Moroccoleaks : Manoeuvres marocaines aux réunions du Mouvement des Pays non Alignés

Rapport sur le 16ème Sommet du Mouvement des Pays Non-alignés. 
Téhéran, 26 au 31 Aout 2012.
Dès son arrivée à Téhéran, la délégation marocaine a contacté Le Ministre des Affaires Etrangères Iranien pour lui faire comprendre que le Maroc cherche à contribuer positivement pour la réussite du Sommet et qu’il n’acceptera, en aucun cas, la participation ou l’invitation des représentants de la pseudo RASD à cette réunion. En réaction, le MAE a confirmé que la pseudo RASD n’a pas été invitée et que ce Sommet est ouvert uniquement aux pays membres du NAM et des Nations Unies.
L’objectif de la délégation marocaine, qui a été conduite par M. Youssef Armani, Ministre Délégué aux Affaires Etrangères et à la Coopération, étant de préserver les acquis du Maroc, notamment le maintien verbatim des paragraphes du document des Conférences du NAM sur la question du Sahara marocain, pour que le mouvement continue à être en phase avec les résolutions du Conseil de sécurité et de l’Assemblée générale de l’ONU, ainsi que d’endosser par le sommet les initiatives du Maroc aux Nations Unies telles qu’elles ont été adoptées par les conférences ministérielles. 
————
Mouvement des Non Alignés (MNA)/ Conférence ministérielle de mi-parcours (Alger, 26-29 mai 2014) 
La délégation marocaine est conduite par Omar Hilale, ambassadeur à Genève
Selon une note du 23 avril 2014, les enjeux et objectifs du Maroc de cette réunion sont  :
– L’analyse du projet de document final de la Conférence d’Alger cristallise, dans une grande mesure, les positions constantes du Mouvement, en usant d’un langage dogmatique et idéologique, par rapport à plusieurs questions à caractère politique, économique, social et culturel sur l’agenda international. 
– S’agissant du Maroc, le principal enjeu de la Conférence vise à préserver les acquis des années précédentes par rapport au traitement de la question du Sahara marocain dans le document final et d’éviter à tout prix l’introduction de tout langage controversé sur les droits de l’Homme ou l’exploitation des ressources naturelles. Selon notre Mission Permanente à New York, les amendements introduits au paragraphe sur le Sahara se sont limités à une simple mise à jour technique des résolutions de l’Assemblée générale et du Conseil de sécurité des Nations Unies. 
– Il convient de préciser que le texte du document final du NAM, adopté, par consensus, lors du Sommet de Téhéran en août 2012, se limite à rappeler les éléments suivants :
⦁ La validité des trois options de l’autodétermination (Autonomie, Intégration et indépendance) ;
⦁ L’appui au processus de négociations sur la base des résolutions adoptées par le Conseil de sécurité de l’ONU depuis 2007 (date de la soumission par le Maroc de son initiative d’autonomie) ;
⦁ La prise en compte des efforts déployés par le Maroc depuis 2006 ;
⦁ L’appel aux Etats de la région pour coopérer pleinement avec l’ONU dans le cadre du processus de négociations.
Ainsi, nos objectifs lors de la réunion d’Alger peuvent se décliner come suit :
⦁ Préserver le texte agrée au Sommet de Téhéran sur la question du Sahara avec des mises à jour techniques (actualisation des références aux résolutions de l’Assemblée générale de décembre 2013 et du Conseil de sécurité …..du 29 avril 2014) ;
⦁ S’opposer à l’introduction de tout nouveau langage ou référence à la question des droits de l’Homme ou celle de la gestion des ressources naturelles au Sahara marocain ;
⦁ Le Maroc a soumis sa candidature pour présider la Commission politique de la Conférence, l’une des deux importantes Commissions du NAM. L’Algérie, visiblement gênée par notre candidature, a poussé la Namibie (l’un des relais algériens au sein de la SADC ouvertement hostiles au Maroc) à présenter sa candidature. Le Maroc devrait s’opposer au fait accompli algérien, en maintenant notre candidature et en cas de blocage, réfléchir à un tiers pays à mettre dans la course ;
⦁ Au-delà, la participation du Maroc devrait être l’occasion pour gêner nos voisins par rapport à notre vision politique et diplomatique concernant les questions sur l’agenda régional et international.
La démarche marocaine consisterait donc :
⦁ Verrouiller le texte sur le Sahara à New York, et éviter son ouverture par la Commission politique à Alger ;
⦁ Assurer à temps, de préférence après l’adoption de la résolution sur le Sahara, une forte mobilisation des pays amis, notamment en Afrique, pour appuyer le texte agrée au Sommet de Téhéran, en les incitant également à faire des références à l’initiative marocaine d’autonomie et aux efforts du Maroc dans la recherche de la solution politique au différend régional sur le Sahara ;
⦁ Neutraliser la candidature de la Namibie à la présidence de la Commission politique du NAM, en rappelant que le Maroc a été le premier à se porter candidat. En cas d’absence de consensus, le Maroc pourrait encourager une tierce candidature qui n’épouse pas les thèses de l’Algérie sur la question du Sahara.

