Les sénégalais découvrent le vrai visage des marocains

Le gouvernement de Macky Sall s’est investi à fond avec le Maroc dans la question du Sahara Occidental jusqu’au point de devenir son premier allié africain. En échange, Rabat doit débourser des millions pour « graisser » les responsables sénégalais. Une partie de cet argent a été utilisée pour l’achat de matériel pour assurer le sécurité du Forum de Dakar pour la Paix et la Sécurité et une autre partie est destinée aux poches des gouvernants sénégalais.
Selon le journal RIM Sans Frontières, le président Macky Sall, lors de son dernier séjours au Maroc a reçu le montant de 50 millions d’euros comme avance pour l’exécution du plan marocain visant l’expulsion de la RASD de l’Union Africaine.
Mankeur Ndiaye, pour sa part, reçoit chaque année plus de 8 millions de francs CFA pour l’éventuel paiement de trois billets pour le pèlerinage. La remise se fait « de la main à la main », selon une lettre de l’ambassadeur du Maroc à Dakar. 
Dans cette alliance avec le diable, le Maroc a promis aux sénégalais de leur soutenir dans les instances internationales. Les marocains ont démontré qu’ils ne méritent pas la confiance des sénégalais. Rabat vient de faire preuve de son manque de sérieux en se gardant de soutenir la candidature de Mbagnick Ndiaye pour la présidence de la Confédération Africaine d’Escrime.
Pire encore, les marocains ont soutenu Raouf Salim Bernaoui, candidat de l’Algérie, pays dont les relations avec le Sénégal ne sont pas au beau fixe à cause de la croisade sénégalaise contre les sahraouis.
Les sénégalais ont été choqués par la position des marocains parce qu’ils ne connaissent pas la dynastie alaouite dont les actes de trahison sont célèbres en Afrique et au monde arabe. Ils ne savent pas que Hassan II, pour s’assurer le soutien du Mossad israélien dans l’assassinat de son farouche opposant Mehdi Ben Barka, a installé des microphones dans la salle des réunions d’un Sommet de la Ligue Arabe célébré à Rabat pour permettre aux israéliens de suivre tous les détails des interventions des leaders arabes.