Les critiques de Human Rights Watch

Dans un rapport récent publié par Human Rights Watch, le Maroc est sévèrement critiqué pour sa politique de l’immigration clandestine, après que les autorités marocaines eurent procédé, et continuent toujours de le faire, aux refoulements massifs et injustes des migrants africains. 

En effet, les autorités marocaines ont trouvé, durant ces dernières années, un autre moyen de pression pour taquiner l‘Algérie. Il consiste en le refoulement massif d‘immigrants clandestins africains vers les frontières algériennes et, du coup, ce sont les autorités algériennes qui prennent en charge le rapatriement des milliers d‘Africains vers les frontières du Sud ou vers leur pays d‘origine. Une prise en charge qui revient cher pour l’Algérie. 
Ce comportement injuste et cette politique de fuite en avant d‘un pays voisin reflètent bien les enjeux de tels agissements. 
En plus de cette situation, le Maroc continue sa sale politique d‘introduction massive de drogue en Algérie. Les chiffres parlent d‘eux-mêmes. Depuis l’année 2010, la barre des 100 tonnes de kif saisies a été franchie. 
Voilà ce que le Maroc est en train de manigancer aux frontières algériennes, cela pour se venger de la position de l‘Algérie au sujet du conflit entre le Maroc et le Front Polisario. 
En abritant le peuple sahraoui dans les camps de réfugiés à Tindouf, l‘Algérie est doublement ciblée par les autorités marocaines. Un Maroc qui se dit prêt à coopérer avec l‘Algérie dans le cadre de la lutte contre l‘immigration clandestine, de la lutte anti-terroriste et de la lutte contre les stupéfiants, mais derrière la vitrine se cache un pays haineux à l‘égard de son voisin. 
F. Sofiane 
Le Jeune Indépendant, 28/01/2016