 Grandes lignes de la déclaration de Monsieur le Ministre :
La thématique de la Conférence d’Alger portera sur : « Le renforcement de la solidarité pour la paix et la prospérité »
A l’instar des années précédentes, la déclaration du Maroc devrait véhiculer des messages clairs et forts, en mettant en avant, entre autres éléments :
⦁ L’attachement du Maroc aux principes fondateurs du Mouvement et sa volonté d’œuvrer avec les autres membres pour faire du NAM une force de proposition crédible et responsable sur la scène internationale ;
⦁ L’importance du renforcement de la solidarité entre les pays du NAM par des actions concrètes, dans le respect des principes de l’unité nationale et de l’intégrité territoriale ;
⦁ La priorité qu’accorde le Royaume, conformément à la vision Royale, en faveur du renforcement de la cohésion régionale et sous régionale, la solidarité agissante avec ses partenaires africains et l’encouragement de nouvelles formes de coopération capables de répondre au mieux aux besoins des pays concernés ;
⦁ Le rappel des paramètres définis par le Conseil de sécurité des Nations pour la recherche d’une solution politique au différend régional autour du Sahara marocain.
Il n’est pas exclu que la déclaration de l’Algérie aborde la question du Sahara sous le prisme de la décolonisation et à partir de sa lecture biaisée et restrictive du principe de l’autodétermination, en relayant notamment les recommandations du dernier rapport du Secrétaire général de l’ONU sur le Sahara. Il est également possible que la pays hôte aborde les questions des droits de l’Homme et des ressources naturelles et mobilise ses relais, foncièrement hostiles au Maroc, pour distiller des messages forts contre notre pays.
La démarche marocaine devra être, par conséquent, offensive et agressive sans laisser aucune occasion pour répondre à toutes les tentatives de dénigrement de la part de nos adversaires.
– – – – – – – – – – – – – – – – — – 
Note du 25 avril 2014
Suite au courrier adressé par cette Direction à notre Mission à New York au sujet de l’avancement des négociations du projet de document final de ladite conférence, j’ai l’honneur de vous informer de ce qui suit :
⦁ L’Algérie a introduit deux paragraphes portant sur le principe de la souveraineté sur les ressources naturelles et l’illégalité de l’exploitation des ressources des territoires non autonomes,
⦁ La délégation marocaine a demandé la suppression des deux paragraphes sans avancer des arguments,
⦁ L’Algérie est revenu à la charge pour demander de remplacer les deux paragraphes par un autre tiré de la résolution de la 4ème Commission de l’Assemblée Générale, qui se lit comme suit :
« …. »
Compte tenu de ce qui précède, cette Direction attire l’attention sur le caractère dangereux de ces deux paragraphes qui, au cas où ils seraient adoptés, ils figureraient dorénavant dans les prochains documents finaux du Sommet du NAM,
Pire encore, l’Algérie pourrait introduire ces deux paragraphes aussi bien dans les rapports du Comité de 24 que dans la résolution de l’Algérie sur la question du Sahara marocain à la 4ème Commission.
Comme signalé auparavant, l’Algérie cherche à gêner le Maroc en introduisant un nouveau langage qui porte sur une thématique constituant un des piliers de sa propagande contre le Maroc et ne ménagerait aucun effort pour mobiliser ses relais, notamment en Afrique, pour isoler le Maroc.
Cette Direction propose de rejeter catégoriquement, avant la conférence, les paragraphes proposés par l’Algérie au niveau de New York sur la base des arguments suivants :
1. Ni le Sommet de Sharm el sheikh (2009) ni celui de Téhéran (2012) n’ont inclus un paragraphe sur les ressources naturelles,
2. Le projet de document d’Alger est calqué sur celui de Téhéran, et la réunion d’Alger n’est qu’une conférence de mi-parcours entre deux Sommets,
3. La référence à la résolution de l’Assemblée Générale proposée par l’Algérie comme solution aux deux paragraphes n’est ni opportun, ni justifiée,
4. Créer le débat sur ce paragraphe dans la perspective d’avoir l’adhésion d’autres pays, notamment latino-américains, en ajoutant la référence « …and indigenous people.. »

Le 16 mai 2014 le Bureau de Coordination du MNA à New York distribue la version finale du projet de résolution dont le texte sur le Sahara Occidental est comme suit:

