Le Maroc encaisse un revers juridique, selon Forbes

La délicate relation entre l’UE et le Maroc pourrait devenir encore plus tendue après la publication d’un avis légal influent par une cour de Bruxelles qui a déclaré que le territoire contesté du Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc, selon la revue Forbes.
Dans un article paru sous le titre de « Le Maroc encaisse un revers juridique après qu’un responsable de l’EU déclare que le Sahara Occidental ne fait pas partie du Maroc », Forbes signale que « le Maroc a également a aussi échoué dans ses relations avec les États-Unis sur la question du Sahara occidental », 
Le magazine dénonce le silence des autorités marocaines sur la question. « Pour l’instant il n’y a pas eu de déclaration officielle du Maroc sur le dernier rebondissement de l’affaire », indique-t-elle.
Forbes rappelle que « le Maroc a envahi le Sahara occidental en 1975 et a depuis revendiqué comme une partie de son propre territoire. Cependant, il a peu de partisans pour sa position sur la scène internationale ».
« Wathelet a noté dans son avis juridique que le Sahara occidental a été inclus sur la liste des territoires non autonomes de l’ONU depuis 1963 et l’UE n’a jamais reconnu le territoire comme faisant partie du Maroc. En Mars de cette année, le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a mis en colère le gouvernement marocain quand il décrit la situation comme une «occupation» », conclue-t-elle.