L’histoire du cinéma mexicain en débat

Une conférence sur les débuts et le développement du cinéma mexicain a été organisée par la délégation de ce pays, au troisième jour du 9e festival international du Cinéma au Sahara occidental (2-5 mai) qui se poursuit avec la participation d’une pléiade d’artistes, d’acteurs et de cinéastes sahraouis et étrangers. 
A cette occasion, le cinéaste mexicain Gregorio Rocha a présenté un aperçu sur le développement du cinéma dans son pays, invité d’honneur de la présente édition du festival, relevant un recul de la production cinématographique durant les années 90 contre un net rebond ces dernières années, avec une production annuelle de pas moins de 70 films et quelque 200 à 250 films documentaires. 
La délégation mexicaine prend part à cette manifestation culturelle avec un film du même cinéaste, intitulé «Rios perdidos», projeté lors de la première journée du festival. Plusieurs projections étaient au programme de la 2e journée, dont celles du film «Gdeim Izik», une coproduction hispano-mexicaine regroupant des témoignages vivants, ainsi que des photos et des vidéos sur l’attaque barbare perpétrée par l’occupation marocaine contre ce camp. Un film- documentaire «Robbed of truth» (la vérité dérobée) du cinéaste australien Carlos Gonzalez est également au menu.