éviction du président tunisien Zine el-Abidine Ben Ali le 14 janvier 2011. L’étincelle immédiate L’auto-immolation de Mohamed Bouazizi, un jeune vendeur ambulant, à l’extérieur des bureaux gouvernementaux de la ville de Sidi Bouzid, a éclairé le papier tactile en Tunisie. Les autorités locales ont confisqué sa charrette de fruits après qu’il ait refusé de payer un pot-de-vin – un acte ultime d’humiliation de l’État qui s’est avéré insupportable. Son acte de protestation a provoqué des manifestations locales contre l’oppression, la corruption et la pauvreté de l’État. Celles-ci se sont rapidement propagées à la capitale, Tunis, où des semaines de manifestations de masse ont finalement conduit à la chute de Ben Ali après près de 24 ans au pouvoir.

Que s’est-il passé ensuite?

Egypte. Les événements étonnants en Tunisie ont immédiatement provoqué des manifestations similaires dans des pays comme Oman, le Yémen, la Syrie et le Maroc, mais c’est en Égypte qu’ils ont explosé pour la première fois en un mouvement de masse. Le 25 janvier, des centaines de milliers de personnes ont inondé la place Tahrir au centre du Caire, début de 18 jours de manifestations de masse qui ont conduit au départ encore plus improbable d’Hosni Moubarak, l’ancien président militaire de 82 ans qui avait dirigé l’Égypte avec un poing de fer depuis près de 30 ans. Si Moubarak pouvait être évincé, tous les paris étaient ouverts. D’autres pays, dont l’Irak, l’Algérie, le Liban, la Jordanie et le Koweït, ont tous connu des manifestations de rue soutenues. À Bahreïn, une manifestation de style égyptien a été brutalement étouffée avec le soutien saoudien. En Syrie, les manifestations se sont heurtées à une réponse violemment punitive du régime d’Assad et se sont transformées en soulèvement armé. À l’été,

Alors un réveil démocratique?

Non. Le seul pays du printemps arabe qui peut revendiquer une transition partielle vers la démocratie est la Tunisie. En Égypte, une tentative expérimentale de démocratie par consentement de l’armée a rapidement échoué. Le seul président démocratiquement élu de l’histoire de l’Égypte, Mohamed Morsi des Frères musulmans, a été destitué lors d’un coup d’État militaire (bien qu’avec un soutien populaire massif) en 2013, et remplacé par l’ancien général et directeur des renseignements militaires Abdel Fattah Al-Sissi. C’est un Moubarak du 21e siècle, mais déterminé à apprendre de 2011 et à abattre rapidement tout signe de dissidence. La Libye et le Yémen sont tous deux des États en faillite ravagés par les guerres civiles et les interventions étrangères. La Syrie a en quelque sorte survécu en tant qu’État, avec le soutien de la Russie et un demi-million de morts. Alors même que la politique islamiste légitime était réprimée par des régimes retranchés, le djihadisme a prospéré,

Alors, ça valait le coup?

Les résultats d’une enquête YouGov publiée par The Guardian le mois dernier sont une lecture malheureuse. Dans chacun des huit pays arabes étudiés, plus de gens pensent que leur vie – et les perspectives pour leurs enfants – sont pires aujourd’hui qu’il y a dix ans. Les chiffres sont les plus frappants en Syrie, au Yémen et en Libye, où de grandes majorités disent regretter le printemps arabe. En Égypte et en Algérie, une faible majorité de personnes déclarent ne pas regretter les soulèvements, mais pensent toujours que leur vie et leurs perspectives sont pires maintenant. Et même en Tunisie, où 57% disent ne pas regretter le soulèvement, seuls 27% des gens disent que la vie est meilleure dix ans plus tard, et seulement 22% pensent que leurs enfants ont un avenir meilleur; 84% pensent que l’écart entre riches et pauvres s’est creusé.

La région est-elle devenue plus riche?

Non. Selon les données de l’ONU rassemblées par le Council on Foreign Relations, le niveau de vie moyen a considérablement baissé en Libye, au Yémen et en Syrie depuis 2011; il est resté stable à Bahreïn, en Tunisie et en Egypte. Le chômage des jeunes, l’un des principaux moteurs des soulèvements, est désormais plus élevé en Tunisie et en Égypte (plus de 30%) qu’en 2011. De plus, les niveaux de pauvreté dans la région ont en fait augmenté. En 2011, environ huit millions de personnes au Moyen-Orient et en Afrique du Nord vivaient en dessous d’un seuil de pauvreté de 1,90 dollar par jour (selon les données de la Banque mondiale). En 2018, ce nombre était passé à 28 millions. Ce malaise économique, associé à une corruption enracinée, explique la vague de protestations qui a englouti l’Algérie, l’Irak, le Liban et le Soudan en 2019.

Quel est l’héritage du printemps arabe?

En termes de géopolitique, le principal héritage à court terme a été un transfert de pouvoir du Levant vers les monarchies du Golfe, qui ont été relativement épargnées par le printemps arabe. En tant que tel, certains analystes affirment que le véritable «gagnant» du printemps arabe était Israël, dont les intérêts sont bien plus étroitement liés à ceux de Riyad et du Qatar qu’à ceux de ses voisins immédiats. En termes de politique intérieure, l’héritage clé est que les autocrates comprennent mieux que jamais que toute lueur de dissidence doit être étouffée rapidement, de peur qu’elle ne se propage. Et ceux qui veulent du changement comprennent mieux que les soulèvements qui laissent un vide politique échoueront. Une transition vers la démocratie devra être progressive et dépendre de la création d’institutions civiles indépendantes et actives.

Y aura-t-il plus de soulèvements?

Sans aucun doute. Il y a simplement «trop de facteurs d’instabilité politique pour que même le régime le plus draconien reste au pouvoir indéfiniment», déclare Marc Lynch aux Affaires étrangères. La pandémie de Covid-19, le bas prix du pétrole et une forte réduction des envois de fonds des travailleurs migrants ont «exercé de nouvelles pressions intenses sur des économies déjà extrêmement faibles». La Libye, la Syrie et le Yémen continuent de «cracher des réfugiés, des armes et l’extrémisme tout en attirant une intervention extérieure». Pendant ce temps, l’impasse américaine avec l’Iran pourrait s’intensifier soudainement, et les tensions persistent en Palestine. Le Moyen-Orient a traversé une décennie mouvementée, mais il y a beaucoup plus de turbulences à venir.

Money Week, 23 jan 2021

Tags : Tunisie, Printemps arabe, révolution,

Publicités

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
19 + 28 =