Le Luxembourg et l’UE snobent Pompeo lors de son dernier voyage en Europe, selon des diplomates

BRUXELLES / WASHINGTON (Reuters) – Le secrétaire d’État américain Mike Pompeo a annulé son voyage en Europe à la dernière minute mardi après que le ministre luxembourgeois des Affaires étrangères et de hauts responsables de l’Union européenne aient refusé de le rencontrer, ont déclaré des diplomates européens et américains proches du dossier.

L’extraordinaire camouflet du haut diplomate américain, rapporté pour la première fois par Reuters, est survenu quelques jours après la prise d’assaut du Capitole américain par les partisans du président Donald Trump, une attaque sans précédent contre la démocratie américaine qui a stupéfié de nombreux dirigeants mondiaux et alliés américains.

Pompeo, un proche allié de Trump, avait cherché à rencontrer Jean Asselborn à Luxembourg, un petit mais riche allié de l’OTAN, avant de rencontrer les dirigeants de l’UE et le haut diplomate du bloc à Bruxelles, ont déclaré à Reuters trois personnes proches du planning.

Mais le projet initial de se rendre au Luxembourg, qui n’avait pas été officiellement annoncé, a été abandonné après que des responsables locaux aient montré une réticence à accorder des nominations à Pompeo, a déclaré une source diplomatique. L’étape de Bruxelles était toujours en cours jusqu’à la dernière minute.

Mais le mince itinéraire de la dernière visite de Pompeo à Bruxelles a soulevé des questions sur le mérite du voyage. Il n’y avait pas de réunions à son programme avec des représentants de l’UE ni aucun événement public à l’OTAN. Une troisième source diplomatique a déclaré que les alliés étaient «embarrassés» par Pompeo après les violences à Washington mercredi dernier qui ont fait cinq morts.

Trump a encouragé ses partisans lors d’un rassemblement plus tôt dans la journée à marcher sur le bâtiment qui abrite le Sénat et la Chambre des représentants pendant que les législateurs certifiaient la victoire électorale du président démocrate élu Joe Biden le 3 novembre. Le président républicain affirme, sans preuve, que l’élection lui a été volée.

Pompeo a condamné la violence mais n’a fait aucune référence au rôle que les affirmations sans fondement de Trump ont joué dans la galvanisation de la marche sur le Capitole.

Consterné par la violence, le Luxembourgeois Asselborn avait qualifié Trump de «criminel» et de «pyromane politique» sur RTL Radio le lendemain.

Le ministère luxembourgeois des Affaires étrangères a confirmé que l’arrêt prévu auparavant avait été annulé, mais a refusé de donner plus de détails. L’UE a refusé de commenter.

Le département d’État américain, dans un communiqué, a attribué l’annulation au travail de transition avant l’entrée en fonction de Biden le 20 janvier, même si Pompeo avait hésité jusqu’à récemment à reconnaître sans équivoque la victoire de Biden. Le département d’État a refusé de commenter davantage le rejet par les responsables européens des réunions avec Pompeo.

À Bruxelles, Pompeo devait avoir un dîner privé avec le secrétaire général de l’OTAN Jens Stoltenberg mercredi soir à la résidence privée de Stoltenberg, avant de rencontrer la ministre belge des Affaires étrangères Sophie Wilmes, dont le pays est un allié de l’OTAN.

L’une des sources a déclaré que l’absence d’événement public à l’OTAN était un autre reflet des responsables européens remettant en question le point du voyage. La raison pour laquelle Pompeo a cherché à se rendre à Bruxelles si près de la fin du mandat de Trump n’était pas immédiatement claire.

EAGER POUR CRÉER DES LIENS AVEC BIDEN

L’épaule froide contrastait avec les précédentes visites de Pompeo à Bruxelles, qui abrite le siège de l’OTAN et de l’UE, au cours des trois dernières années, où il a prononcé des discours liminaires sur la politique américaine et rencontré le directeur général de l’UE, alors même que l’Europe rechignait à Trump. police étrangère.

En 2018, Pompeo a déclaré à Bruxelles que la politique de Trump «  l’Amérique d’abord  » remodelait le système d’après la Seconde Guerre mondiale sur la base d’États souverains, et non d’institutions telles que l’UE.

Les responsables de l’UE, qui se disent épuisés par l’imprévisibilité de Trump, sont impatients de tisser de nouveaux liens avec Biden.

Une source, tout en expliquant pourquoi Pompeo a choisi de rester à Washington, a cité son empressement à déployer les tâches de politique étrangère prévues jusqu’à la fin du mandat et à aider à maintenir la continuité du gouvernement.

Pendant près de trois ans, Pompeo s’est avéré un exécuteur fidèle du style non conventionnel de Trump.

Son mandat n’incluait pas de succès évidents dans des défis de politique étrangère aussi anciens que la maîtrise des programmes nucléaires iranien et nord-coréen, la fin de la guerre américaine en Afghanistan ou la maîtrise d’une Chine de plus en plus affirmée.

Néanmoins, le 1er janvier, Pompeo a lancé un fil de discussion quotidien sur Twitter, affirmant que les États-Unis étaient «beaucoup plus sûrs» aujourd’hui qu’il y a quatre ans grâce à ce qu’il considérait comme les réalisations de la politique étrangère de l’administration Trump.

Il a dit qu’il présenterait les résultats. «Au cours des prochains jours, je vais vous présenter la mission, les énormes victoires, les histoires personnelles et bien plus encore. Juste moi, Mike », dit-il.

Les tweets, ainsi que certains de ses voyages à l’étranger, ont été largement considérés comme faisant partie de sa tentative de jeter les bases de sa course très attendue en 2024 pour la nomination républicaine à la présidence.

Reuters, 12 jan 2021

Tags : Donald Trump, Mike Pompeo, OTAN, NATO, Europe, UE, Luxembourg,