Dans l’ombre, Youssouf Ouedraogo, ancien MAE burkinabé, roulait pour le Maroc

Certains anciens responsables burkinabés ne font pas honneur à leur pays. Loin des projecteurs, ils adoptent des comportements néfastes que la morale condamne. C’est le cas de Youssouf Ouedraogo, ancien ministre des affaires étrangères, puis premier conseiller du Président de la Banque Africaine de Développement. Grâce aux documents confidentiels de la DGED nous avons découvert comment, guidé par son avarice et son goût prononcé pour l’argent, est devenu un fidèle agent des services secrets marocains.

En effet, des documents relevés dans le courrier de Mourad El Ghoul, directeur de cabinet de Yassine Mansouri, patron de la DGED, l’accusent de compromission avec les espions marocains.

Ouedraogo s’est avéré être un habitué du Maroc, où il a effectué plusieurs séjours touristiques gracieusement payés par la DGED, le service de renseignement extérieur de Mohammed VI. Il recevait aussi des commissions.

Le cas de Youssouf Ouedraogo est une raison plus que suffisante pour se poser la question : Combien sont-ils ces responsables et personnalités burkinabés qui, tapis dans l’ombre, s’adonnent à des activités d’espionnage pour le compte de la DGED? Malheureusement, ce genre de haute trahison a encore de beaux jours au Burkina Faso vu l’état de déliquescence des institutions de ce pays.

Le Burkina Faso, terre des hommes libres ou terre des … ripoux?

Tags : Maroc, DGED, Burkina Faso, Youssouf Ouedraogo, corruption, Banque Africaine de Développement,