Sénégal : La diplomatie du mercenariat

Dans les milieux officiels est un tabou. Mack Sall, Mankeur Ndiaye et consorts en font la « grande muette », mais la réalité est là, inévitable et inaliénable. Si les sénégalais tournent le regard ailleurs, ce n’est pas le cas de la communauté internationale qui en parle sans hésitation et même avec ferme condamnation. Des pays africains, dont le Sénégal et le Maroc, ont offert leurs soldats pour mourir à la place des soldats saoudiens au Yémen.
Ce n’est plus un secret, Riyad envoie de plus en plus de soldats africains combattre au Yémen pour éviter des pertes saoudiennes. Selon le site Your Middle East, « les pays les plus pauvres de la coalition militaire se voient proposer un renforcement des relations économiques en échange de l’envoi de leurs soldats au sol, dans les opérations les plus dangereuses».
Le Sénégal a envoyé 2100 militaires au Yémen en échange d’un investissement de Riyad dans son économie, selon YME. Les soldats sénégalais auront l’occasion de faire la connaissance d’autres mercenaires de la société américaine Blackwater et des 450 combattants colombiens recrutés par le Bahrein pour combattre l’armée des houthies. 
Ainsi, la diplomatie du mercenariat bat de l’aide au Sénégal au point que ses dirigeants n’hésitent pas à recevoir de l’argent « de la main à la main » comme c’est le cas de Macky Sall et Mankeur Ndiaye avec le Maroc.
Comme bons mercenaires, les autorités sénégalaises se moquent des principes et de la moralité. Seule la loi de l’offre compte pour eux. A Dakar, prime la course au plus offrant. L’alliance stratégique avec l’Arabie Saoudite citée par Mankeur Ndiaye n’est en réalité qu’un contrat de mercenariat.