L’ONU met le Maroc face à ses responsabilités envers la MINURSO

Stephan Dujarric
Répondant à une question relative aux menaces que Daech a lancé contre la MINURSO, le porte-parole du SG de l’ONU, Stephan Dujarric, a déclaré que « la sécurité du personnel de l’ONU incombe les parties qui ont une autorité de facto dans le territoire ».
Nombreux observateurs se posent des questions sur ces menaces qui ont été synchronisées avec le conflit ouvert entre le Maroc et le Conseil de Sécurité sur le retour de la composante civile de la MINURSO expulsée par Rabat dans le but d’écarter toute solution basée sur le référendum d’autodétermination.
En effet, des sources au fait du problème du Sahara Occidental signalent que le Maroc contribuait généreusement au financement de la MINURSO lorsque celle-ci était un moyen d’affirmer le statu quo et de protection contre les attaques du Front Polisario, lorsqu’elle fermait les yeux sur les violations des droits de l’homme commises par le Maroc au Sahara occidental, lorsqu’elle regardait de l’autre côté pendant que le Maroc pillait les phosphates et les richesses halieutiques sahraouies.
Maintenant que l’ONU a décidé d’en faire une mission avec toutes ses prérogatives, á l’instar de toutes les missions onusiennes opérant dans le monde, le Maroc lui a coupé ses contributions financières, en a expulsé une partie et le plus étrange et insolite, est que cette mission est, soudain, devenue la cible des menaces directes de Daech.