Donald trump a utilisé le Maroc pour saboter la politique extérieur de Joe Biden (média)

Selon The North Africa Journal, une des taches les plus importantes et difficiles sera le réengagement des États-Unis pour contenir la Russie et la Chine et pour guérir les blessures que le duo Trump-Pomeo a créées avec des amis et des alliés.

En Afrique du Nord, deux grands enjeux vont dominer l’administration Biden: la crise en Libye et le chaos au Sahel. Dans les deux cas, les États-Unis s’inquiètent de la prolifération du terrorisme et de l’influence croissante de la Russie. L’influence de la Russie ne concerne pas seulement la propagation des mercenaires du groupe Wagner qui travaillent pour faire avancer le programme de sécurité de Moscou dans la région, mais il s’agit également de se présenter avec des vaccins Covid-19 pour aider les gouvernements de la région et faire des incursions pour influencer davantage les dirigeants du Maghreb, indique le média maghrébin édité à Washington.

Citant ses « contacts à Washington », The North Africa Journal affirme que, « indépendamment de la validité de la revendication du Maroc sur le Sahara occidental (juste ou injuste) ou des positions du Front Polisario, de l’Algérie et d’autres pays sur les droits du peuple du Sahara occidental à l’autodétermination, il est difficile de croire que la reconnaissance par Donald Trump de la revendication du Maroc sur le Sahara Occidental pourrait perdurer lorsque Biden prendra le relais ».

Ils disent que le moment choisi pour la décision, qui coincide avec son appel à la mobilisation contre le Congrès américain, « ne restera probablement pas la politique officielle des États-Unis pour plusieurs raisons, à commencer par le fait que Trump ne le fait pas par amour pour le Maroc ou Israël, mais plus par une intention malveillante, comme un geste calculé visant à saboter les efforts de Joe Biden pour normaliser la politique étrangère. Dans un certain sens, malgré le lien entre la question et une normalisation diplomatique entre le Maroc et Israël, Trump a en fait acculé le Maroc et l’utilise pour saper les efforts de la nouvelle administration américaine à l’échelle mondiale, ce qui a apparemment échappé aux calculs du ministre marocain des Affaires étrangères, Bourita. Lui et le roi du Maroc n’ont probablement jamais anticipé dans quelle mesure leur fan américain, Donald Trump, allait s’effondrer et entrer dans l’histoire comme un paria ».

Si l’administration Biden annule la décision de Trump de reconnaître la revendication du Maroc sur le Sahara occidental, ce serait un désastre de politique à la fois étrangère et intérieure pour les dirigeants marocains en raison des conséquences sur leur image aux niveaux régional et national. Bourita, l’architecte en chef de l’accord, n’aurait pas réussi à établir le lien entre la reconnaissance de Trump et comment l’effondrement de ce dernier annulerait l’accord.

« Il est difficile de prédire ce que l’administration Biden fera avec précision, mais permettez-moi de partager ce qui pourrait être le scénario le plus probable et pourquoi, sur la base d’entretiens avec des initiés de Washington. Premièrement, je prévois que la construction d’un bureau consulaire américain sera probablement gelée, pas entièrement annulée au début, mais retardée. Cela donnerait certaines assurances à Rabat que le Maroc est toujours le principal allié des États-Unis au Maghreb, mais cela indiquerait également à l’Algérie que Biden n’est pas Trump et que les choses pourraient changer », affirme le journal.

A Washington, les amis du Maroc, extrêmement actifs, risquent d’être contrés par les amis du Polisario, qui intensifient et coordonnent actuellement leurs efforts en faveur d’un retournement, et nombre d’entre eux sont des personnalités extrêmement influentes. Parmi eux se trouvent James Baker, le sénateur d’Oklahoma James Inhofe et l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton, dont la plupart ont aidé Biden dans sa campagne électorale lorsqu’ils ont attaqué Donald Trump, en particulier John Bolton. La puissante industrie pétrolière et gazière a également commencé ses efforts de lobbying en faveur du renversement de l’appel de Trump. On s’attend à ce que leurs opinions forment l’argument principal en faveur du renversement de la décision de Trump, car ils ont été parmi les plus fervents défenseurs de Trump », ajoute-t-il.

