Moroccoleaks : La France joue aussi le rôle de conseiller du Maroc dans la question du Sahara Occidental

Dans le conflit du Sahara Occidental, le Maroc jouit du soutien de la France non seulement au Conseil de Sécurité pour bloquer toute résolution qui ne serait pas du goût des autorités marocaines. 
Les diplomates marocains reçoivent de bons conseils et recommandations de la part des responsables français, à l’instar des conseil donnés par M. Jean-François Girault, Directeu d’Afrique du Nord et du Moyen Orient du MAE français, et m: Emmanuel Bonne, Conseiller Afrique du Nord, Moyen Orient, Nations Unies au Cabinet du Président français et dont le contenu a été rapporté par le Conseiller de l’Ambassade du Maroc à Paris, Riyad Ramzi en date du 10 janvier 2014.
Entre autres, la nota rapportait :
– M. Girault a indiqué que les responsables français sont « très attentifs » vis-à-vis des initiatives de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine, Mme Nkosazana Dlamini-Zuma. Il a ajouté que la France veillera à la pérennité du processus engagé au sein des Nations Unies et à éviter d’éventuelles « perturbations » de la Mission de l’envoyé personnel du SG des Nations Unies pour le Sahara, M. Christopher Ross.
– De son côté, M. Bonne a précisé que la France n’a pas donné suite à la demande de Mme Zuma d’envoyer à Paris um émissaire de l’Unions Africaine pour discuter de la question du Sahara.
– A cet égard, les repsonsables français ont fait savoir que la France répondra « courtoiesement » aux initiatives de la Présidente de la Commission de l’Union Africaine.
– M. Bonne a souligné que, lors de sa rencontre avec M. Christopher Ross, en décembre 2013, ce dernier a reconnu la prééminence de l’initiative marocaine d’autonomie. M. Ross considére que le fait que cela soit un plan du Maroc le rend inacceptable par le Polisario et au’il convient en abordant différntes thématiques, de créer les conditions de son appropriation par le Polisario.
– M. Ross, qui a précisé que la mise en place d’un mécanisme des droits de l’homme ne constitue pas une priorité de son agenda, a fait part des pressions de certains membres du ¨Conseil de Sécurité qui défendent ce mécanisme.
– M. Bonne a proposé, en prévision de la résolution du Conseil de Sécurité du mandat de la MINURSO d’avril 2014, de réitérer les visites à Washington, Londres, Pékin et Moscou, pour leur présenter les avancées réalisées en matière des droits de l’homme, ainsi que le développement économique et social.
– Il a indiqué que des actions doivent être entreprises envers certains pays africains, notamment le Nigéria, qui sera tenté d’avoir une position dure, mais sans être actviste pour la défendre.
– Le Conseiller du président français a recommandé de faire acter dans un rapport d’une agence spécialisée de l’ONU les réalisations du Maroc en matière des droits de l’homme. Une invitation à la Haut Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Mme Navanthem Pillay a été évoquée.