Un prisonnier politique poursuit sa grève de la faim

 

Omar Daoudi a déclaré avoir été soumis aux mauvais traitements et l’arrestation des membres de sa famille en raison de leur conviction politique à travers la participation aux manifestations pacifiques dans plusieurs villes du Sahara occidental occupé et au sud du Maroc, revendiquant le respect du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et la liberté.

Le prisonnier politique sahraoui, Omar Daoudi poursuit sa grève de la faim entamée depuis plus d’un mois à la prison de Tiznit dans un état de santé «critique», en raison de la négligence de l’administration pénitentiaire, a rapporté une source judiciaire.
Le prisonnier politique sahraoui souffre de douleurs au niveau du coeur, des reins, de l’estomac et nécessite une intervention urgente pour sauver sa vie, a indiqué la même source. A cet égard, son père Mbarek Daoui croupit encore dans la prison de Salé en compagnie de ses frères Taha Daoudi, Mohammed Daoudi, Brahim Daoudi et Hassan Daoudi.
Pour rappel, Omar Daoudi a déclaré avoir été soumis aux mauvais traitements et l’arrestation des membres de sa famille en raison de leur conviction politique à travers la participation aux manifestations pacifiques dans plusieurs villes du Sahara occidental occupé et au sud du Maroc, revendiquant le respect du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination et la liberté.
Une délégation sahraouie prend part au forum social des jeunes tunisiens 
Une délégation sahraouie prend part aux travaux du 1er Forum social tunisien (FST) des jeunes, qui se tient du 27 au 30 mars au centre international de camps de scouts à Borj Cedria sous le slogan «parole aux jeunes».
La délégation sahraouie a participé à la marche organisée dans l’avenue Habib Bourguiba à Tunis, à l’occasion du lancement de ce forum social. Au cours de cette marche, effectuée de la place Ibn Khaldoun à la place 14 janvier, les membres de la delegation sahraouie ont porté les drapeaux de la RASD et scandé des slogans demandant l’indépendance du Sahara occidental.
Elle est composée des représentants de jeunes et d’étudiants, de femmes et militants des droits de l’homme. Les sujets qui seront abordés lors de ce brainstorming à ciel ouvert concernent les activités sociales, les événements culturels, les actions féministes, syndicalistes et des droits de l’Homme.