« The Ministers reaffirmed the previous positions of the Non-Aligned Movement on the question of Western Sahara. 
– The Ministers reaffirmed all resolutions adopted by the General Assembly and the Security Council on Western Sahara. They also reaffirmed UN General Assembly resolution 68/91, adopted without a vote, and reiterated that, in accordance with the said resolution, they continued to support strongly the efforts of the Secretary-General and his Personal Envoy to achieve a mutually acceptable political solution which will provide self-determination for the people of Western Sahara in the context of arrangements consistent with the principles and purposes of the Charter of the United Nations and General Assembly resolution 1514 (XV) of 14 December 1960 and other relevant resolutions. The Ministers recognized that all available options for self-determination are valid as long as they are in accordance with the freely expressed wishes of the people concerned and in conformity with the clearly defined principles contained in General Assembly Resolutions. 
-Bearing in mind the above, the Ministers welcomed the four rounds of negotiation and the subsequent rounds of informal talks held under the auspices of the Secretary General, as well as the commitment of the parties to continue to show political will and work in an atmosphere propitious for dialogue, in order to enter into a more intensive phase of negotiations, thus ensuring implementation of Security Council resolutions 1754, 1783 and 1813, 1871, 1920 1979, 2044 and 2099, and the success of negotiations. They took note of efforts and developments since 2006. 
-They called upon the parties and the States in the region to cooperate fully with the Secretary General and his Personal Envoy, and with each other, and reaffirmed the responsibility of the United Nations towards the people of Western Sahara. They further welcomed the commitment of the parties to continue the process of negotiations through United Nations-sponsored talks. »

Le 20 mai 2014, les marocains avaient rédigé la liste suivante des soutiens pour le Sommet des Non Alignés :

Réunion de coordination de la délégation marocaine qui participera á la Conférence ministérielle de mi-parcours du MAN d’Alger du 26 au 29 mai 2014

Le 23 mai 2014, le prèsident du Bureau de Coordination du MNA annonce que le gouvernement du Maroc a décidé de retirer la candidature d’Omar Hilale pour la présidence du Comité politique de la Réunion des Hauts Fonctionnaires de la 17e Conférence ministérielle du Mouvement. Il a été désigné quelques jours avant représentant du Maroc auprès de l’ONU.

le 26 mai 2014, Ouali Tagma envoie depuis Alger, le message suivant :

« Bonjour cher ami jusqu’ici tout va bien. Les 2 commissions ont commencé leur travail. Le discours du MAE algérien était correct. Pas de citation spécifique de la question du Sahara. J’ai vu la Dr des Aff multilatérales que je connais depuis Genève . Elle m’a assuré que leur objectif est de réussir le sommet sans que l’on se donne en spectacle . L’ambassadeur a aussi eu des assurances de la part du SG algérien qu’il n’y aura pas de coups bas. »

Le 28 mai 2014, Tagma envoie le message suivant :

« MAE africains présents Mali Niger Mauritanie Benin Maurice Tchad Éthiopie Namibie Congo Senegal (arrive a 14h). Le Pays hôte a une totale maîtrise de la réunion. Il a si manœuvrer jusqu’à présent pour qu’il n’y ait aucun dérapage . Il maîtrise même les interventions de ceux qui pourraient évoquer la question. Toutes les autorités sont aux petits soins de notre délégation. On verra si l’Afrique australe va exécuter ce qui semble être une consigne. Zuma a été invitée. Dans son discours pas un mot sur Sahara. Morales de Bolivie aussi : pas un mot. Dans discours ouverture du 1er Ministre d’Algerie pas un mot. Tout se passe bien jusqu’à présent. »

Finalement, une évaluation de la réunion est redressée dans une note datée du 03 juin 2014 sous le titre de « Compte rendu analytique sur les travaux de la 17 Conférence ministérielle du Mouvement
des Non Alignés (Alger, 26-29 mai 2014). » Voici l’extrait concernant la question du Sahara Occidental:

– J’ai l’honneur de vous informer que le 17ème Conférence ministérielle des Pays Non-Alignés s’est tenue à Alger les 28 et 29 mai 2014 sous la thématique «solidarité en faveur de la paix et la prospérité » . La Conférence, qui a été précédée par la réunion des hauts fonctionnaires les 26 et 27 mai 2014, a adopté un document final ayant trait aux questions multilatérales d’ordre politique, économique, social et humanitaire, ainsi que la Déclaration d’Alger.

– Cette Conférence a connu la participation d’une quarantaine de Ministres des Affaires Etrangères et de plusieurs vices Ministres et autres hauts fonctionnaires, ainsi que 7 représentants d’organisations internationales et régionales ont pris part aux travaux de la Conférence d’Alger.

– Démarche et méthode de la délégation marocaine :
– Question du Sahara marocain :

– La délégation marocaine a adopté une stratégie visant à éviter l’ouverture des paragraphes sur la question du Sahara marocain tels qu’agréés et verrouillés lors des réunions des experts à New York.

– Le principal enjeu pour le Maroc est de maintenir les NAM en phase avec l’évolution de la question du Sahara aux Nations Unies et d’éviter à tout prix l’introduction de tout langage controversé sur les droits de l’Homme ou l’exploitation des ressources naturelles.

– En effet, ni la déclaration du Premier Ministre algérien, ni celle du MAE algérien à l’ouverture de la réunion des Hauts fonctionnaires, n’ont évoqué directement la question du Sahara marocain. Les deux responsables Algériens se sont limités à rappeler leur appui au principe de l’autodétermination et à la « doctrine » onusienne en la matière. Cette prise de position, qui déroge de l’attitude algérienne sur le dossier du Sahara, ne constitue nullement un revirement dans la position officielle d’Alger, mais plutôt une tactique visant à éviter le « show » et partant toute bilatéralisation de la question Sahara à Alger.