Le Maroc peut bien conclure des accords avec Israël, le Vatican non…

Rabat.- Le Maroc a appelé le Vatican à ne pas conclure avec Israël un accord de nature à donner une légitimité à l ’occupation de Jérusalem-Est par l ’Etat Hébreu, a indiqué, selon une dépêche de l’AFP, le ministère marocain des Affaires étrangères.
Le Maroc, dont le roi Mohamed VI préside le fantomatique Comité Al-Qods, réagit ainsi après la publication par plusieurs journaux du Proche-Orient d’une information faisant état de l ’éventualité de conclusion d ’un accord entre le Vatican et Israël relatif aux questions fiscales et financières des biens de l ’église catholique en Israël.
Cet accord chercherait à régler la situation juridico-financière des propriétés de l ’Eglise en Terre sainte, mais la conséquence de cet acte serait la reconnaissance implicite de l ’annexion par Israël de Jérusalem-Est.
La réaction marocaine est une très bonne initiative, mais est-ce que Rabat est le mieux placé pour lancer cette mise en garde ?
Tout le monde se doute bien que les relations entre le Maroc et l’Etat hébreu sont, disons, très chaleureuses. Depuis Hassan II, La politique du régime a été de laisser s’exprimer la rue contre Israël, et de conforter les bonnes relations avec Tel Aviv en aparté.
Des avions de chasse marocains n ’ont-ils pas été réarmés et équipés par l’aviation de guerre israélienne il y a une douzaine d’années ? Le Mossad n’est-il pas l’un des services secrets étrangers les plus liés à la DST et à la DGED jusqu’au point d’avoir ou d ’avoir eu une représentation officieuse à Casablanca ?
Enfin, quand la « reine » du Maroc, « Lalla Salma », reçoit en secret l’ancienne ministre israélienne des affaires étrangères Tzipi Livni, qui ne peut se déplacer à l ’étranger de peur d ’être arrêtée pour crimes de guerre, et lui offreun collier d’or, cela va au-delà du geste de courtoisie.
Ne parlons pas des échanges commerciaux entre les deux pays qui sont au beau fixe. Le montant de ces échanges s’élève aujourd’hui à plus de 50 millions de dollars par an.
C’est tout à fait compréhensible que dans ce monde impitoyable le Maroc a besoin d’alliés, mais pourquoi fallait-il que ce soit celui-là ?
Ne sommes-nous pas suffisamment assujettis à la France et à l’oncle Sam pour devoir aller chercher aide et protection en Israël ?
Pourquoi critiquer le Vatican pour des bricoles alors que le Maroc est impliqué jusqu ’au cou dans la normalisation avec Israël, tant honnie par le PJD ?
La parole est à l’honorable barbu et ministre des affaires étrangères Saâdeddine El Othmani.
Amine Bouderaâ
DEMAIN, 18/06/2012