Rapt de Tindouf, attentat de Tamanrasset et kidnapping de diplomates Pourquoi l’Algérie est-elle ciblée au Sahel ?

En deux ans, l’Algérie est particulièrement le seul pays au Sahel et au Maghreb à être la cible d’attentats  » symboliques « , signés par un mystérieux groupe terroriste, appelé le Mouvement Unicité et Jihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO). Pourquoi ? La réponse est là.
Après l’enlèvement très  » symbolique  » des trois humanitaires exerçant dans les camps des réfugiés de Sahraoui, à Tindouf, produit en novembre 2011, par un commando armé, qui a réussi à s’infiltrer à Tindouf et enlever deux Espagnols, et une Italienne, tout le monde s’interroge sur cette attaque terroriste. Quelques mois après, le 3 mars, le même groupe auteur du rapt de Tindouf a refait surface en s’attaquant, cette fois au siège de la brigade territoriale de la Gendarmerie Nationale de Tamanrasset où, deux kamikazes d’origine étrangère ont fait exploser leur véhicule bourré de 200 kg de TNT. Un attentat-suicide revendiqué par le MUJAO. Juste un mois après, voilà qu’une autre fois, les intérêts algériens sont la cible des groupes terroristes mystères, cette fois, sept diplomates algériens, dont le Consul d’Algérie sont enlevés à Gao, troisième ville malienne. Bien que l’enlèvement n’ait pas été revendiqué jusqu’à présent, toutefois la piste du MUJAO paraît la plus fiable. Car, il y a trois mois, ce groupe terroriste, nouvellement créé, avait déclaré la « guerre sainte » contre l’Algérie. Un groupe qui reste très mystérieux du moment qu’ il déclare agir en Afrique de l’Ouest, alors que l’Algérie se trouve, géographiquement, au Maghreb. Mieux, le groupe terroriste en question est composé, essentiellement, de combattants d’origine sub-saharienne, alors que rares sont les Algériens qui font partie de cette organisation criminelle. Pourquoi le MUJAO cible-il uniquement l’Algérie ? Quels sont les enjeux de ces attaques symboliques contre les intérêts algériens ? Qui est derrière ce groupe terroriste ?
L’Algérie, un pays qui gêne au Sahel ?

Les attaques  » terroristes  » contre les symboles de l’Algérie se succèdent. Tindouf, Tamanrasset et maintenant c’est à Gao que les Intérêts de l’Algérie sont à nouveau la cible des groupes inconnus. Qui veut du mal à l’Algérie ? Pourquoi cible-t-on uniquement l’Algérie dans la région du Sahel ? Qui veut enrôler l’Algérie au bourbier malien ? S’agit-il d’attaques terroristes ou plutôt d’un énorme plan, fait ailleurs et exécuté au Sahel pour faire de l’Algérie la cible préférée ? L’Algérie, un pays connu pour son expérience contre le phénomène du terrorisme.
Une expérience acquise depuis l’année 1985 à l’ère de Bouali, puis une expérience élargie suite à la décennie noire et aujourd’hui, reconnue par le monde entier, surtout après les attentats du 11 décembre 2001. Mieux, l’Algérie abrite, aujourd’hui, le Centre Africain de la Lutte contre le Terrorisme, voire le seul en Afrique, a fait que, notre pays, soit la cible prioritaire des groupes salafistes djihadistes. Ajouter à cela, plusieurs parties étrangères qui veulent enrôler l’Algérie au bourbier malien et pour arriver à cela, il est « sage » de penser comment arriver à le faire. Ainsi, l’enlèvement des sept diplomates algériens à Gao, au Mali, est une manière de  » pousser  » les autorités algériennes à se mêler des affaires internes maliennes. En mobilisant, par exemple, ses soldats pour tenter de libérer ses sept otages, voilà une façon de pousser l’Algérie à s’introduire au Mali. Ce n’est pas tout, il y’a également les forces des Etats-majors des pays du champ (Cédoc) qui regroupe sept pays de la Bande sahélo-saharienne (L’Algérie, le Mali, le Niger, la Mauritanie, le Burkina Faso, la Libye et le Tchad), dont le siège est à Tamanrasset. Ce groupement de force des pays du champ a été créé, suite à une idée et une proposition faite par l’Algérie dans le but de mieux lutter contre les groupes terroristes au Sahel. Cet ensemble d’ingrédients a fait que l’Algérie soit la cible unique pour les groupes terroristes. Puis il ne faut pas oublier, surtout, que des parties étrangères tentent à tout prix de s’ingérer dans les affaires internes des pays du champ. Et pour le faire, ils tentent à leur tour de créer une atmosphère d’insécurité pour avoir une  » occasion  » parfaite d' » injecter  » leurs troupes au Sahel. D’ailleurs, l’Américain Daniel Benjamin, représentant des Etats-Unis pour la Lutte contre le terrorisme avait lâché, le 21 décembre 2011, une phrase lourde de sens, lors d’une conférence de