La promesse de la Mauritanie qui s’estompe et un avenir incertain

Avec la promesse d’une richesse en ressources gazières offshore en péril et la pression pour reconnaître Israël, la Mauritanie fait face à une période difficile.

La Mauritanie fait rarement la une des journaux. Membre de la Ligue arabe, elle partage avec son voisin du sud, le Sénégal, un vaste champ de gaz offshore qui promet d’apporter une manne potentiellement énorme à la nation appauvrie du nord-ouest de l’Afrique. Le champ Greater Tortue Ahmeyim se trouve dans l’océan Atlantique au large des deux pays à une profondeur de 2 850 mètres. Selon BP , qui est fortement investi dans le domaine, il a environ 15 billions de pieds cubes de gaz et une durée de vie de 30 ans.

La société a signé un accord de partenariat fin 2016 avec Kosmos Energy pour acquérir ce qu’elle a décrit comme «une participation directe significative, y compris l’exploitation, des blocs d’exploration de Kosmos en Mauritanie et au Sénégal». La participation directe de BP en Mauritanie s’élève à 62%, Kosmos en détenant 28% et la Société mauritanienne des hydrocarbures et du patrimoine minier les 10% restants.

BP se dit engagé en faveur du développement durable et a promis une variété de programmes pour former les Mauritaniens, créer des emplois, contracter des entreprises locales et augmenter les dépenses de tiers avec ces entreprises. Il a pris de nouveaux engagements en faveur de projets de santé et d’éducation, de développement social, de renforcement des capacités, de moyens de subsistance et de développement économique.

Panier de soucis

Mais avec le marché du gaz déprimé par une combinaison de COVID-19 et d’hivers exceptionnellement chauds en Europe, les espoirs brillants pour Tortue Ahmeyim commencent déjà à s’estomper. L’objectif initial d’un lancement échelonné en trois phases en 2020 pour amener le champ à pleine capacité d’ici 2025 a été mis de côté. La première phase est maintenant repoussée au premier semestre 2023, le Middle East Economic Survey (MEES) citant le PDG de Kosmos, Andy Inglis en mai, disant qu’une décision finale d’investissement sur les phases deux et trois ne sera plus 2023 lorsque nous avons la phase 1 en direct. » L’objectif d’atteindre la pleine capacité est repoussé vers la fin de la décennie.

Ce qui peut être plus troublant pour le gouvernement du président Mohamed Ould Ghazouani, c’est l’annonce de BP cet été de réduire la production de pétrole et de gaz de 40% au cours de la prochaine décennie. Cela a été suivi par la publication le 14 septembre des Perspectives énergétiques 2020 de la société qui présentaient des scénarios où la demande de pointe de pétrole était déjà passée ou passerait au milieu de la décennie. Il est important de noter que, présentant les Perspectives, l’économiste en chef de BP, Spencer Dale, a souligné que «le rôle des Perspectives énergétiques n’est pas de prédire ou de prévoir comment le système énergétique est susceptible de changer au fil du temps. Nous ne pouvons pas prédire l’avenir; tous les scénarios abordés dans les perspectives de cette année seront faux. » Cela peut être un froid réconfort pour le président Ould Ghazouani.

Le fait est que l’ébullition précoce du potentiel du projet Tortue Ahmeyim par les soutiens de son consortium a maintenant été remplacée par une grande prudence et des freins fortement appliqués. À tel point que James Cockayne, de MEES, a déclaré : «La probabilité que ces développements voient jamais le jour, au moins sous la direction de BP, doit être réexaminée à la lumière du dernier changement de stratégie de grande envergure depuis le Royaume-Uni. Majeur. » Sa sombre conclusion était que «les espoirs de la Mauritanie de richesses gazières semblent ne tenir qu’à un fil».

Le président a un autre problème qui pèse lourd dans son panier d’inquiétudes, c’est la question de la normalisation avec Israël. Les commentateurs ont anticipé que la Mauritanie se joindrait aux EAU et à Bahreïn pour reconnaître Israël, d’autant plus que Tel Aviv et Nouakchott avaient des relations diplomatiques de 1999 à 2009. En 2009, la Mauritanie a gelé ses relations pour dénoncer les attaques israéliennes contre Gaza.

Mohammed bin Zayed des Émirats arabes unis, prince héritier d’Abou Dhabi et dirigeant de facto, a été le moteur de la normalisation arabe avec Israël. Ould Ghazouani étant présent à Abu Dhabi, ben Zayed a annoncé en février une aide de 2 milliards de dollars. Pour un pays dont le PIB estimé par la Banque mondiale en 2018 s’élevait à un peu plus de 5 milliards de dollars, ce genre de largesses acquiert beaucoup d’influence.

Processus de normalisation

Mais le président est bien conscient du fort sentiment au sein du pays pour la cause palestinienne. Tewassoul, le parti islamiste d’opposition, a joué un rôle déterminant en 2009 pour amener les manifestants dans les rues de la capitale pour exiger la fin des liens diplomatiques avec les Israéliens. Le parti a également soutenu la candidature de Sidi Mohamed Ould Boubacar à l’élection présidentielle de l’année dernière. Ould Boubacar a recueilli 18% des voix, tandis qu’un autre candidat et chef du mouvement anti-esclavagiste, Biran Dah Abeid, a obtenu un pourcentage similaire. Ould Ghazouani a gagné avec 52%, l’opposition dénonçant l’élection comme truquée.

Bien que la Mauritanie ait officiellement interdit l’esclavage en 1981, la pratique se poursuit, avec environ 90 000 esclaves sur une population de 4,6 millions. Cette situation a amené l’administration du président américain Donald Trump à révoquer le statut commercial préféré de la Mauritanie en vertu de la loi sur la croissance et les opportunités en Afrique. Pour justifier sa décision, Trump a cité le fait que «la Mauritanie a fait des progrès insuffisants dans la lutte contre le travail forcé, en particulier le fléau de l’esclavage héréditaire».

Il se peut que s’il remporte la réélection, Trump revisitera cette décision et offrira d’abandonner la révocation comme une carotte pour amener la Mauritanie dans le train de la normalisation. Cela ne ferait bien entendu rien pour hâter la fin de l’esclavage. Comme Human Rights Watch (HRW) le note dans son Rapport mondial 2020 , le gouvernement mauritanien fait très peu lui-même: «Selon le rapport 2019 du Département d’État américain sur la traite des personnes, la Mauritanie a enquêté sur quatre affaires, poursuivi un trafiquant présumé, mais n’a pas du tout condamné ». HRW a également détaillé de nombreuses violations des droits de l’homme, l’étouffement de la liberté d’expression et le harcèlement et l’arrestation de politiciens et d’activistes de l’opposition, y compris le chef du mouvement anti-esclavagiste et candidat à la présidentielle Biram Dah Abeid.

Il ne fait aucun doute que la promesse de gain économique que représente Tortue Ahmeyim pourrait contribuer à orienter la Mauritanie sur la voie de la modernisation. Bien que l’élection présidentielle de 2019 ait été contestée par l’opposition, elle a représenté la première transition pacifique de la longue histoire de coups d’État militaires du pays après son indépendance de la France en 1960. Cela, ajouté à la manne que le champ de gaz pourrait apporter la bonne direction. Mais si le projet Tortue Ahmeyim faiblit, les chances de la Mauritanie pour un avenir meilleur le seront également.

* [Cet article a été initialement publié par Arab Digest .]

Source : Fair Observer, 30 sept 2020

Tags : Mauritania, économie, Emirats Arabes Unis, normalisation, esclavage, Tortue Ahmeyim,