SAHARA OCCIDENTAL Depuis Rabat, les États-Unis renouvellent leur confiance à Ross

Nouveau camouflet pour la diplomatie marocaine. C’est depuis Rabat même que l’ambassadeur des Etats-Unis à Rabat, Samuel Kaplan, a affirmé que son pays continuera à soutenir l’envoyé personnel du secrétaire général des Nations unies pour le Sahara occidental, Christopher Ross, jusqu’à la fin de sa mission, afin de trouver une solution au conflit du Sahara occidental. «Les Etats-Unis continueront à soutenir M. Christopher Ross jusqu’à la fin de sa mission, afin de trouver une solution au Sahara occidental», a déclaré M. Kaplan dans une interview au journal marocain de langue arabe « Al Massae», ajoutant que son pays soutenait « le processus onusien et Christopher Ross en fait partie». 

Le diplomate américain, qui a notamment rappelé que M. Ross avait été désigné par le secrétaire général de l’ONU, a souligné que « les efforts de l’ONU ne pourraient être concluants qu’à la condition de soutenir l’envoyé onusien». Le Maroc avait décidé, en mai dernier, de retirer sa confiance à Christopher Ross, prétendant que les décisions de ce dernier étaient «partiales et déséquilibrées» et que ses comportements contrastés s’écartent des grandes lignes tracées par les négociations au sein Conseil de sécurité. Suite à cette décision marocaine, le porte-parole du chef de l’ONU, Martin Nesirky, avait alors affirmé que Ban Ki-moon a « pleinement confiance» en Christopher Ross. 

Un des porte-paroles du département d’Etat américain avait également déclaré que les Etats-Unis « soutiennent le processus du secrétaire général de l’ONU sur le Sahara occidental ainsi que les efforts de son envoyé personnel, Christopher Ross». La semaine dernière, le porte-parole adjoint du secrétaire général de l’ONU, Farhan Haq, avait déclaré que M. Ban Ki-moon avait toujours pleinement confiance en son Envoyé personnel pour le Sahara occidental. Interrogé sur des informations rapportées récemment par un journal arabe paraissant à Londres, selon lequel le secrétaire général de l’ONU se serait heurté à plusieurs refus de diplomates internationaux pour remplacer son envoyé personnel pour le Sahara occidental, M. Haq a réitéré, sans autre commentaire, que « le secrétaire général de l’ONU a pleinement confiance en Christopher Ross». 

Par ailleurs, et à Addis Abeba où il participait au sommet de L’UA, le président sahraoui M Mohammed Abdelaziz a de nouveau dénoncé l’intransigeance du Maroc, qui menace la paix et la sécurité dans la région. «La gravité du désengagement du Maroc de ses engagements internationaux, faisant des résolutions et du Droit international et de la volonté de l’UA de parachever la décolonisation du Continent et ses conséquences pour la menace à la paix et la sécurité dans la région nord ouest africaine, appelle à une réaction internationale décisive et dissuasive», a souligné le Président sahraoui. «Le conflit du Sahara occidental traverse une étape dangereuse depuis que le Maroc ait annoncé son refus de coopérer avec l’ambassadeur américain, Christopher Ross, l’envoyé personnel du Secrétaire général de l’Onu pour le Sahara occidental et par là même l’arrêt du processus de négociation entre les deux parties au conflit, le Front Polisario et le Maroc et par conséquent l’impasse dans le processus de règlement», a-t-il martelé. Il a en outre rappelé aux dirigeants africains que l’UA est un «partenaire officiel» de l’ONU et qu’elle est par conséquent appelée à «assumer ses responsabilités dans le suivi et la mise en oeuvre totale du plan de règlement onusien pour le Sahara occidental, pour le conduire, sans délai, à son objectif essentiel, la décolonisation de la dernière colonie en Afrique, en permettant au peuple sahraoui d’exercer son droit légitime à l’autodétermination et à l’indépendance ».
Mokhtar Bendib

Le Courrier d’Algérie, 18/07/2012