La France et l’Espagne sont les pays qui contribuent le moins dans la recherche d’une solution au conflit sahraoui » (Bouchraya Beyoun)

« La France et l’Espagne son les pays qui contribuent le moins dans la recherche d’une solution au conflit sahraoui », a déclaré le représentant sahraoui en Espagne, Bouchraya Beyoun.
Dans une déclaration relayée par le site San Borondón, Beyoun a souligné que « la France a soutenu le Maroc toute la vie, même si le gouvernement actuel semble n’est pas être prêt à continuer dans la même ligne ».
« La Russie ne s’est pas prononcé contre et l’Alérie soutient que les sahraouis décident ce qu’ils veulent et n’est pas disposée à permettre une solution imposée. En plus, l’Algérie compte parmi les pays influyents dans la question des indicateurs politiques, antiterroristes et économiques, et le Maroc a perdu de l’importance et se voit dans un deuxième plan et « cela n’est pas de son goût », a-t-il ajouté.
Concernant la situation au Sahara Occidental, Beyoun a déclaré que « les négociations sont bloquées du fait que le Maroc ne respecte les principes établies par l’ONU et empêche l’entrée au territoire des observateurs internationaux». 
Il a rappelé que le rapport de Ban Ki-moon de l’année passée a souligné avec clarté que le problème du Sahara Occidental est un problème de decolonization, qu’il s’agit d’un territoire non-autonome et qu’il faut respecter le droit international dans la défense des ressources naturelles et les droits de l’homme. Il a aussi demandé au Conseil de Sécurité de revoir tout el processus au mois d’avril 2015 si les négociations n’avancent pas. 
Les sahraouis espèrent que l’ONU ne recule pas dans sa decision. Dans le cas contraire, la situation pourrait devenir dangereuse. Les jeunes sahraouis n’ont plus confiance en la communauté internationale et veulent reprendre les armes pour défendre leurs droits.
Le responsable sahraoui a exprimé sa crainte que d’autres conflits où il y a effusion de sang puissent assombrir le conflit sahraoui et que la communauté internationale y voit un conflit de base intensité qui n’a pas besoin de solution immédiate. 
Beyun ha manifestado que el Frente Polisario alberga el temor de que otros conflictos donde hay derramamientos de sangre ensombrezcan el conflicto saharaui y que la comunidad internacional entienda que al ser un conflicto de baja intensidad no requiere solución inmediata. 
La politique agressive du Maroc a réussi, signale-t-il, à créer une rupture totale au point que tous les sahraouis sont convaincus que la seule solution c’est le retour à la guerre.