Ciao Ousmane : L’exploitation cachée des travailleurs migrants en Italie Une accusation accablante de traitement impitoyable de travailleurs vulnérables.

On ne sait pas grand-chose d’Ousmane Diallo. Il avait fait le voyage tortueux du Sénégal à travers l’Afrique, enduré un séjour dangereux en Libye – où le risque de travail forcé, de torture ou de mort était toujours présent – et survécu à la périlleuse traversée de la Méditerranée jusqu’en Sicile, où la mort l’attendait quelques mois plus tard.

Avant l’aube d’un matin d’octobre 2013, Ousmane s’est réveillé dans la ferme abandonnée en ruines où il dormait avec plusieurs autres migrants africains. Ne se rendant pas compte que leur bonbonne de gaz fuyait, il a craqué une allumette pour allumer une bougie. La bonbonne a explosé, couvrant 60 % de son corps de graves brûlures. Il n’était pas le premier migrant à mourir de cette façon et il ne serait pas le dernier.

L’auteur de Ciao Ousmane, Hsiao-Hung Pai, déclare que son objectif en écrivant ce livre est de documenter et d’exposer l’assujettissement inique des travailleurs migrants comme Ousmane, qui sont impitoyablement exploités pour leur travail tout en étant vilipendés comme un fardeau et un problème.

Elle a passé près de deux ans à vivre aux côtés de migrants africains, les suivant saison après saison et récolte après récolte à travers la Sicile, les Pouilles et la Calabre pour découvrir les conditions humiliantes de leur vie quotidienne et le déni flagrant de leurs droits humains.

Leurs récits personnels sont entrecoupés d’analyses des politiques menées par les différents gouvernements aux niveaux local et national et du rôle de la mafia, qui s’immisce à chaque étape de la chaîne de production alimentaire, depuis les chefs d’équipe locaux jusqu’aux producteurs.

Le rôle du syndicat USB (Unione Sindacale di Base) et le travail des organisations caritatives qui tentent non seulement d’améliorer les conditions de vie et de travail mais aussi d’aider les travailleurs à négocier le labyrinthe des lois anti-migrants sont également explorés.

Le camp White Grass, où Ousmane est mort, se trouve à l’extérieur de Campobello, avec ses tentes, ses bidonvilles et ses bâtiments abandonnés cachés de la ville et de ses 11 000 habitants par des oliveraies. Environ 3 000 travailleurs africains récoltent les olives entre septembre et décembre, vivant dans des conditions sordides, la plupart du temps sans eau courante, sans installations sanitaires et sans électricité – d’où les bonbonnes de gaz.

Travaillant illégalement pendant de longues heures sans permis de travail ni contrat, gagnant 20 à 30 euros par jour à la pièce mais perdant entre 10 et 15 euros au chef d’équipe, ces migrants vivent littéralement et métaphoriquement en marge de la société.

En documentant la vie de ces Africains sub-sahariens, Hsiao-Hung Pai révèle le coût humain de la main-d’œuvre bon marché. Construisant lentement couche après couche de détails, elle a créé un exposé courageux et brutal du racisme et de l’oppression individuels et institutionnels endurés par ces travailleurs migrants.

Publié par Hurst, 20 £.

Morning Star, 26 mars 2021

Tags : Afrique de l’Ouest, migration, Sénégal, Côte d’Ivoire, Mali, Burkina Faso, Tchad, Niger, Libye, Europe, Italie, exploitation,

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Résoudre : *
40 ⁄ 20 =