Autopsie d’un monde arabe au bord de l’anéantissement

Pour le journaliste d’origine libanaise, René Naba, l’interviewé du livre de Samir Mehalla, intitulé «Le monde arabe en point de mire», paru récemment aux éditions Talantikit, la stabilité des pays arabes qui ont échappé à la tornade des printemps et des pseudo-démocraties passe nécessairement par le transfert de ces vents nouveaux vers les monarchies arabes, le Qatar et l’Arabie Saoudite particulièrement. 

René Naba et Samir Mehalla qui étaient mercredi dernier les invités de l’Institut français d’Algérie (IFA) à Constantine pour parler du livre «Le monde arabe en point de mire» et des soucis du monde arabe ont amplement détaillé une situation dans les pays arabes alarmante et une volonté sans précédent des monarchies arabes à détruire tout pays arabe qui n’adhère pas à leur politique. M. Naba s’est longuement étalé sur le rôle du Qatar et l’Arabie saoudite dans l’anéantissement de la Libye et a indiqué que la notion de la démocratie, au non de laquelle ils tentent de déstabiliser la Syrie, est introuvable dans leur régime, rappelant le droit de vote à la femme en Arabie saoudite encore non pratiqué, les émirs qui s’éternisent dans leur poste de responsabilité ou encore la base américaine au Qatar qui s’étale sur le quart de la superficie du pays. Il a focalisé aussi sur les fetwas à la commande des hommes de la religion, mercenaires des régimes obsolètes.
Assurant que toutes les fêtes de l’indépendance ne se valent pas, Naba a affirmé que celle de «l’Algérie est particulière». Et de préciser que «beaucoup de pays doivent leur indépendance à l’Algérie». Le journaliste a estimé que notre système d’information est à revoir, précisant que la percée touareg dans le territoire algérien, instigué par le Qatar, la fameuse déclaration de Sarkozy quant au vent de la démocratie qui soufflera bientôt sur l’Algérie sont autant de signaux de tentatives d’ingérence et de déstabilisation orchestrées par les monarchies arabes et des pays européens. Naba a rendu hommage à feu Benbella pour «avoir protégé son pays, en dépit des déboires qu’il a vécus», et a parlé d’Abdelhalim Khaddam, pendant 25 ans ministre des Affaires étrangères de la Syrie qui «a vendu son pays, pour 35 000 euros», coût de la villa qui lui a été offerte en France.
M. Mehalla a parlé de la problématique de la démocratie dans les pays arabes qui «laisse des brèches» à travers lesquelles les démons surgissent. «Le monde arabe en point de mire» est un livre via lequel l’auteur Mehalla éclaire les spécialistes comme le simple citoyen sur la manière de saisir les enjeux secouant le monde arabe. Via un long entretien, René Naba, fin connaisseur des affaires arabes, s’exprime sur la situation passée et actuelle de l’Egypte, de la Palestine, de la Libye, du Maroc, du Sahara occidental, de l’Arabie saoudite, du Yémen, de la Tunisie, du Soudan, de la Syrie, de l’Irak et des pays du Golfe.
Il évoque également le Liban et les épreuves découlant du conflit israélo-palestinien. Le livre dévoile les intentions et les positions inavouées, lesquelles, à l’origine, ont guidé les actions entreprises aussi bien par les responsables politiques de l’Occident que par des dirigeants de pays arabes en Libye et en Syrie notamment.

Moza D.

Le Jeune Indépendant, 07/07/2012