Le terrifiant M. Guéant «dépasse les bornes»: Le clan Sarkozy panique et flirte avec le racisme

par Salem Ferdi
Le clan du président Nicolas Sarkozy ne sait pas sur quel arc tirer pour récupérer les voix de l’extrême droite. Claude Guéant vient de sauter un pas de plus dans le racisme en affirmant que le vote des étrangers aux élections municipales entraînerait une imposition de la nourriture halal dans les cantines municipales. Un mensonge massif et grossier, signe d’un état de panique à l’approche de la présidentielle. 
«Nous ne voulons pas que des conseillers municipaux étrangers rendent obligatoire la présence de nourriture halal dans les cantines», a déclaré le ministre français de l’Intérieur qui a sorti le gros calibre de l’islamophobie, de la xénophobie et du racisme pour contrer l’adversaire socialiste de Sarkozy, qui préconise un vote des étrangers aux élections locales. Il a également affirmé que le vote des étrangers entraînerait l’imposition «de règlementations dans les horaires de piscine qui soient contraires à nos principes de mixité», et «l’acceptation du port de maillot de bain de style burka». Des propos absurdes et puants qui ont suscité de vives réactions à gauche. Manuel Valls, directeur de la communication de François Hollande, a réagi immédiatement en déclarant que M. Guéant «dépasse les bornes». «Ses propos sont ignobles … Il est temps qu’il parte!». 
METTRE DU «HALAL» DANS LA CAMPAGNE 
Le ministre de l’Intérieur, qui s’est fait depuis des mois la spécialité de taper au moins une fois tous les quinze jours sur les immigrés, les musulmans ou les étrangers, semble en effet en train de manier la terrifiante arme du racisme et de la peur. Appréhendant que Marine Le Pen dépasse Sarkozy au premier tour de la présidentielle, M. Guéant s’évertue à faire «mieux qu’elle» sur le registre de l’islamophobie et du racisme. Il tire dans tous les sens. Le 21 février dernier, Nicolas Sarkozy avait déclaré que la polémique sur la viande halal, lancée par Marine Le Pen, «n’avait pas lieu d’être». «On consomme chaque année en Ile-de-France 200.000 tonnes de viande, et il y a 2,5% de viande casher et halal», avait-il souligné. A l’évidence, son collaborateur Guéant estime qu’il faut mettre du «halal» dans la campagne quitte à donner clairement l’impression que le ridicule n’est plus un obstacle à la surenchère. Cette sortie sur le halal, si excessive et cousue de fil blanc, est un signe du désarroi de l’équipe de Sarkozy. On flirte clairement sur la pente raciste en semant la panique identitaire chez le français moyen, cœur de cible électoral que s’arrachent en usant de tous les coups le FN et l’UMP de Sarkozy. 
FAIRE OUBLIER BAYONNE 
Claude Guéant, en orientant si ostensiblement la campagne sur ce terrain nauséabond, cherche visiblement à faire oublier l’accueil très mouvementé -et par certains côtés représentatif de l’état d’esprit d’une bonne partie de l’opinion française- qui a été réservé à Sarkozy à Bayonne. Il faut faire oublier l’image, dévastatrice, d’un chef d’Etat réduit à se réfugier dans un café et aucune artillerie, même grossière, n’est suffisante pour M. Guéant. Le porte-parole du candidat socialiste, Manuel Valls, a souligné que ces propos «nauséabonds» étaient à l’image de la campagne de Nicolas Sarkzoy qui cherche à détourner l’attention du chômage, de la précarité, du pouvoir d’achat. «C’est une manière d’abaisser le niveau de la campagne… La démonstration malheureuse et triste que ce pouvoir, ce clan autour de Nicolas Sarkozy, est aux abois après la semaine que vient de traverser le candidat sortant». 
La députée communiste Marie-George Buffet a demandé le départ de Claude Guéant de son poste de ministre: «On ne peut pas être ministre de l’Intérieur de la République et tenir des propos xénophobes. Aussi, je lui demande de choisir: ou il choisit les valeurs de la République et le respect des hommes et des femmes qui la constituent ou il s’en va. A lui de décider, maintenant». 
GUEANT LIT UN PROMPTEUR ECRIT PAR MARINE LE PEN 
Olivier Besancenot, l’ancien candidat d’extrême gauche (NPA), a estimé que Claude Guéant «est en train de lire un prompteur écrit par Marine Le Pen… Marine Le Pen veut occuper une partie de la place de l’UMP. L’UMP veut occuper une partie de la place du FN. Donc, un jour ou l’autre, ils vont finir par se rencontrer. Au rendez-vous, il y aura Claude Guéant, qui joue sur un terrain précis, le terrain du racisme et de l’islamophobie. C’est un terrain haineux que je condamne. C’est quoi le rapport avec les préoccupations concrètes de millions de personnes?» Sergio Coronado, porte-parole de la candidate des Verts, Eva Joly, constate que chacune des prises de parole de M. Guéant est «désormais une injure à la République, à la fraternité qui en est un de ses piliers, un dérapage calculé. De manière méthodique, Claude Guéant fait la voiture-balai des idées d’extrême droite les plus rances, opposant sans cesse les uns aux autres, stigmatisant les étrangers un jour, nos compatriotes de confession musulmane un autre jour. Ses propos sont une incitation à la discrimination… Il est temps que Claude Guéant se taise et qu’il s’en aille!»