France : Premier fournisseur certes, mais…

Par Redha Lounis
La Tribune des Lecteurs, 24/07/2012
En ce mois bien particulier pour l’Histoire algéro-française, il serait toujours bon de dérouler les cinquante années d’actualité qui ont abouti au fait que la France occupe encore l’avantageuse place de premier fournisseur de l’Algérie. C’est bien et pas bien en même temps. Nous n’allons pas décortiquer la complexité des rapports entre ces deux pays, mais disons que lorsque l’un s’enrhume, l’autre éternue. Premier fournisseur certes, mais la France est presque autant algérienne que l’Algérie avait été française. On s’explique : ça s’est passé lors de la qualification de l’Algérie à la coupe du monde. On a bien vu des milliers de  » franco-algériens  » défiler sur les champs Elysée. Les autorités françaises les ont accueillis avec des CRS et la presse a évoqué des échauffourées, sans préciser la partie qui a allumé la mèche. On a vu les mêmes scènes lors des quelques victoires des Verts en coupe d’Afrique. 
Retenons dans le fameux épisode de la CAN et la coupe du monde 2010, cette fameuse tentative de jeunes « franco-algériens » qui ont tout simplement décroché le drapeau français du haut de l’édifice d’une mairie pour le remplacer par un drapeau algérien. Voilà pourquoi on a presque envi de revendiquer le petit territoire situé au nord de la Méditerranée. C’est d’autant plus vrai que la scène peut se répéter lors des qualifications pour le compte de la coupe du monde de 2014. 
Bien entendu, les responsables territoriaux et même nationaux trouveront les mots  » justes  » pour culpabiliser les jeunes 
« franco-algériens . Les franco-français seront dans leur droit. Ils défendront l’honneur de leur pays. Notez-bien qu’avant-hier seulement, leur président a encore une fois reconnu que l’Etat français a participé à une méga opération contre l’humanité. 
En attendant à ce qu’il reconnaisse aussi d’autres crimes commis par le système colonial, nous autres de notre côté de la Méditerranée, on veut bien croire le président et ses ministres, mais franchement on ne peut pas s’empêcher de rigoler un bon coup. 
Voici donc un Etat qui se dit de droit, qui affirme que la richesse nationale est très bien redistribuée, que les citoyens sont égaux devant la loi…. et pardessus tout cela, on est tout noble de mettre en avant l’intégration à la française, en médiatisant quelques « franco-algériens », nommés ministres pour l’occasion. Mais dans son empressement à dissoudre toute trace d’algérianisé dans sa bouillabaisse, le système politique français a produit tout le contraire. On en arrive à voir un Front national (FN) faire du 18% aux élections.
Les décideurs doivent savoir que l’impossibilité pour la France à phagocyter l’identité algérienne tient dans les graves blessures que la colonisation a provoquées dans ce corps social. Tant que les gouvernants français s’entêtent à se voiler la face, ils vivront des moments difficiles à chaque coupe du monde. 
Il faut qu’ils pensent à recruter des centaines milliers de CRS, car un beau jour l’Algérie sera championne du monde ou alors, que leur président dise la vérité historique. Ça leur reviendra beaucoup moins cher.