L’administration Biden a également promis le réengagement des États-Unis en faveur du multinationalisme, après que Trump se soit moqué des Nations Unies, de l’Organisation mondiale de la santé et de toutes les autres institutions mondiales au cours des quatre dernières années. L’insistance de l’ONU sur un statu quo dans la crise du Sahara occidental devrait être réitérée par Washington, annulant essentiellement la décision unilatérale de Trump sur la question. La candidate de Biden à l’ambassade des États-Unis à l’ONU, l’ancienne secrétaire d’État adjointe aux Affaires africaines, Linda Thomas-Greenfield, signale un retour des États-Unis à une approche beaucoup plus pragmatique de la politique étrangère, contrairement au choix de Trump de représentants sans compétences diplomatiques. En tant que tel, la prochaine administration américaine devrait se réengager avec l’Afrique, après que Trump ait appelé les pays africains « pays de merde ». Un tel réengagement signifierait des liens directs avec les plus grandes nations d’Afrique comme l’Égypte, le Nigéria, l’Afrique du Sud et l’Éthiopie, qui sont toutes contre la revendication marocaine de souveraineté sur le Sahara. Une partie de l’engagement est la nomination de diplomates de carrière en tant qu’ambassadeurs, par opposition à la nomination par Trump d’amis et de donateurs dont les programmes sont alignés avec le président américain en disgrâce.

Sur le front de la sécurité, le Maroc continuera d’être l’allié favori de Washington, mais avec l’Algérie partageant ses frontières avec la Libye, la Tunisie et le Sahel, ignorer les doléances d’Alger ne se passera probablement pas bien au Pentagone et au département composé de professionnels chevronnés et de diplomates de carrière. Tout effort visant à saper le terrorisme nécessitera un engagement constructif du renseignement avec l’Algérie. Ce qui préoccupe également Washington, c’est l’influence toujours croissante de la Russie dans la région. Mettre à l’écart l’Algérie sur la reconnaissance de Trump via un simple tweet pourrait être une opération coûteuse pour Washington, car l’Algérie n’hésiterait pas à se rapprocher de Moscou.

Alors, que recherche Washington? Au terme de l’analyse, Washington cherchera un retour au statu quo antérieur, avec d’énormes efforts pour tenter d’apaiser les sentiments du Maroc sur la question. Le fait que non seulement Washington n’a aucun problème avec le Maroc et l’Algérie et peut compter sur les deux sur les fronts de la sécurité et de l’énergie, la décision de Trump sur le Sahara le mois dernier est considérée par beaucoup à Washington comme ayant un impact néfaste sur la position neutre d États-Unis au Maghreb. La décision de Trump pourrait éloigner l’Algérie des États-Unis et la rapprocher de la Russie. Cette décision serait clairement préjudiciable sur de nombreux fronts, tandis que les avantages de soutenir la décision de Trump ne sont pas prouvés.

Pour le gouvernement marocain, en particulier son ministre des Affaires étrangères, l’enjeu est important. Non seulement la crédibilité pourrait être battue, mais l’image et la crédibilité de la monarchie au niveau national en souffriraient si une grande partie de la population marocaine estime que le Maroc a abandonné le peuple palestinien. Le peuple marocain a toujours été en faveur de l’annexion du Sahara occidental et la monarchie en a donc profité pour renforcer sa popularité. En échange, beaucoup au Maroc se disent prêts à accepter l’accord avec Israël, dans la mesure où il permet aux Etats-Unis de reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara, même s’il y a une grande tristesse sur le sort du peuple palestinien. Mais si cet objectif n’est pas maintenu sous Biden, une réaction populaire pourrait se déclencher. Un changement d’avis à Washington sur le Sahara pourrait porter un coup à l’image du roi et de ses ministres. Mais si Mohamed VI et Bourita gagnent l’argument et convainquent Biden de tenir la promesse de Trump, ils deviendront tous les deux les héros du Maroc dans les livres d’histoire.

Tags : Maroc, Donald Trump, Etats-Unis, Sahara Occidental, Polisario, Joe Biden, Israël, normalisation,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Entrez Captcha ici : *

Reload Image