Moroccoleaks : Points soulevés, lors du diner offert par M. le Gouverneur à la délégation allemande, le 10.05.2013

Compte rendu du diner avec une délégation de l’Association allemande pour les Nations unies à El Aaiun sous la conduite de son vice-président Ekkehard Griep et qui a demandé de rencontrer leur compatriote de la MINURSO


M. Le Gouverneur a offert un dîner en l’honneur de la délégation allemande, auquel ont assisté le Général, chef de la composante Militaire de la MINURSO, le Représentant Spécial M. Wolfgang Weisbrod Weber et Enrico Magnani du Bureau politique.
En l’absence de M. le Gouverneur, les membres du Bureau de la Coordination ont, sur instruction, assisté à ce dîner.
Au cours des discussions, les questions suivantes ont été soulevées par les membres de la délégation : 
La délimitation de l’espace maritime du Maroc et la question posée par la position des îles canaries par rapport à la compétence de la zone économique exclusive du Maroc a été soulevé par M. Sven Simon, assistant à l’université de Gessen et a « proposé ses services » pour proposer des solutions au Maroc sur cette question. 
L’avis du Conseiller juridique de l’ONU, Hans Corell sur la légalité de l’exploitation des ressources au Sahara par notre pays a fait l’objet de discussions, en langue allemande entre M. Sven Simon et le Représentant Spécial. M. Sven a déclaré que la gestion de la richesse halieutique sera « le prochain domaine de bataille » de la question du Sahara. 
L’achat, récemment, par le Maroc des navires de guerre auprès des Pays Bas et de la France a été soulevé par un membre de la délégation en s’interrogeant sur la capacité de notre pays à surveiller un aussi vaste espace maritime, il s’est aussi demandé sur la nationalité des bateaux de pêches évoluant dans les eaux du Sahara. 
La question des Droits de l’homme et leur importance dans le processus politique en cours a été soulevé par le chef de la délégation qui a indiqué que tout processus politique ne pourra ignorer cette composante importante. Le Représentant Spécial a baissé la tête et a refusé d’enchainer sur les propos du chef de la délégation. 
Le rôle du Bureau de la Coordination avec la MINURSO a été, également, soulevé pour détourner la discussion sur les droits de l’homme et le chef de la délégation s’est déclaré ne pas être au courant qu’il existe une structure de l’Etat Marocain, qui facilite le travail de la mission sur les aspects techniques et logistiques. 
En discutant des problèmes sociaux au Sahara, M. Falk Foll a émis l’avis selon lequel le Maroc devra favoriser la création d’une classe moyenne au Sahara qui devra jouer le rôle de levier pour résorber les foyers de contestation, comme cela a eu lieu en Allemagne, lors de la réunification. 
Le processus de réunification allemande pourrait servir d’exemple, dans l’éventualité où un rapprochement des points de vue entre les parties pourrait être envisagé. Sur ce point, les membres de cette délégation procéderont à la publication de rapports et d’articles dans des revues spécialisées au sujet de la question du Sahara. 
La possibilité d’adapter au cas du Sahara l’expérience que cet organisme allemand a mené au Timor oriental, lors du passage de Wolfgang Weisbrod Weber dans ce pays, a été également soulevée à trois reprises, lors de ce dîner par le chef de la délégation. 
Pour cette première visite, le chef de la délégation a expliqué que cet organisme a rassemblé les membres de ce groupe à partir de plusieurs régions d’Allemagne et dans des domaines différends, afin que chaque compte rendu qui sera établit puisse mettre en exergue un aspect spécifique de la question du Sahara. Une importance est néanmoins donnée à l’aspect juridique en faisant participer à cette visite 3 spécialistes en Droit. 
Le chef de la délégation s’est interrogé sur l’impact de la dernière résolution du Conseil de Sécurité sur le comportement futur des parties. Il compte organiser un déplacement à Tindouf dans le futur pour rencontrer le polisario et se faire une idée au sujet de la situation dans les camps a-t-il déclaré. 
La possibilité de voir des sociétés allemandes réaliser, dans le futur, des projets au Sahara a aussi été soulevée par la délégation, tout en indiquant que la mission principale de ce premier déplacement est plutôt « semi académique ». d’autres déplacements auront certainement lieu ont-ils déclaré.