Addis Abeba : Sommet décisif de l’Union africaine aujourd’hui

Ouyahia y représente l’Algérie Sommet décisif de l’Union africaine aujourd’hui
C’est sous une lutte acharnée sur le poste du secrétaire général de la Commission africaine que s’ouvre, ce matin à Addis Abeba, la capitale éthiopienne, le sommet de l’union africaine. La lutte est menée d’un coté par l’actuel président, le Gabonais, Jean Peing, et de l’autre, par l’ancienne ministre des Affaires étrangères de l’Afrique du Sud, Dlamini-Zuma. Hier, c’était la réunion des chefs d’Etats et de gouvernement des pays membres du comité d’orientation du NEPAD (Nouvelle Initiative africaine pour le développement) qui avait attiré l‘attention. L’Algérie, qui a présenté cette année son rapport sur la gouvernance, a été représentée par le Premier ministre Ahmed Ouyahia, en l’absence du chef de l’Etat Abdelaziz Bouteflika, un des pères fondateurs de cette initiative africaine qui consiste à une évaluation interne avant de se soumettre à une contrôle des organisations internationales. Dans son intervention, le Premier ministre, Ahmed Ouyahia, a notamment salué les réalisations accomplies en matière de complémentarité entre les structures de l’Union africaine (UA), le progrès enregistré dans l’avancement des différents projets en cours de réalisation et la relation établie entre le Nouveau partenariat pour le développement de l’Afrique (NEPAD) et les organisations économiques régionales et internationales, selon les propos rapportés par l’APS. L’Algérie présente, cette année, son bilan sur la bonne gouvernance. Il est de tradition que chacun des pays qui ont accepté de se soumettre à ce mécanisme, mis en place en 2003, doit préparer un rapport détaillé de plusieurs points relatifs notamment aux régimes politiques et à la gouvernance économique, ainsi qu’au progrès social des sociétés concernées. Par ailleurs, ces réunions de l’Union africaine sont une occasion pour des rencontres entre les différentes responsables. Ainsi, Abdelkader Messahel, ministre délégué chargé des affaires maghrébines et africaines, qui se trouvent dans la capitale éthiopienne depuis quelques jours déjà, a rencontré plusieurs responsables. Dont le ministre des affaires étrangères de la Libye, Achour Benkhyal. Les entretiens ont porté sur les relations bilatérales, la réunion maghrébine prévue en février prochain au Maroc ainsi que l’ordre du jour de la 18e session ordinaire des ministres des affaires étrangères de l’UA. Les deux parties ont passé en revue le processus de concertation entre les deux pays sur les questions régionales et internationales d’intérêt commun. C’est la première réunion de ce genre après les contacts téléphoniques entre le ministre libyen et Mourad Medelci.
Akli OualiLe Carrefour d’Algérie, 29/1/2012