L’Ouverture de la frontière entre l’Algérie et le Maroc renvoyée aux calendes grecques: Les précisions de Medelci

 » Occultée  » lors de la dernière visite qu’a effectuée le nouveau ministre marocain des Affaires étrangères en Algérie, la question de la réouverture de la frontière est encore une fois renvoyée aux calendes grecques.
 » Il n’y a pas de discussions directes et urgentes avec le Maroc sur le dossier de l’ouverture des frontières « , a affirmé jeudi le chef de la diplomatie algérienne Mourad Medelci qui s’exprimait en marge de la clôture de la session d’automne du Parlement. Mourad Medelci a ainsi mis un point final aux informations faisant état de l’entame d’une  » phase technique  » pour la réouverture des frontières terrestres entre les deux pays, fermées au lendemain de l’attentat de Marrakech. 
Le ministre de l’Intérieur et des collectivité locale avait pour sa part estimé que la réouverture de la frontière  » était très plausible « .  » Algérie veut consolider ses relations avec le Maroc dans tous les domaines. Nous allons organiser des rencontres dans les semaines qui viennent pour discuter de la coopération dans les domaines économique, social et politique « , a par contre précisé Medelci. Lors du point de presse tenu à l’occasion de la visite les 23 et 24 janvier dernier, du chef de la diplomatie marocaine, Saâd Eddine El Othmani, Medelci avait affirmé que la question devait être traitée dans un cadre plus global. Le réchauffement des relations entre les deux pays voisins devait, selon les deux responsables qui ont également soutenu que la relance de l’Union du Maghreb arabe (UMA), était une  » priorité « , commencer par une coopération soutenue dans plusieurs domaines. 
Le dossier de la réouverture des frontières et celui du Sahara occidental, principaux  » points de discorde » entre les deux pays, ont, rappelons-le été  » évincés  » des disscussions, au profit des questions  » de l’énergie, de la jeunesse, de l’agriculture, des problèmes sociaux, de la sécurité ». Un bilan des relations qui n’ont d’ailleurs jamais cessé selon Medelci qui avance un chiffre de plus d’un milliard de dollars d’échange commerciaux, devra être fait deux fois par an, avait révélé le ministre marocain, alors que la réunion ministérielle de l’UMA est prévue pour le 17 février. Interrogé par ailleurs sur la visite des observateurs de l’Union européenne à Alger, en vue des élections législatives de mai prochain, Mourad Medelci a expliqué que le travail de ces derniers se fera en deux phases avant que l’ UE ne prenne la décision d’envoyer des observateurs. Il assurera que l’Algérie est prête à travailler avec l’UE ainsi qu’avec d’autres organisations internationales.
Par Sofiane Aït Mohamed
Les Débats, 4/2/2012