Lettre adressée par le Maroc au SG de l’ONU au sujet de l’Union Africaine (24 avril 2016)

Lettre datée du 24 avril 2016, adressée au Secrétaire général par le Représentant permanent du Maroc auprès de l’Organisation des Nations Unies
J’ai l’honneur de vous faire parvenir ci-joint une lettre qui vous est adressée par le Ministre des affaires étrangères et de la coopération, M. Salaheddine Mezouar, dans laquelle il réitère l’opposition catégorique du Royaume du Maroc à tout rô1e ou implication de l’Union africaine dans la question du Sahara marocain, ainsi que son rejet le plus ferme des tentatives répétées d’interférence de l’Union africaine dans l’examen de cette question par le Conseil de sécurité )voir annexe(.
Je vous serais reconnaissant de bien vouloir faire distribuer le texte de la présente lettre et de son annexe comme document de l’Assemblée générale, au titre du point 30 de l’ordre du jour, et du Conseil de sécurité.
L’Ambassadeur, Représentant permanent 
(Signé) Omar Hilale
Annexe à la lettre datée du 24 avril 2016 adressée
au Secrétaire général par le Représentant permanent
du Maroc auprès de l’Organisation des Nations Unies
Vous avez été destinataire d’une lettre du 16 avril 2016 de la Présidente de la
Commission de l’Union africaine concernant la question du Sahara marocain.
À cet égard, le Royaume du Maroc voudrait vous réitérer son opposition
catégorique à tout rôle ou implication de l ’Union africaine dans le dossier du Sahara
marocain.
Le Royaume du Maroc exprime une fois de plus son rejet le plus ferme des
tentatives répétées d’interférence de l’Union africaine dans l’examen de la question
du Sahara marocain par le Conseil de sécurité, notamment sa demande injustifiée et
sans aucune base d’une interaction entre son « Envoyé spécial », M. Joaquim
Chissano, et le Conseil de sécurité.
La position claire et ferme du Royaume du Maroc contre toute implication de
l’Union africaine dans le dossier du Sahara marocain a été portée à votre attention
par lettre de S. M. le Roi Mohammed VI, en juin 2013, ainsi que par le bia is des
lettres de la Ministre déléguée aux affaires étrangères et à la coopération,
Mme Mbarka Bouaida, le 26 décembre 2013, du Représentant permanent du Maroc
auprès de l’Organisation des Nations Unies, les 9 juin et 1 er juillet 2014, et de moimême,
le 6 avril 2015.
Je saisis cette occasion pour vous rappeler les raisons légitimes de cette
position du Royaume du Maroc :
– Le dossier du Sahara marocain relève exclusivement de L’Organisation des
Nations Unies depuis l’échec de l’Organisation de l’unité africaine dans la
gestion de ce différend;
– Le processus de négociations pour parvenir à une solution politique
mutuellement acceptable à la question du Sahara marocain est mené sous les
auspices exclusifs de l’Organisation des Nations Unies, conformément aux
résolutions successives du Conseil de sécurité. Ce dernier ne confère, à juste
titre, aucun rôle ou mandat, de quelque nature que ce soit, ni à l ’Union
africaine, ni à son conseil de paix et de sécurité, dans le processus onusien de
négociations politiques;
– En cherchant à ressusciter des propositions et des plans considérés
irréalisables par l’Organisation des Nations Unies et enterrés par le Conseil de
sécurité, l’Union africaine vise à faire échouer les efforts onusiens en cours
pour résoudre ce différend régional;
– La crédibilité de l’Union africaine dans le dossier du Sahara marocain est
compromise par sa position complètement à l’opposé des résolutions du
Conseil de sécurité, qui appellent à la négociation d ’une solution politique et
mutuellement acceptable, sur la base du réalisme et de l ’esprit de compromis;
– Les positions adoptées par l’Union africaine sur la question du Sahara
marocain reprennent celles de l’Algérie et du « Polisario », et ce malgré
l’opposition et les réserves d’un grand nombre d’États Membres africains. Ce
flagrant parti pris, à l’instigation de l’Algérie, est animé par le secrétariat de l’Union africaine, particulièrement le Département paix et sécurité, dirigé
depuis plusieurs années et de manière successive p ar des diplomates algériens;
– Les dernières décisions du Conseil de paix et de sécurité de l ’Union africaine,
hostiles au Maroc, foncièrement partiales et en déphasage avec les réalités du
dossier, démontrent clairement l’absence totale de neutralité de cette
organisation sur le dossier du Sahara marocain, et l ’impossibilité qu’elle
puisse y jouer le moindre rôle ou y contribuer de quelque manière que ce soit ;
– Cette organisation a préjugé de manière biaisée des résultats des négociations
politiques menées sous les auspices exclusifs des Nations Unies, au travers de
l’admission en son sein d’une entité ne disposant d’aucun attribut de
souveraineté.
À la lumière de ce qui précède, je voudrais souligner que les tentatives de
torpillage et les actions d’ingérence de l’Union africaine dans ce dossier menacent
sérieusement l’ensemble du processus politique mené sous les auspices des Nations
Unies et appuyé par l’ensemble des parties et de la communauté internationale, y
compris les pays africains.
Aussi, le Maroc considère-t-il que toute tentative d’implication de l’Union
africaine dans ce dossier, ou d ’interaction avec elle, serait une intrusion
préjudiciable et inacceptable qui aurait des conséquences fatales sur les efforts
onusiens dans la question du Sahara marocain.
Enfin, le Royaume du Maroc demeure engagé de manière déterminée et active
en faveur du processus de négociations en cours afin de parvenir à une solution
politique, durable et mutuellement acceptable à ce différend régional, mené sous
l’égide exclusive des Nations Unies, conformément aux résolutions successives du
Conseil de sécurité.
(Signé) Salaheddine Mezouar