Morocco Leaks : Entretien MAE marocain et Samuel Kaplan (15/11/2012)

Royaume du Maroc
Ministère des Affaires Etrangères
Et de la Coopération
Direction des Affaires Américaines
DG/7/6 /2012 Rabat le 15 novembre 2012
Note à l’attention de Monsieur le Ministre
Objet : Compte-rendu de la rencontre de M. le Ministre avec M. Samuel Kaplan, Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique à Rabat.
J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que Monsieur le Ministre a reçu, ce jour, à sa demande, Monsieur Samuel Kaplan, Ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, accompagné de Madame Judith Chammas et de Monsieur David Greene, respectivement Ministre Conseiller et Conseiller Politique près l’Ambassade américaine à rabat.
Les discussions ont porté sur les points suivants :
Visite de Madame Clinton au Maroc à l’occasion de la Conférence des Pays amis du Peuple Syrien
L’Ambassadeur Kaplan a informé de la visite au Maroc de Madame Hillary Clinton, Secrétaire d’Etat américaine, pour prendre part aux travaux de la Conférence des Pays amis du Peuple Syrien prévue à Marrakech les 11 et 12 décembre prochain. Selon M. Kaplan, Madame Clinton arrivera à Marrakech le 11 décembre à midi et sera reçue par Sa Majesté le Roi, Que Dieu L’Assiste, vers 13h00. Il a indiqué que la Secrétaire d’Etat aura des rencontres bilatérales notamment avec Monsieur le Ministre ainsi qu’avec des représentants de pays qui assisteraient à cette conférence.
L’Ambassadeur Kaplan a noté que la Conférence devrait normalement commencer le matin du 12 décembre tout en laissant entendre que le timing pourrait être déplacé à l’après midi du 11 décembre. Par ailleurs, Il a laissé savoir que Madame Clinton quittera le Maroc vers la fin de la journée du 12 décembre en direction de la Tunisie pour participer à la 9ème édition du Forum pour l’Avenir, dont les travaux débuteront le 13 décembre.
M. Kaplan n’a pas manqué d’indiquer que Madame Clinton, en signe d’estime et d’appréciation pour notre pays, a insisté de se déplacer personnellement au Maroc pour la troisième fois avant de quitter son poste à la tète de la diplomatie américaine.
Visite de Monsieur Christopher Ross dans la région
Evoquant la tournée de M. Christopher Ross dans la région, l’Ambassadeur Kaplan a indiqué que ce dernier, lors de ses réunions avec les représentants des Pays Amis du Sahara, a souligné la force et la teneur de ces entretiens avec Sa Majesté le Roi, Que Dieu L’Assiste, ainsi qu’avec Monsieur le Ministre, sur la nouvelle approche à suivre pour avancer dans les négociations autour du Sahara. Il a noté que M. Ross était porteur d’un message du Souverain au Président Bouteflika sur l’état des lieux des relations bilatérales et les moyens de les renforcer.
Réagissant à la question posée par M. Kaplan au sujet des entretiens tenus au Maroc avec l’Envoyé Personnel du Secrétaire Général de l’ONU, Monsieur le Ministre a affirmé que ce dernier a donné un briefing sur ces visites à Alger, Tindouf et Nouakchott ou il a eu l’occasion de rencontrer quelques dissidents du front Polisario, notamment Monsieur Mustapha Ouled Salema, qui ont tous insisté sur la nature répressive du Polisario et les situations humanitaires déplorables dans les camps de Tindouf. Lors de sa Visite à Alger, M. Ross s’est vu refusé des rencontres avec des hauts responsables de l’armée algérienne, qui demeurent, selon ses propos, les vrais décideurs au sujet de la question du Sahara.
M. le Ministre a également relevé la contradiction entre les positions de l’Algérie et du Polisario, d’un coté, et du Maroc, de l’autre coté, sur la meilleure manière de mettre un terme à ce différend, d’autant plus qu’Alger s’efforce à insister que la fermeture des frontières marocco-algeriennes est une conséquence du trafic de drogue provenant du Maroc. Cela constitue un prétexte infondée pour empêcher toute normalisation des relations ou réouverture des frontières.
