Maroc : Quand Hassan II contrariait la Reine Elisabeth

La reine Elizabeth a vécu une « tournée de l’enfer » au Maroc quand « rien » ne s’est bien passé

LA REINE ELIZABETH, 94 ans, a effectué de nombreuses tournées royales à l’étranger au cours de son long règne. La plupart ont été couronnés de succès, mais une visite d’État au Maroc, une nation nord-africaine, s’est tellement mal déroulée qu’elle a été surnommée la «tournée d’enfer».

La reine Elizabeth a visité des pays du monde entier lors d’importantes visites d’État. Ces voyages sont vitaux pour l’établissement de relations entre les nations. Cependant, ils ne vont pas toujours comme on le souhaite.

Un voyage au Maroc en 1980 était l’une de ces visites d’État.

En effet, depuis, la reine n’est jamais retourné au pays norafricain.

La visite royale a été surnommée «la tournée d’enfer» – alors qu’est-ce qui n’allait pas?

Le voyage au Maroc faisait partie de la tournée de deux semaines de la reine Elizabeth en Italie et en Afrique du Nord.

C’était sous le règne du précédent monarque, le roi Hassan II.

Cependant, la tournée royale a été en proie à des difficultés, selon les experts.

Le biographe royal Robert Hardman a partagé ses idées dans son livre Our Queen.

Le roi Hassan II avait subi deux tentatives d’assassinat et était par conséquent très prudent.

Il aurait été enclin aux changements de dernière minute et aux actions excentriques.

Par exemple, à un moment donné de la tournée royale marocaine, le roi a disparu et a laissé la reine «assise au soleil pendant la majeure partie de l’après-midi» toute seule.

Une autre visite organisée dans un centre pour handicapés financé par le Royaume-Uni n’a presque pas eu lieu.

Le roi Hassan a déclaré qu’il était tout simplement trop tard pour partir, mais la royauté britannique avait d’autres idées.

Ne voulant pas décevoir les gens ou l’organisation caritative, la reine a dit à son entourage «d’arrêter la voiture».

Elle a décidé de se rendre au centre avec ses agents de sécurité au lieu d’être ramenée au palais.

Un autre problème est survenu lors de la dernière nuit de la visite au Maroc.

Un banquet d’adieu devait avoir lieu mais le roi demanda qu’il soit reporté.

Cependant, la reine posa le pied et expliqua calmement qu’elle ne le pouvait pas.

Selon l’ancien ministre des Affaires étrangères, Lord Hurd, elle n’était «pas intimidée pour changer l’heure» en raison de l’arrivée d’autres invités.

On dit que la reine Elizabeth a subi la plupart des problèmes de tournée dans sa foulée.

Cependant, elle était mécontente lorsque le roi Hassan II a tenté de réprimander son personnel et a pris la parole.

Elle a dit au roi Hassan II: «Je vous remercie de ne pas parler de mon personnel comme ça» après qu’il ait blâmé son secrétaire privé adjoint pour un problème.

Malgré tout cela, la reine a en fait parlé positivement de la visite par la suite.

On dit qu’elle est sortie du voyage en «affectioànnant» le roi.

Elle a même écrit une note faisant l’éloge de «l’hospitalité chaleureuse et généreuse».

Le Foreign Office a partagé ses propres réflexions sur le déroulement de la «tournée de l’enfer».

Un responsable a déclaré à l’époque: «Il s’agissait d’une visite d’État unique en ce sens que rien de ce qui avait été précédemment organisé n’a eu lieu comme prévu.»

La visite au Maroc a été loin d’être la seule fois où les choses ne se sont pas bien déroulées avec un dirigeant étranger.


En 1978, la reine s’est cachée dans les buissons du palais de Buckingham pour éviter le dictateur roumain Nicolae Ceausescu qui était en visite à l’époque.

Lui et sa femme ont ensuite été exécutés le jour de Noël en 1989 en Roumanie pour collecte illégale de richesses et génocide.

Elizabeth a également terrifié l’ancien roi d’Arabie saoudite, le roi Abdallah, en 2003 lors de sa visite à Balmoral Estate.

La reine a conduit la royale à grande vitesse dans sa Land Rover, ce à quoi il n’était pas habitué car les femmes ne pouvaient pas conduire en Arabie saoudite à l’époque et ont été terrifiées par le voyage.

Express, 12 jan 2021

Tags : Maroc, Hassan II, Elisabeth II, Royaume Uni,

Be the first to comment

Leave a comment

Your email address will not be published.


*


Résoudre : *
28 × 11 =