La conférence des bailleurs à Genève pour les réfugiés sahraouis, promise par Ban Ki-moon, repoussée pour la 2ème fois par le HCR

Pour la deuxième fois, la conférence des bailleurs de fonds que le Secrétaire Général des Nations Unies a promis aux réfugiés sahraouis a été repoussé par le HCR sans que les responsables ne donnent aucune explication sur les raisons de ce report.
La raison est à chercher, peut-être, dans les documents dévoilés par le cyber-activiste qui agissait sous le pseudo de @Chris_Coleman24.
Selon ces documents le Front Polisario n’est pas en odeur de sainteté auprés des deux institutions de l’ONU qui se trouve à Genève, à savoir le HCR et le HCDH. Elles étaient toutes les deux noyautées par le Maroc grâce aux contributions volontaires dans le financement de leur projets. Les sahraouis, eux, vivent dans l’exile depuis 40 ans et n’ont rien à offrir pour gagner la sympathie des fonctionnaires onusiens.
Sultan Athar Khan, le Chef du Cabinet du Haut Commissaire aux Réfugiés, Antonio Guterres, lorgnait le poste d’Envoyé Spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour le Sahara Occidental. Dans ce but, il n’a pas hésité à manipuler l’ancien ambassadeur du Maroc à Genève, Omar Hilale. Il lui sifflait à l’oreille ce qu’il avait d’entendre sur le Polisario. A titre d’exemple, dans un fax envoyé par Hilale au Ministère marocain des Affaires Etrangères le 31 août 2014, Khan a déclaré que Mhamed Khaddad, le Coordinateur sahraoui avec la MINURSO est passé le voir. Selon la note , « il lui a paru découragé, pessimiste et inquiet pour l’avenir de sa cause ».
« l lui a également déclaré que le statu quo est à l’avantage du Maroc et que Ross mène une mission impossible. Pire, il est devenu un problème pour le processus. Le Polisario a des doutes sur ses chances de faire avancer les négociations », ajoute la note. 
Dans un autre fax envoyé le 11 février 2013, selon Omar Hilale, Khan aurait dit que Ross est « apparu amoindri physiquement » et qu’il « n’arrive même pas à mettre sa veste sans l’aide de sa collaboratrice. buvant plusieurs verres d’alcool durant l’entretien et parfois versant dans d’inhabituels élucubrations telles que son souhait d’intégrer les CBM (*) dans son mandat ou son pessimisme sur le conflit, en déclarant que « le problème du Sahara ne sera pas réglé avant vingt ans voire plus ».
Bref, un tissu de mensonges que le diplomate marocain a gentiment avalé et lui a valu la promotion au poste de Représentant Permanent du Maroc auprès des Nations Unies à New York.

(*) Programme des mesures de confiance (les visites interfamiliales)