Le retour du Maroc à l’UA n’est que du bluff

Les rumeurs sur un éventuel retour du Maroc à l’Union Africaine n’est qu’un coup de bluff visant à interférer dans les travaux du Sommet qui sera tenu à Kigali du 17 au 18 juillet.
Le Maroc lance des pétards en vue d’embrouiller le sommet à l’aide de six pays africains qui constituent tout son capital de soutien en Afrique : Sénégal, Côte d’Ivoire, République Centrafricaine, Gabon, Guinée Conakry et Burkina-Fasso. Des pays qui subissent encore les affres de la Françafrique.
Les autorités marocaines, sachant d’emblée que les pays africains vont rendre un hommage solennel au défunt Mohamed Abdelaziz et organiser une chaleureuse bienvenue au nouveau président sahraoui, tentent de dévier perturber ce programme.
Les pays africains vont probablement entendre le rapport de l’Envoyé Spécial de l’Union Africaine pour le Sahara Occidental, M. Joachim Chissano. A la lumière du contenu de ce rapport, les leaders africains procéderont probablement à la rédaction d’une recommandation destinée au Conseil de Sécurité.
Pour rappel, le Maroc a essayé d’empêcher M. Chissano d’intervenir devant les membres du Conseil de Sécurité pour transmettre la position de l’Union Africaine qui prône la défense du droit d’autodétermination du peuple sahraoui.