L’intention de Ross de visiter le territoire irritait le Maroc

Le Maroc vient de répudier l’Envoyé Spécial du SG de l’ONU pour le Sahara Occidental, Christopher Ross. Les raisons invoquées officiellement sont infondées et manquent de toute congruence. Selon Carlos Ruiz Miguel, professeur à l’Université de Saint Jacques de Compostèle et expert en Maghreb, ce qui irrite le royaume chérifien se trouve dans le paragraphe 25 du rapport du Secrétaire Général Ban Ki-moon: 

« S’agissant des prochaines étapes, les parties et les États voisins ont appelé de leurs voeux le renouvellement du mandat de la MINURSO, se sont félicités de l’intention manifestée par mon Envoyé personnel de se rendre dans la région, notamment de faire une visite prolongée au Sahara occidental en mai, et sont convenus de tenir les deux prochains cycles de pourparlers informels en juin et en juillet, avant le début du mois de jeûne musulman ». 

C’est la première fois depuis l’invasion du territoire sahraoui par le Maroc en 1975 qu’un émissaire onusien invoque la visite des territoires occupés du Sahara Occidental et le contact direct avec la population sahraouie. Le suédois Olof Rydbeck était le premier Représentant Spécial du SG de l’ONU à se rendre  au territoire en 1976. Dans ses mémoires, Rydbeck garde des mauvais souvenirs du comportement des autorités marocaines. Il a menacé d’interrompre sa mission si les marocains ne relâchaient pas un citoyen sahraoui qui a essayé de lui glisser un papier dans la main. 
« La proposition du SG tente à rompre le cercle vicieux et donner la possibilité à la communauté internationale de savoir ce qu’il se passe dans les territoires occupés du Sahara Occidental. La décision de retirer la confiance à l’envoyé spécial vise à saborder ce projet », conclue Ruiz Miguel.

Mission accomplie! Ross vient d’annoncer qu’il annule son voyage prévu au Sahara Occidental.