Recherche position du gouvernement marocain au sujet de Sebta et Melilla, désespérément…

Qui d’entre nous pourrait véritablement définir la position du gouvernement Benkirane à propos de Sebta et de Melilla, les deux villes occupées par l’Espagne depuis plus de 5 siècles ? Bien évidemment, on ne trouvera rien de tel, ni de précis, dans les déclarations des ministres PJD à l’occasion de la première visite du nouveau président du Conseil espagnol Mariano Rajoy. Lorsque la question de savoir la position du gouvernement marocain au sujet des déclarations espagnoles, excluant la question des deux présides de l’ordre du jour de Rajoy au Maroc, a été posée, Mustapha el Khalfi, le ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, a eu cette réponse : « la position du Maroc sur cette question des deux villes occupées est claire, immuable, historique, et elle ne changera pas », avant d’ajouter que cette affaire entre dans le cadre des orientations stratégiques qui sont du ressort du chef de l’Etat, mais sans plus exposer en détail cette position « claire et immuable ».

Quant au ministre des Affaires étrangères, Saâdeddine el Othmani, il a répondu à la même question par la nécessité de « ne pas aborder les sujets qui fâchent » entre l’Espagne et le Maroc. Sans doute en attendant 5 autres siècles ! Et, pour la première fois, le chef du gouvernement n’a pas eu une de ses déclarations qu’il a coutume de lancer à l’opinion publique, qu’il a même habituée à entendre parler de « ses blagues osées » qui lui sont venues à l’esprit lors de sa rencontre avec le roi ; ainsi, lorsque Benkirane a été informé du « veto » préalable espagnol sur toute discussion sur les deux villes du Nord, il a opposé un refus de s’exprimer sur des questions qu’il allait aborder avec son homologue espagnol, comme s’il s’agissait d’un secret d’Etat, et comme si les agences de presse et les médias du monde entier, marocaine comprise, n’avait pas développé nombre de sujets qui pourraient faire l’objet de discussions lors de cette première visite du président du Conseil espagnol à Rabat !

Aussi, face au refus de nos responsables gouvernementaux d’évoquer la question des présides, refus qui va jusqu’à ne même pas prononcer le nom de Sebta et Melilla, nous avons des dirigeants espagnols qui, eux, ont fait des déclarations explicites quant au fait que cette question des deux villes ne sera pas soulevée entre Rajoy et les responsables marocains, partant du principe que la souveraineté espagnole sur ces deux villes est « claire et définitive » !

En novembre 2010, l’ensemble des partis politiques marocains, dont le PJD, avaient participé à la plus grande manifestation jamais organisée par le pouvoir marocain contre le Parti populaire espagnol, en guise de protestation contre « la campagne tendancieuse menée par le PP contre les intérêts supérieurs du Maroc »… et aujourd’hui, voilà que le leader du même parti vient chez nous et est reçu par le chef de l’Etat, sans que personne ne se donne la peine d’expliquer aux trois millions de Marocains qui ont été, qui se sont, mobilisés le 28 novembre 2010 dans les rues de Casablanca pour vilipender le PP, ce qui a changé dans la position de ce parti espagnol concernant « les intérêts supérieurs du Maroc » pour justifier les honneurs présentés à son leader au palais royal de Rabat !

Lire l’article, en arabe, sur lakome.com

Panoramaroc, 19/1/2012