Interrogé sur son impression sur la tournée de M. Ross dans la région, M. le Ministre a indiqué que ce dernier, n’ayant pas été capable de réaliser des avancées sur le volet politique, s’est permis de s’impliquer dans des affaires qui ne font guère parties du mandat que lui a confié le Secrétaire Général en vertu des résolutions du Conseil de Sécurité en la matière. Toutefois, le Ministre a relevé qu’on pourrait ressortir plusieurs points positifs relatifs à cette nouvelle approche qui consiste en la séparation des différents volets de cette problématique (politique, humanitaire, Droits de l’Homme, MINURSO).
Evénements survenus à Gaza et position du Maroc au Conseil de Sécurité
Soulevant les violences survenues à Gaza, M. Kaplan a rappelé la sensibilité de la période pendant laquelle le Maroc assumera la présidence du Conseil de Sécurité compte tenu des différentes échéances à l’ordre du jour du Conseil, particulièrement les résolutions pouvant être éventuellement soumises au Conseil au sujet des hostilités entre palestiniens et israéliens dans la bande de Gaza. Les Etats-Unis s’attendent à ce que le Maroc et les pays responsables au sein du Conseil adoptent une position constructive au service de la cause de la paix. Les Etats-Unis espèrent que la position de notre pays soit empreinte de sagesse et qu’il s’abstienne de voter en faveur de toute résolution anti-israélienne, qui ne ferait qu’attiser les tensions. M. le Ministre a promis de donner suite à cette demande américaine.
Situation au Mali
L’Ambassadeur américain s’est également interrogé sur la prochaine visite au Maroc de M. Romano Prodi, l’Envoyé Spécial du Secrétaire Général de l’ONU pour le Sahel ainsi que sur l’approche marocaine prônée pour résoudre la crise malienne.
M. le Ministre a laissé savoir que la visite de M. Prodi s’inscrit dans le cadre des consultations menées avec les différents pays de la région sur la situation au Mali et au Sahel en général. Il a réitéré la position du Maroc qui soutient le retour à la normalité dans ce pays et la préservation de son intégrité territoriale, et ne cesse de dénoncer les manoeuvres des
groupes terroristes ayant semé la terreur dans le Nord du Mali. Il a aussi insisté sur les étapes nécessaires pour le dénouement de cette crise et qui consistent notamment en :
1- Soutenir un gouvernement central fort et stable à Bamako capable de résoudre ses problèmes et encourager les initiatives qui permettraient la réussite de la transition politique. Le Maroc a pourvu, dans ce sens, un soutien politique, économique et sécuritaire renforcé pour contribuer à cette finalité.
2- Soutenir les initiatives de La CEDEAO, étant un membre observateur de cette organisation.
3- Encourager la coopération avec les pays voisins du Mali (Niger, Burkina Faso, Mauritanie) en matière de sécurité et de contrôle des frontières, seuls capables de garantir l’aboutissement d’une éventuelle intervention militaire.
Réagissant à la question de M. Kaplan sur la différence entre les positions marocaine et algérienne quant à la crise malienne, M. le Ministre a souligné qu’au moment ou le Maroc s’efforce à soutenir vigoureusement la CEDEAO dans son approche de sortie de crise au Mali ainsi que la médiation du Président Burkinabé dans ce conflit, l’Algérie préfère de traiter directement avec le gouvernement malien et privilégie la piste de l’Union Africaine, ce qui risque de saper l’initiative de la CEDEAO.
Escale du Bateau pétrolier iranien au port de Mohammedia
M. Kaplan a tenu à remercier le Maroc pour avoir interdit l’escale d’un bateau pétrolier iranien, bâtant pavillon d’un pays étranger, qui a tenté de faire escale au port de Mohammedia. M. le Ministre a précisé que cette question sera examinée pour empêcher toute récidive de nature à créer la confusion.
A la fin de cet entretien, M. le Ministre n’a pas manqué de demander un appui plus fort des Etats Unis à l’approche marocaine visant à résoudre définitivement le différend régional autour du Sahara moyennant le plan d’autonomie, une initiative sérieuse, crédible et réaliste consacrant l’esprit de compromis. Ce conflit, dont le cout demeure très élevé tant pour le Maroc que pour l’Algérie, devrait être résolu incessamment compte tenu des dangers réels et des menaces grandissantes guettant la sécurité et la stabilité de toute la région.