La balle est désormais dans le camp du Conseil de sécurité (responsable sahraoui)

Base de la MINURSO à Bir Lehlou (UN Photo/Evan Schneider)
La visite que le secrétaire général des Nations unies Ban Ki-moon effectuera à partir de demain 5 mars au Sahara Occidental « s’annonce historique », a affirmé le site de Radio France International (RFI) parce que « c’est la première fois qu’un secrétaire général de l’ONU se rend dans une zone contrôlée par le Front Polisario ».
RFI rappelle que « plusieurs secrétaires généraux de l’ONU se sont rendus à Tindouf, en Algérie, pour visiter les camps où vivent des dizaines de milliers de réfugiés sahraouis depuis 40 ans », signalant que c’est la première que le plus haut responsable des Nations Unies se rend dans les territoires administrés par le Front Polisario. « C’est ce que s’apprête à faire Ban Ki-Moon en se rendant à Bir Lahlou, localité où a été proclamée, en 1976, la République arabe sahraouie démocratique, que l’ONU n’a jamais reconnue », dit la même source.
Selon RFI, la décision de Ban Ki-moon de se rendre dans la localité de Bir Lehlou qui se trouve de l’autre côté du mur marocain pour visiter le quartier général de la Minurso, la Mission des Nations unies pour l’organisation d’un référendum au Sahara occidental, est considérée comme hautement symbolique par Mahmed Khadad, coordinateur sahraoui avec la MINURSO. « C’est la première fois qu’un secrétaire général des Nations unies fait un tel geste, qui est très important, explique-t-il. Le secrétaire général montre la voie, montre la bonne volonté, montre de l’intérêt pour le conflit. La balle est désormais dans le camp du Conseil de sécurité. Il ne faut pas que le Conseil de sécurité, au lieu de faire partie de la solution, fasse partie du problème. »