Maroc : La gifle de Mme Ashton

La communauté internationale est agacée par l’entêtement du Maroc à vouloir bafouer le droit international et la Charte des Nations Unies. Sa réponse était unanime lors de la décision des autorités marocaines de retirer leur confiance à l’ambassadeur Ross. 
L’ONU, les Etats-Unis, la France et l’Union Européenne ont exprimé leur soutien total au diplomate américain ainsi qu’au droit du peuple sahraoui à l’autodétermination.
La position de l’UE a été exprimée par Mme Catherine Ashton dans une note envoyée à l’ambassadeur marocain à Bruxelles. Voici le contenu de cette note qui a été révélée par le hacker Chris Coleman.

“Soyez assuré que la Haute Représentante soutient les efforts du Secrétaire Général des Mations Unies en vue de parvenir à une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable qui permette l’autodéterminations du peuple du Sahara Occidental dans le cadre d’arrangements conformes aux buts et principes énoncés dans la Charte des Nations Unies, et notant le rôle et les responsabilités des parties à cet égard.
L’UE est préoccupée par la longue durée de ce conflit et espère que le retrait du Maroc de sa confiance en l’Envoyé Personnel du SGNU Christopher Ross ne retardera pas d’avantage les négociations.
La Haute Représentante marque son soutien à la résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies 2044 (2012) du 24 avril 2012 prorogeant le mandat de la MINURSO au Sahara Occidental jusqu’au 30 avril 2013. La Haute Représentante note en particulier que la résolution souligne l’importance de l’amélioration de la situation des droits de l’homme au Sahara Occidental et dans les camps de Tindouf. Elle encourage aussi les parties à collaborer avec la communauté internationale pour mettre au point et appliquer des mesures indépendantes et crédibles qui garantissent le plein respect des droits de l’homme, en gardant à l’esprit les obligations découlant du droit international.
La dite résolution se félicite également de l’ouverture des Commissions du Conseil national des droits de l’homme à Dakhla et Laayoune, et les mesures prises par le Maroc pour assurer un accès sans réserves ni restrictions à tous les titulaires des mandats relevant des procédures spéciales du Conseil des Nations Unies des droits de l’homme.
Tous les acteurs concernés directement ou indirectement par la question du Sahara Occidental partagent la position de Mme Ashton, à savoir le soutien total au Représentant Personnel du Secrétaire Général de l’ONU pour le Sahara Occidental, M. Christopher Ross, la nécessité de résoudre ce conflit de longue date par la voie des résolutions des Nations Unies, le respect des droits de l’homme dans le territoire sahraoui et la participation de la population sahraouie dans l’exploitation de ses ressources naturelles ».

Récemment, un diplomate français porteur d’un message de Paris, a été reçu par les autorités marocaines au sujet du processus de paix au Sahara Occidental.
La France a exprimé son souhait de voir Mme Kim Bolduc prendre sa fonction en tant que chef de la MINURSO et d’avoir des clarifications de la part du Maroc sur son conflit avec les Nations Unies et cela en perspective du briefing de Chris Ross, envoyé Personnel du Secrétaire général, devant le Conseil de sécurité, prévu le 27 octobre 2014.
La France a souligné son souhait qu’une solution soit trouvée à cette situation.