Malcolm X, le panafricain.

Le 13 avril 1964, Malcolm X quitte les USA pour la 1ère de ses grandes tournées de l’année. Il en revint le 21 mai après avoir visité l’Égypte, le Liban, l’Arabie Saoudite, le Nigéria, le Ghana, le Maroc & l’Algérie. Il fit à La Mecque le pèlerinage que tout musulman s’efforce d’accomplir, ce qui lui valut le droit d’ajouter « Hadj » à son nom et d’être appelé El Hadj Malik El Shabbat dans le monde musulman. Tout en resserrant ses liens avec l’Islam orthodoxe, il rencontra des étudiants, des journalistes, des députés, des ambassadeurs et des chefs de gouvernements, « sans cesser un seul instant de parler du problème racial aux USA. »
[…]
Accra, Ghana 11 mai 1964
« J’ai quitté Lagos, dans le Nigeria, pour Accra où je suis arrivé hier. La beauté et la richesse naturelles du Nigéria et de ses habitants ne sauraient se décrire. Le pays est plein de blancs, Américains et autres, bien au courant de ses ressources naturelles inexploitées. Ces mêmes blancs qui en Amérique, nous crachent à la figure et lâchent sur nous les chiens policiers, afin de nous empêcher de nous « intégrer » à eux, on les voit dans toute l’Afrique faire des courbettes, des grimaces et des sourires, dans l’intention de s’«intégrer » aux Africains, en fait, dans l’espoir de s’«intégrer » à la richesse et à la beauté de l’Afrique. Voilà qui ne manque pas d’ironie.
Ce continent est d’une telle fertilité, le sol y est couvert d’une végétation si luxuriante qu’il serait facile, en utilisant les méthodes de l’agriculture moderne, d’en faire le grenier du monde.
Vendredi soir, j’ai pris la parole à l’Université d’Ibadan (Nigéria) ; j’ai fait une description véridique de ce que nous subissons en Amérique et montré que les nations indépendantes d’Afrique devaient nous aider à porter notre cause devant les Nations Unies. Les étudiants m’ont fait un accueil extraordinaire. Ils m’ont nommé membre honoraire de la Société des étudiants musulmans du Nigéria et m’ont donné un nouveau nom : Omowale, ce qui en Yoruba, veut dire : « L’enfant est arrivé dans son pays. »
Les habitants du Nigéria s’intéressent vivement aux problèmes de leurs frères africains qui vivent en Amérique, mais les agences d’information américaines en Afrique font croire aux gens que des progrès sont accomplis et que le problème est en train de se résoudre. Lorsqu’on examine les choses de près, on n’a aucune peine à entrevoir un gigantesque plan, destiné à empêcher la jonction des Africains d’Afrique et des Africains d’Amérique. Une personnalité gouvernementale du Nigéria m’a dit : « Si l’on fait le compte de tous les descendants d’Africaine qui vivent en Amérique du Sud, en Amérique Centrale et en Amérique du Nord, on en trouve bien plus de 80 millions. On comprend aisément pourquoi certains s’efforcent d’empêcher les Africains de s’unir aux Afro-américains. » L’unité entre Africains de l’Occident et Africains de la mère-patrie modifiera le cours de l’histoire.
Le Ghana, où je me trouve à présent, est la source du panafricanisme ; aussi les derniers joutes de mon voyage devraient-ils être extrêmement intéressant et enrichissants. De même que le Juif américain est en harmonie (politique, économique et culturelle) avec le judaïsme du monde entier, de même il est temps que les Afro-américains deviennent partie intégrante des panafricanistes du monde entier ; même si nous devons rester physiquement en Amérique, en luttant pour les avantages que nous garantit la Constitution, il nous faut « revenir » en Afrique philosophiquement et culturellement et créer une unité efficace dans le cadre du panafricanisme. »
                               Le pouvoir noir Malcolm X, chapitre 5 : À la source du panafricanisme. P 95-100.

Tags : Etats-Unis, noirs, racisme, Malcolm X, George Floyd, discriminitation,