La coopération militaire s’intensifie entre l’Algérie et les USA

La coopération militaire s’intensifie entre les deux pays
Un haut responsable américain du renseignement à Alger 
Le sous-secrétaire d’état américain à la Défense pour le Renseignement, Michael G. Vickers, s’est entretenu, hier à Alger, de «la situation sécuritaire» avec le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia. L’ ’audience, qui s’est déroulée au siège du ministère de l’Intérieur, a porté sur «la situation sécuritaire et les réformes engagées en Algérie ainsi que sur la coopération algéro-américaine en matière de lutte contre le terrorisme et le crime organisé», précise un communiqué du ministère de l’Intérieur. C’est le premier déplacement en Algérie de cet ancien officier des forces spéciales américaines et d’opérations paramilitaires de la CIA. Sa visite intervient quelques jours après celle de la secrétaire d’Etat Hillary Clinton et dans un contexte particulier marqué par l’intensification de la coopération dans le domaine sécuritaire. Une coopération qui, c’est le cas de le dire, est en plein essor. 
Depuis trois ans, les échanges entre les deux pays se multiplient dans le domaine du renseignement et de la formation. Considérant que l’Algérie joue un rôle indéniable, voire capital dans le maintien de la stabilité dans la région sahélo-sahélienne et participe grandement dans l’effort de la lutte contre le terrorisme à travers le monde, les Etats-Unis décident d’en faire un partenaire privilégié. 
D’ailleurs, un programme d’assistance antiterroriste (ATA) a été lancé en 2010 au profit des officiers supérieurs des différents services de sécurité algériens. Ce programme vient d’être renforcé par notamment la qualité des formateurs américains qui ont occupé de hauts postes au sein des services de renseignements américains. 
La dernière session en date est celle dispensée entre 26 février et le 1er mars, au profit de 23 officiers supérieurs de la police, de la gendarmerie et de l’ANP. Les formateurs étaient Mme Foria Younes et MM. Steven Moores et Patrick Chagnon, qui comptent plus de 75 ans d’expérience militaire et en matière d’application de la loi avec le FBI, la police et l’armée américaine. 
Cette consultation a inclus des cours, d’études de cas et des discussions pratiques sur une variété de sujets liés au terrorisme, y compris les motivations, les caractéristiques, les cycles de planification, la sélection des cibles, la sélection d’armes ainsi que les responsabilités de l’intervention post-explosion. Cet atelier avait pour objectif d’aider les services de sécurité algériens à développer des stratégies et des actions antiterroristes. 
Mme Younes et MM. Moores et Chagnon possèdent une grande expérience de part leur implication dans les enquêtes sur les attentats du 11 septembre et de leurs entrevues approfondies avec des terroristes au Pakistan, au Sri Lanka, en Jordanie et au Yémen, leur implication dans l’enquête sur l’attaque contre le destroyer USS Cole. Les formateurs disposent aussi d’une forte expérience en matière de détection d’explosifs, d’intervention, de prévention et de stratégies de gestion policière pour mener ce type d’opérations. 
Le programme ATA fournit une panoplie de supports pédagogiques y compris des manuels volumineux, des CD, des exercices en classe basés sur des cas réels pour que les services d’application de la loi américains puissent partager leur profonde expertise avec leurs homologues algériens. 
L’Algérie constitue aussi un partenaire incontournable pour le commandement Africom, dont la lutte contre le terrorisme est le principal objectif. Cette importance est illustrée par le nombre important de visites effectuées au cours de ces deux dernières années par le commandant en chef de l’Africom en Algérie et ses nombreuses déclarations sur le partenariat bilatéral.
Amine Liamine
Ouest Tribune, 11/3/2012