Algérie : Révélations d’Ahmed Ouyahia sur les lingots d’or des émirs du Golfe – Le RCD demande l’ouverture d’une enquête

Les révélations faites par l’ancien premier ministre, Ahmed Ouyahia, avouant devant la Cour d’Alger avoir reçu des dons de 60 lingots d’or offerts par les émirs du Golfe qui venaient chasser en Algérie, continuent de susciter des réactions. Outre les citoyens de divers horizons qui n’ont pas caché leur indignation, des partis politiques se mettent aussi de la partie. C’est le cas du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) qui réclame l’ouverture d’une enquête pour démasquer tous les responsables bénéficiaires des présents précieux des monarchies arabes du Golfe.

« Les déclarations d’Ahmed Ouyahia sur les lingots d’or distribués par les émirs du Golf en reconnaissance aux parties de chasse à l’outarde que le pouvoir leur organise interpellent. L’ampleur de la corruption est loin d’être cernée. Le RCD exige l’ouverture d’une instruction judiciaire pour identifier l’ensemble des dirigeants bénéficiaires, estimer la valeur de ces pots de vin et situer les responsabilités », lit-on dans un communiqué du parti rendu public à l’issue de la réunion mensuelle de son secrétariat national.

Pour rappel, Ahmed Ouyahia a justifié les milliards retrouvés dans ses comptes bancaires en affirmant que les lingots d’or en question ont été vendus au marché noir pour 350 millions de DA. Mais jusqu’à présent, aucune instance judiciaire n’a réagi à cette révélation. Selon la direction du RCD, pour tourner la page de vingt ans de dilapidation des ressources de la Nation, d’une corruption éhontée, de passe-droits à tous les niveaux, de déstructuration du tissu social et d’une gouvernance liberticide, « il y a un Smig incompressible de mesures à prendre ». « Il passe par l’élargissement de tous les détenus d’opinion, la promotion de la solidarité sociale, l’effectivité de l’exercice des libertés garanties par un État de droit », lit-on dans le même communiqué.

« Pour le RCD, la voie d’une transition démocratique qui promeut un processus constituant est à même de garantir l’expression de la souveraineté du peuple algérien et donc son implication dans un nouveau départ pour la construction et le développement du pays », précise-t-on dans le même communiqué.

Abordant la situation socioéconomique, le parti de Mohcine Belabbas estime que « le gouvernement entretient une chape de plomb sur le nombre, sans cesse grandissante, de petites et moyennes entreprises qui ont déposé le bilan ou qui ont eu recours au chômage technique ». « Il en est de même du nombre de travailleurs qui rejoignent les rangs des chômeurs. Dans le même temps, ceux qui ont encore la chance de percevoir un salaire font face à une envolée générale des prix en conséquence d’une dévaluation rampante du dinar, des perturbations des circuits du marché dues aux incohérences dans la gestion de la pandémie de la Covid-19 et de l’impunité assurée pour les barons de la spéculation », déplore le parti.

Le RCD rappelle aussi, au plan politique, « le désaveu infligé à la feuille de route de Tebboune lors du référendum sur la constitution ». « Mais cela ne semble pas être un indicateur suffisant pour le chef de l’Etat et ses parrains pour changer de cap dans la gestion autoritariste des affaires du pays. Le musellement des libertés, le maintien en prison des détenus d’opinion et la poursuite des condamnations prononcées contre des citoyens pour le seul motif d’avoir voulu exercer leurs droits constitutionnels restent la marque de fabrique de ceux qui prétendent œuvrer pour une ‘‘Algérie nouvelle’’ », dénonce le parti.

Samir Rabah

L’Est Républicain, 16 jan 2021

Tags : Algérie, Ahmed Ouyahia, lingots d’or, Emirats Arabes Unis, corruption,